facebook twitter instagram
MENU

Partager cet article

Paramètres des cookies

Le visiteur du site Ajib.fr est informé que des cookies peuvent s’installer automatiquement sur son navigateur internet. Un cookie est un petit fichier texte au format alphanumérique déposé sur le disque dur du visiteur par le serveur du site visité ou par un serveur tiers (régie publicitaire, service de web analytique, etc.) qui sert à enregistrer les informations relatives à la navigation sur le site.


Le visiteur peut paramétrer son navigateur internet sur la façon de gérer les cookies, de la manière décrite sur le site www.cnil.fr



Paramétres J'accepte
Rappels

[Série Hajj Mabrour] se rappeler de l’au-delà

177 vues

img_1
Au nom d’Allah, Le tout Miséricordieux, le très Miséricordieux

Le pèlerinage n’est pas qu’un voyage vers la maison sacrée d’Allah pour faire le pourtour de la Kaâba, le parcours entre Safa et Marwa et pour se tenir debout sur Le Mont Arafat, c’est avant tout un voyage de cœurs et d’âmes.

Allah, Exalté soit-Il, dit :
( Ô notre Seigneur, j’ai établi une partie de ma descendance dans une vallée sans agriculture, près de Ta Maison sacrée [la Ka’ba], – Ô notre Seigneur – afin qu’ils accomplissent la Salat. Fais donc que se penchent vers eux les cœurs d’une partie des gens. Et nourris-les de fruits. Peut-être seront-ils reconnaissants ? ) Sourate Ibrahim. Verset 37.

A l’occasion du pèlerinage du hajj qui arrive, Ajib.fr partage ces extraits du livre intitulé « Les objectifs du pèlerinage » de son auteur Abdurrazzaq Al-Abbad AL-BADR.

Chacun d’entre nous a besoin, alors qu’il s’apprête à accomplir le pèlerinage vers la Maison Sacrée d’Allah, qu’on lui rappelle ses buts grandioses afin que nous puissions effectuer ses rites en concrétisant ses finalités et en accomplissant ses objectifs.
Nous demandons à Dieu qu’Il nous accorde à tous de Le remercier pour Ses bienfaits, de L’adorer d’une manière correcte et qu’Il nous rende aptes à saisir tout bien qui Lui plaît et dont Il est satisfait.

Onzième objectif du pèlerinage : se rappeler de l’au-delà


Le onzième objectif grandiose du pèlerinage est de se rappeler de l’au-delà et du moment où l’on se tiendra devant Allah (Soubhanahou wa ta’ala).

Pour cela, réfléchis bien à l’acte avec lequel le musulman entreprend son pèlerinage lorsqu’il se sépare de son embellissement, se dénude de ses vêtements et se défait de son apparence habituelle.

En fait, chaque pèlerin a une tenue vestimentaire à laquelle il est habitué dans son pays mais tu vois l’ensemble des hommes, lorsqu’ils arrivent au Mîqât[68], se dévêtir de toute forme de vêtements faits de coutures[69], se laver et se parfumer puis enfiler un Izâr : pagne par lequel ils recouvrent la partie inférieure de leur corps, et un Ridâ’ : plaid qu’ils posent sur leurs épaules ; tous deux propres et de couleur blanche.

C’est donc sous cette apparence humble et sous cette forme dans laquelle tout le monde se retrouve fondu également dans la masse : le riche et le pauvre, le dirigeant et le dirigé, le donneur d’ordres et celui qui les reçoit, le petit et le grand… qu’ils se retrouvent tous égaux les uns des autres.

Et cette apparence sous laquelle ils se retrouvent tous égaux lorsqu’ils se dirigent vers la Maison d’Allah est tout à fait comparable à l’apparence qu’ils auront lorsqu’ils quitteront cette vie. Observe donc chaque personne qui meurt, qu’emporte-t-il de sa vie d’ici-bas ? Qu’est ce qui l’accompagne dans sa tombe ? Rien ne rentre avec lui dans sa tombe, si ce n’est des morceaux de tissus enroulés autour de son corps. On prie sur lui une fois qu’il a été lavé puis on l’introduit dans sa tombe.

Et c’est à cet effet que le prophète (m) a dit :

- « Les gens seront ressuscités le Jour de la résurrection nus, non circoncis et dépourvus. »

- On demanda : « Que veut dire « dépourvus » (« buhman ») ? »

- Il dit : « Ils n’auront rien avec eux[70]. »

Sans champs, sans commerce, sans biens, sans autorité... Ainsi, la tenue de sacralisation rappelle celle du linceul.

Par ailleurs, la station auprès du mont Arafât rappelle le moment où l’on comparaîtra devant Allah (Exalté soit-Il) le Jour de la résurrection. Médite sur le fait que se rassemblent des créatures venues de tous coins de la planète sur une même place en un même instant. Qui est celui qui les a rassemblés de cette manière ? C’est assurément Le Seigneur de l’univers, qui rassemblera les premiers et les derniers en une seule place sur la Terre du Rassemblement, le Jour de la résurrection. Tous seront rassemblés, du premier au dernier, furent-ils morts incendiés par le feu, dévorés par des bêtes sauvages et ressortis après digestion sous forme d’excréments, ou bien enterrés et éparpillés sur ou sous terre :

( وَقَالُوٓاْ أَءِذَا ضَلَلۡنَا فِي ٱلۡأَرۡضِ أَءِنَّا لَفِي خَلۡقٖ جَدِيدِۢ )

« Et ils disent : « quand nous serions perdus dans la terre [sous forme de poussière], redeviendrons nous une création nouvelle[71] ? »

Tous ceux-là, le Seigneur de l’univers les rassemblera. En somme, ta station debout auprès du mont Arafât te rappelle le grand jour où tu te tiendras devant Allah (Soubhanahou wa ta’ala) : le Jour de la résurrection.Et lorsque les pèlerins se tiennent auprès du mont Arafât, chacun d’entre eux espère être affranchi du feu de l’Enfer en ce jour.

Le prophète (salla Allahu 'alayhi wa salam) a dit : « Il n’y a pas un jour où Allah affranchit du feu un plus grand nombre de serviteurs que le jour de Arafah[72]. »

Ainsi, le jour où Allah sauve le plus grand nombre de personnes du feu est le jour de Arafah. Il faut en conséquence que le musulman éprouve un désir véritablement intense d’avoir été sauvé du feu après qu’il quitte Arafât ce jour-là.

Ô Allah ! Affranchis-nous du feu ainsi que nos pères, nos descendants et nos femmes, Ô Seigneur de l’univers.

Ainsi, on assiste lors du pèlerinage à des scènes magnifiques et à des moments admirables, qui rappellent à l’homme la Résurrection, la Rétribution ainsi que les comptes et la comparution devant Allah (Soubhanahou wa ta’ala) lors du Jour de la résurrection.

Aussi, médite – mon cher frère pèlerin – ce qui vient conclure les versets du pèlerinage dans la sourate « Al-Baqarah[73]. » Allah (Soubhanahou wa ta’ala) dit :

( فَمَن تَعَجَّلَ فِي يَوۡمَيۡنِ فَلَآ إِثۡمَ عَلَيۡهِ وَمَن تَأَخَّرَ فَلَآ إِثۡمَ عَلَيۡهِۖ لِمَنِ ٱتَّقَىٰۗ وَٱتَّقُواْ ٱللَّهَ وَٱعۡلَمُوٓاْ أَنَّكُمۡ إِلَيۡهِ تُحۡشَرُونَ )

« Ensuite, il n’y a pas de péché pour qui se comporte en piété à partir au bout de deux jours. Il n’y a pas de péché à s’attarder non plus. Craignez Allah et sachez que c’est vers Lui que vous serez rassemblés[74]. »

[Ce rappel] est une chose que tu emmènes avec toi lorsque tu complètes ton pèlerinage. Et lorsque tu rentres dans ton pays, il t’accompagne.

« Et craignez Allah. Et sachez que c’est vers Lui que vous serez rassemblés. »

En effet, le pèlerinage nous rappelle le Rassemblement, la Rétribution et les comptes. Crains donc Allah, toi qui a accompli le pèlerinage à la Maison d’Allah et rappelle-toi que tu seras inévitablement rassemblé vers Allah et qu’Allah (Soubhanahou wa ta’ala) te demandera des comptes et te rétribuera en fonction de ce que tu as accompli dans cette vie première. Et sache que cette vie sera bientôt du passé mais que l’au-delà est à venir et que pour toutes les deux, il y a des adeptes. C’est à cet effet qu’Alî (Radia Allahu 'anhu) a dit : « Soyez parmi les adeptes[75] de l’au-delà mais ne soyez pas parmi les adeptes de cette vie d’ici bas car aujourd’hui [est un jour] d’œuvre sans demande de comptes et demain est [un jour] de demande de comptes sans œuvre. »

Références


[68] NdR : désigne le lieu de passage à partir duquel il est obligatoire de se mettre en état de sacralisation pour quiconque à l’intention de faire le pèlerinage ou la cUmrah.

[69] En opposition à l’habit du pèlerin qui est en général fait d’un morceau de tissu uni. Toutefois, la présence ou non de couture sur l’habit n’est pas interdite. C’est plutôt le fait que le vêtement entoure les membres qui est interdit.

[70] Rapporté par l’imam Ahmad dans « Al-Musnad » (16042) et par Al-Hâkim dans « Al-Mustadrak » (3638).

[71] S. 32, v. 10.

[72] Rapporté par Muslim (1348).

[73] NdR : deuxième sourate du Coran, selon l’ordre dans lequel il a été agencé (j).

[74] S. 2, v. 203.

[75] Littéralement : les enfants d’ici-bas et les enfants de l’au-delà.
Commentaire (0)

Commenter

Votre E-mail ne sera pas publier. Les Champs Obligatoire Marqué *

Les articles les plus lus




Ce qu'il faut savoir sur le jeûne des jours blancs !

On assimile très souvent le jeûne uniquement à la période du Ramadan. Mais il existe une autre forme de jeûne aussi importante dans la vie d’un musulman: le jeûne des trois jours dans le mois. Apprécié...

Ramadan : la prière de Tarawih et ses mérites

En ce mois béni, il est indispensable d'évoquer la prière de Tarawih, prière spécifique au mois de Ramadan. Nous allons donc définir la prière de Tarawih et exposer certaines de ses caractéristiques. Notre rappel se...

Invocations et Douaas après la prière

Le Dhikr (à traduire en français par l’évocation d’Allah soubhanou wa ta’ala) est largement recommandé puisqu’il s’agit d’une pratique exécutée par Notre Prophète Muhammad (sallAllahou 'alayhi wa salam) après ses prières. Après chaque prière, il nécessaire...