facebook twitter instagram
MENU

Partager cet article

Paramètres des cookies

Le visiteur du site Ajib.fr est informé que des cookies peuvent s’installer automatiquement sur son navigateur internet. Un cookie est un petit fichier texte au format alphanumérique déposé sur le disque dur du visiteur par le serveur du site visité ou par un serveur tiers (régie publicitaire, service de web analytique, etc.) qui sert à enregistrer les informations relatives à la navigation sur le site.


Le visiteur peut paramétrer son navigateur internet sur la façon de gérer les cookies, de la manière décrite sur le site www.cnil.fr



Paramétres J'accepte
Actualités

Tout ce que vous devez savoir sur votre possible enterrement en France (1/2)

3 957 vues

Tout ce que vous devez savoir sur votre possible enterrement en France (1/2)
L'enterrement du musulman en islam est très simple est modeste: nous retournons à la terre sans grand cérémonial, sans tombeau, de manière la plus modeste possible (un linceul blanc...) et anonyme. Toutefois, cette simplicité est devenue très contraignante en raison des règlements en place aujourd'hui dans la majorité des pays, et qu'il faut connaître avant d'"y passer" à notre tour... Il est recommandé d'ailleurs de donner des instructions claires dans son testament à ses ayant-droits pour leur faciliter la tâche et pour éviter que la mise en terre de notre corps ne devienne mission impossible. 

Commençons par ce qui devrait être la norme*: le musulman est normalement enterré directement dans la terre sans cercueil, avec pour simple protection son linceul blanc. Il est également enterré seul dans son emplacement. Il est enterré dans un cimetière de musulmans, physiquement séparé des autres cimetières ou emplacements par un mur et non de simples arbustes. Le musulman est enterré de préférence dans le lieu de son décès. Il n'est pas autorisé de déplacer le corps sauf en cas d'extrême nécessité, ou de l'incinérer avant sa décomposition totale qui n'arrive dans la plupart des cas qu'au bout d'une cinquantaine d'années au moins.  Le corps du musulman décédé répond aux mêmes exigences de respect de la sacralité du corps du vivant: les os ne doivent pas être brisés, l'intimité doit être préservée, et le corps respecté...

Mais qu'en est-il toutefois sur le territoire français? Une situation rappelons-le, qu'une majorité d'entre nous sera peut-être amenée à rencontrer (et Allah Seul sait). 

Premièrement traitons des règles de base de l'enterrement en France: 

  1. L'enterrement est obligatoire en France... et coûte cher (au minimum 1000e)! Ceci étant dit, tout maire doit mettre à disposition dans le cimetière de sa commune un "terrain général" (appelé aussi "terrain commun") pour les familles souhaitant inhumer leur défunt sur un emplacement gratuit, indépendamment de leur situation financière. Dans les faits, les mairies utilisent ces emplacements pour les familles qui ne peuvent pas acheter une "place" (appelée concession) dans un cimetière. Pour les autres défunts, les familles sont mises à contribution et la mairie à même accès à l'argent du défunt sur le compte bancaire à travers les banques pour financer les concessions.

  2. Si en théorie, on peut être inhumé dans n’importe quel cimetière sur le territoire national, il faut cependant obtenir l’accord du maire de la commune où il se situe. Dans les faits donc le défunt est inhumé soit dans le terrain de la ville où il réside habituellement (si cette commune englobe plusieurs cimetières, il sera placé dans celui dont dépend son domicile ou celui assigné par le maire en fonction des places disponibles) soit dans le terrain de la ville où il vient de décéder (c’est ce qu’on appelle le droit de sépulture, et la mairie ne peut s’y opposer);

  3. le Code Général des Collectivités Territoriales (article R. 2213-25) précise qu'il est obligatoire d'enterrer les morts dans un cercueil:« le corps est placé dans un cercueil en bois d’au moins 22 millimètres d’épaisseur avec une garniture étanche fabriquée dans un matériau biodégradable agréé par le ministre de la santé après avis du Conseil supérieur d’hygiène publique de France ».

  4. Le Code général des collectivités territoriales prévoit qu'il est possible exceptionnellement de procéder à l'inhumation d'un corps sur une propriété privée, sous certaines conditions :



  • La propriété dans laquelle vous enterrez doit être privée.

  • Elle doit se trouver hors de l'enceinte des villes, villages et bourgs, à une distance prescrite de 35 mètres minimum.

  • Vous devez impérativement obtenir une autorisation préfectorale, même si les obsèques sont habituellement du ressort de la municipalité.

  • Par ailleurs, afin de préserver l'écosystème et notamment l'intégrité des points d'eau, le code général des collectivités territoriales prévoit qu'un hydrogéologue étudie le terrain avant l'inhumation, et rende un avis favorable.


Voilà pour l'essentiel. Etre enterré en France est donc dans la plupart des cas une affaire temporaire, fortement régie par la loi, quoiqu'en dise votre testament...

L'un des points les plus importants est que dans le premier cas cité (enterrement dans le "terrain commun" aux frais de la mairie) le corps du défunt peut être "relevé" puis incinéré au bout de seulement cinq ans pour laisser la place à d'autres corps! Ce qui est parfaitement contraire à nos enseignements religieux. 

Il faut donc en théorie s'y prendre bien avant de mourir et acheter une concession perpétuelle dans un emplacement conforme. Mais là encore, plusieurs "formules" existent :

  • Concession temporaire : entre 5 ans et 15 ans

  • Concession trentenaire : 30 ans

  • Concession cinquantenaire : 50 ans

  • Concession perpétuelle : durée illimitée


En réalité la concession perpétuelle n'est donc que rarement disponible et votre corps sera donc probablement incinéré au bout de 30 ans! 

Le tableau suivant vous détaille les prix des concessions dans certaines villes à titre indicatif.



L'investissement dans son lieu de résidence éternel est donc loin d'être une bagatelle en France ! Et il n'est pas nécessaire de citer les éventuelles assistances que votre assurance décès peut vous apporter, ces produits sont en général loin d'être acceptables en Islam!

Qu'en est-il maintenant des fameux "carrés musulmans" dans les cimetières? 

Il y n'y aurait que 80 carrés musulmans en France aujourd'hui, c'est-à-dire ces emplacements un peu à l'écart ou les musulmans sont enterrés en direction de la Qibla et où les défunts sont modestement séparés des autres tombes par des haies ou des arbustes dans la plupart des cas. La séparation des sépultures par religion est en effet interdite par la loi en France car les cimetières obéissent à un principe de neutralité.

Comme indiqué en introduction, ces carrés musulmans ne sont donc pas véritablement en accord avec le principe de séparation qui est imposé par les savants: le cimetière musulman doit être indépendant des autres cimetières. Il est clair cependant que cette initiative est bien meilleure que l'enterrement par défaut au sein du "terrain commun" de la mairie et plusieurs avis existent donc sur le sujet. 

Plusieurs communautés locales se sont par ailleurs attaquées discrètement au sujet et ont donc demandé des emplacements indépendants pour faire des cimetières musulmans en accord avec les principes de notre religion. 

Mais ces démarches sont très rares avec moins d'une dizaine de cas à notre connaissance. 

Le rapatriement dans ces cas? 

Bien que le principe du déplacement d'un corps mort dans le pays d'origine est contraire à la pratique du Prophète (SAS) et de ses compagnons (aucun hadith authentique sur le déplacement d'un corps après sa mort de leur temps...), il semble donc dans la logique du moindre mal que cette solution n'est pas si mauvaise et nombreux sont ceux qui chaque année s'y résignent. Certains pays couvrent en totalité (via leurs consulats) ces frais. D'autres communautés ont mis en place des collectifs locaux pour se couvrir moyennant des contributions mensuelles de chaque membre. Ce n'est pas la panacée mais si le service est disponible, pourquoi pas...

Et les pompes funèbres musulmanes dans tout cela? 

Bien que commerciales, les initiatives d'experts musulmans du domaine comme  https://www.pompes-funebres-musulmanes.com/ sont à saluer. Quant à nous, nous creusons le sujet et revenons bientôt pour la deuxième partie de cet article. 

Nous couvrirons notamment les autres sujets problématiques dont le don d'organes qui se fait par défaut aujourd'hui en France et vous proposerons inshaAllah des moyens pratiques de s'attaquer à la rédaction de notre testament.


*voir nombreuses sources disponibles en ligne sur le sujet, notamment sur les sites alifta.net, islamqa.com, etc.
Commentaires (1)
  1. Très bon article, merci pour toutes ces précisions.
    Si comme moi vous souhaitez en savoir plus sur les concessions funéraires en France et la législation en vigueur je vous conseille cette page aussi très documentée : https://www.lassurance-obseques.fr/guide-obseques/concession-funeraire-cimetiere/.
    Cdt.

Commenter

Votre E-mail ne sera pas publier. Les Champs Obligatoire Marqué *

Les articles les plus lus




Ce qu'il faut savoir sur le jeûne des jours blancs !

On assimile très souvent le jeûne uniquement à la période du Ramadan. Mais il existe une autre forme de jeûne aussi importante dans la vie d’un musulman: le jeûne des trois jours dans le mois. Apprécié...

Ramadan : la prière de Tarawih et ses mérites

En ce mois béni, il est indispensable d'évoquer la prière de Tarawih, prière spécifique au mois de Ramadan. Nous allons donc définir la prière de Tarawih et exposer certaines de ses caractéristiques. Notre rappel se...

Invocations et Douaas après la prière

Le Dhikr (à traduire en français par l’évocation d’Allah soubhanou wa ta’ala) est largement recommandé puisqu’il s’agit d’une pratique exécutée par Notre Prophète Muhammad (sallAllahou 'alayhi wa salam) après ses prières. Après chaque prière, il nécessaire...