facebook twitter instagram
MENU

Partager cet article

Paramètres des cookies

Le visiteur du site Ajib.fr est informé que des cookies peuvent s’installer automatiquement sur son navigateur internet. Un cookie est un petit fichier texte au format alphanumérique déposé sur le disque dur du visiteur par le serveur du site visité ou par un serveur tiers (régie publicitaire, service de web analytique, etc.) qui sert à enregistrer les informations relatives à la navigation sur le site.


Le visiteur peut paramétrer son navigateur internet sur la façon de gérer les cookies, de la manière décrite sur le site www.cnil.fr



Paramétres J'accepte
Actualités

LE JEÛNE DE LA FEMME MUSULMANE

453 vues

LE JEÛNE DE LA FEMME MUSULMANE
 

PRÉLIMINAIRE

Allah dit en prologue de la sourate Les Femmes : « Ô vous les Hommes ! Craignez votre Seigneur, Lui qui vous a créés d’un seul être, et a créé de celui-ci son épouse, et qui de ces deux-là a fait répandre (sur la terre) beaucoup d’hommes et de femmes. Craignez Allah au nom duquel vous vous implorez les uns les autres, et craignez de rompre les liens du sang. Certes Allah vous observe parfaitement. »

Il se dégage de ce verset qu’en matière de genre, il existe deux genres classiques : l’homme et la femme. À côté de ces deux genres, il existe l’hermaphrodite, qui est un genre complexe puisqu’ayant les deux sexes avec ou sans dominance.

Pour ce qui est du cas d’espèce on se penchera sur le jeûne de la femme, en essayant de répondre à la question de savoir : quelle est la responsabilité de la femme vis-à-vis des injonctions divines ? Comment se déroule le jeûne de la femme ?

Puis nous allons ensuite définir la notion d’empêchement et les sentences juridiques relatives au jeune de la femme en menstrues, en période de lochies. Puis nous allons parler des sentences juridiques relatives au jeûne de la femme enceinte et celle qui allaite et nous allons finir avec les sentences juridiques relatives au jeûne de la femme métrorragique.

RESPONSABILITÉ JURIDIQUE DE LA FEMME

Le prophète Mouhammad (paix, salut et bénédiction d’Allah sur lui) dit : « les femmes sont les consoeurs des hommes » et Allah dit dans la sourate la Famille d’Imran verset 195 : « En vérité, Je ne laisse pas perdre le bien de quiconque parmi vous l’a fait, homme ou femme… » Ces deux sources juridiques montrent à suffisance que la femme est autant responsable en terme d’injonction divine et d’obligations sont les mêmes tout en tenant compte des spécificités de tout un chacun.

LE JEÛNE DE LA FEMME

Le jeûne est une obligation à toute musulmane, majeure, jouissant de toute ses facultés mentales, capable de jeûner et sans empêchement. Allah dit à cet effet : « le mois de Ramadan au cours duquel le Coran a été descendu comme guide pour les gens, et preuves claires de la bonne direction et du discernement. Donc, quiconque d'entre vous est présent en ce mois, qu'il jeûne ! Et quiconque est malade ou en voyage, alors qu'il jeûne un nombre égal d'autres jours. -Allah veut pour vous la facilité, Il ne veut pas la difficulté pour vous, afin que vous en complétiez le nombre et que vous proclamiez la grandeur d'Allah pour vous avoir guidés, et afin que vous soyez reconnaissants ! » S2V185

Le verset ci-dessus précise que le jeûne est une obligation pour tous, il a deux piliers à savoir : l’intention et l’abstinence du l’aube jusqu’à  à la tombée de la nuit.

L’intention : l’intention se prend à la veille et le cœur est le lieu de l’intention. Il est meilleur de prendre l’intention chaque nuit avant de se coucher, mais si on la prend avant l’aube, alors cela est acceptée. Le messager d’Allah dit : « point de jeûne à celui qui dort sans intention. » Rapporté par An-Nassay, et dans une version rapportée par Tirmidhi : « point de jeûne pour celui qui ne prend pas l’intention avant l’aube. »

L’abstinence : consiste à ne pas manger et boire conformément aux dires d’Allah : « mangez et buvez jusqu'à ce que se distingue, pour vous, le fil blanc de l'aube du fil noir de la nuit. Puis accomplissez le jeûne jusqu'à la nuit. » S2V187.

Il faudrait aussi se préserver des actes annulatifs du jeûne en dehors de manger et boire à savoir : Le rapport intime,Vomir volontairement,L'écoulement du sang des menstrues et des lochies.

Allah-le Très Haut- dit : « Et quiconque est malade ou en voyage, alors qu'il jeûne un nombre égal d'autres jours » cette partie du verset démontre qu’il y a des raisons pour lesquels on peut ne pas jeûner à condition de rembourser cela plus tard. La maladie est un empêchement tandis que le voyage est une excuse.

LA NOTION EMPÊCHEMENT

L’empêchement est une sentence circonstancielle, c’est un phénomène que le législateur a mis, sa présence entraîne l’absence de l’acte d’adoration. En d’autres termes, on ne peut pas accomplir certains actes d’adoration en présence d’un empêchement. Pour le cas d’espèce, nous traiterons le cas du jeûne de la femme en période des menstrues, des lochies, de grossesse, d’allaitement et enfin de métrorragie.

LES MENSTRUES

LES MENSTRUES : Il s’agit du sang qui sort de l’utérus de la femme lorsqu’elle est en bonne santé, à des moments spécifiques, en absence de fécondité. Bien qu’il soit connu qu’à l’accoutumé la femme enceinte n’a pas de menstrues, il n’en demeure pas moins que si elle constate la présence de sang sans douleur pendant la grossesse, alors ce sang sera considéré comme menstrues.

Le prophète Mouhammad (paix, salut et bénédiction d’Allah sur lui) a dit :

«N’est-il pas vrai qu’elles ne prient pas et qu’elles ne jeûnent pas lorsqu’elles ont leurs règles?

Elles dirent : Ô que si !»

Ce hadith démontre que les menstrues empêchent la femme de prier et de jeûner. Tout comme les menstrues empêchent aussi : les rapports sexuels,de toucher le Coran,de faire la circumambulation autour de la Maison sacrée,le fait de rester dans la mosquée, sauf si elle est de passage.

LES LOCHIES OU LE SANG POST PARTUM

Il s’agit du sang qui sort de l’utérus de la femme suite à l’accouchement. Toutefois, si la femme est victime d’écoulement sanguin peu de temps avant l’accouchement, et que celui-ci est accompagné de contractions, alors il s’agit de lochies.

Tout comme les menstrues, les lochies empêchent à la femme :de jeûner de prier, d’avoir des rapports sexuels, de toucher le Coran, faire la circumambulation autour de la Maison sacrée, le fait de rester dans la mosquée, sauf pour si elle est de passage.

LA METRORRAGIE

C’est l’écoulement continu ou quasi ininterrompu de sang émanant du vagin de la femme. Il peut être naturel ou surnaturel. Les femmes métrorragiques sont de quatre catégories :

  • Le premier cas :celle qui avait des menstrues normalement avant qu’elle ne soit atteinte de métrorragie et connait une différenciation entre le sang simple et les menstrues.Alors les jours où le sang sera plus foncé et nauséabond seront ses jours de menstrues

  • Le deuxième cas :celle qui n’a jamais eu de menstrues auparavant et se retrouve métrorragique dès le début, mais est en mesure de différencier le sang de menstruation de celui de la métrorragie. Alors les jours où le sang sera plus foncé et nauséabond seront ses jours de menstrues.

  • Le troisième cas : celle qui n’a jamais eu de menstrues auparavant et se retrouve métrorragique dès le début. Mais n’est pas en mesure de différencier le sang de menstruation de celui de la métrorragie. Alors, elle devra se calquer sur le nombre de jours de la majorité des femmes de sa contrée et choisir un nombre de jours équivalents qu’elle va considérer comme ses menstrues.

  • Le quatrième cas : celle qui avait des menstrues normalement avant qu’elle ne soit atteinte de métrorragie, mais ne fait pas de différenciation entre le sang simple et les menstrues. Dans ce cas,si elle se rappelle du nombre des jours de ses menstrues d’avant, alors elle choisira un nombre de jours équivalents et les considérera comme ses menstrues, sinon elle devra se calquer sur la période de la majorité des femmes de sa contrée.


Quant au cas du jeûne pendant la grossesse, il rentre dans le cadre de l’empêchement si la femme ressent un malaise et se met en danger ainsi que son fœtus en jeûnant. Donc la femme enceinte peut jeûner si elle se sent la capacité et peut rompre si elle craint pour sa propre personne ou pour le fœtus.

A suivre :

  • le jeûne et les menstrues

  • Le jeûne et la grossesse

  • Le jeûne et l’allaitement

Commentaire (0)

Commenter

Votre E-mail ne sera pas publié.

Les articles les plus lus




Salat istikhara - la prière de consultation

En effet, il nous est possible de consulter notre Seigneur avant de faire un choix particulier. Cette prière est donc importante car elle nous permet de consulter Allah sur nos choix et d'éviter ainsi certaines...

Le mauvais œil en Islam

Le mauvais œil est une réalité contre laquelle nous pouvons nous protéger. Il est donc de notre devoir d'être conscients de ce fait afin de pouvoir le combattre inchaAllah. Nous allons donc expliquer ce qu'est...

L'adultère et la fornication en Islam

Par le biais du Saint Coran, Allah (subhannou wa ta'ala) nous a révélé comment arriver au Paradis, en nous éloignant des péchés les plus affreux de ce monde. Parmi les plus méprisables figurent l'infidélité (avoir...

Ramadan : la prière de Tarawih et ses mérites

En ce mois béni, il est indispensable d'évoquer la prière de Tarawih, prière spécifique au mois de Ramadan. Nous allons donc définir la prière de Tarawih et exposer certaines de ses caractéristiques. Notre rappel se...

Salât joumou’a

La prière du vendredi est une obligation pour les hommes. Allah (soubhanou wa ta’ala) dit : « Ô vous qui avez cru! Quand on appelle à la Ṣalāt du jour du Vendredi, accourez à l’invocation...

Invocations et Douaas après la prière

Le Dhikr (à traduire en français par l’évocation d’Allah soubhanou wa ta’ala) est largement recommandé puisqu’il s’agit d’une pratique exécutée par Notre Prophète Muhammad (sallAllahou 'alayhi wa salam) après ses prières. Après chaque prière, il nécessaire...