facebook twitter instagram
MENU

Partager cet article

Paramètres des cookies

Le visiteur du site Ajib.fr est informé que des cookies peuvent s’installer automatiquement sur son navigateur internet. Un cookie est un petit fichier texte au format alphanumérique déposé sur le disque dur du visiteur par le serveur du site visité ou par un serveur tiers (régie publicitaire, service de web analytique, etc.) qui sert à enregistrer les informations relatives à la navigation sur le site.


Le visiteur peut paramétrer son navigateur internet sur la façon de gérer les cookies, de la manière décrite sur le site www.cnil.fr



Paramétres J'accepte
Actualités

Arabie Saoudite : Austérité oblige, TVA triplée et fin de l’allocation universelle

457 vues

Arabie Saoudite : Austérité oblige, TVA triplée et fin de l’allocation universelle

Lundi dernier, l'Arabie saoudite a annoncé le triplement des taxes sur les produits de base, qui passeront de 5 à 15%, ainsi que la réduction des dépenses allouées aux grands projets visant la diversification de l’économie saoudienne, qui représentent près de 26 milliards de dollars. Les citoyens saoudiens perdront également une prime au coût de la vie, en vigueur depuis 2018, selon le ministre des Finances du pays.


Des mesures draconiennes


« Il a été décidé la fin du versement de l'allocation universelle à partir de juin 2020 et que la TVA passerait de 5% à 15% à compter du premier juillet », a déclaré le ministre des Finances Mohammed al-Jadaan à l'agence de presse SPA. Cette décision, selon le ministre avait été rendue nécessaire par la « forte baisse » de la demande pétrolière dans le reste du monde.


En effet, malgré les efforts de diversification de l'économie, le royaume continue de fortement dépendre du pétrole pour ses revenus. Le brut Brent oscille désormais autour de 30 dollars le baril, bien en deçà de la fourchette dont l'Arabie saoudite a besoin pour équilibrer son budget. Le royaume a également perdu des revenus à cause de la suspension des pèlerinages vers les villes saintes de La Mecque et de Médine, fermées aux visiteurs à cause du virus.


Les nouvelles mesures sont les plus drastiques jamais prises par un grand producteur de pétrole du Golfe arabe depuis que le prix du baril a plongé de plus de la moitié en mars, signalant que les pays voisins pourraient également chercher à imposer des taxes plus élevées aux résidents cette année. Le Fonds monétaire international prévoit que les six États arabes du Golfe producteurs d'énergie seront en récession économique cette année.


« Nous sommes confrontés à une crise que le monde n'a jamais connue dans l'histoire moderne, une crise marquée par l'incertitude », a déclaré le ministre des Finances, Mohammed Al-Jadaan.


Des décisions difficiles


« Ces mesures qui ont été prises aujourd'hui, aussi dures soient-elles, sont nécessaires et bénéfiques pour maintenir une stabilité financière et économique globale », a-t-il déclaré dans un communiqué publié sur l'agence de presse saoudienne d'État.


Au premier trimestre 2020, les recettes de l'État ont baissé de 22% par rapport à la même période l'an dernier, le déficit atteignant 9 milliards de dollars, soit 34 milliards de riyals. Les revenus pétroliers, en particulier, ont diminué de 24% par rapport au même trimestre l'an dernier.


Al-Jadaan a expliqué que le choc de la faible demande de pétrole, couplé à la suspension de l'activité économique locale en raison des couvre-feux et des fermetures à travers le royaume, ainsi que des dépenses supplémentaires inattendues pour les soins de santé ont créé la nécessité de prendre de telles mesures.


Malgré des décisions de grande envergure prises par l'Arabie saoudite pour contenir le virus, telles que la fermeture des mosquées pour les prières à l'échelle nationale et l'imposition de couvre-feux dans les grandes villes, le royaume - comme d'autres pays - a du mal à enrayer sa propagation. L'Arabie saoudite a enregistré quelque 39 000 cas confirmés de coronavirus, dont 246 décès.


La décision de réduire les dépenses de 26 milliards de dollars, soit environ 100 milliards de rials saoudiens, comprend l'annulation, l'extension ou le report de certaines dépenses opérationnelles et d'investissement pour les agences gouvernementales, ainsi que la réduction des coûts pour les grands projets de transformation économique Vision 2030, pièce maîtresse du prince héritier Mohammed bin Salmane.


De plus, le gouvernement mettra fin à l’allocation universelle mise en vigueur depuis 2018, qui coûte à l'État environ 13,5 milliards de dollars par an.


L'Arabie saoudite a déclaré qu'elle augmenterait également la taxe sur la valeur ajoutée de 5% à 15% à partir de juillet. L'Arabie saoudite n'avait introduit la TVA qu'au premier janvier 2018, en démarrant avec ce taux de 5%.


Pendant ce temps, les Saoudiens les plus pauvres continueront de recevoir des prestations. Le gouvernement a annoncé dimanche avoir déposé plus d'un demi-milliard de dollars, soit 2,18 milliards de riyals, sur le « compte citoyen » pour mai, qui vient en aide à plus de 12 millions de Saoudiens à faible revenu. Depuis sa création, le programme a versé quelque 19,5 milliards de dollars aux citoyens, avec un soutien mensuel moyen par famille d'environ 240 $.

Commentaire (0)

Commenter

Votre E-mail ne sera pas publier. Les Champs Obligatoire Marqué *

Les articles les plus lus




Ce qu'il faut savoir sur le jeûne des jours blancs !

On assimile très souvent le jeûne uniquement à la période du Ramadan. Mais il existe une autre forme de jeûne aussi importante dans la vie d’un musulman: le jeûne des trois jours dans le mois. Apprécié...

Ramadan : la prière de Tarawih et ses mérites

En ce mois béni, il est indispensable d'évoquer la prière de Tarawih, prière spécifique au mois de Ramadan. Nous allons donc définir la prière de Tarawih et exposer certaines de ses caractéristiques. Notre rappel se...

Invocations et Douaas après la prière

Le Dhikr (à traduire en français par l’évocation d’Allah soubhanou wa ta’ala) est largement recommandé puisqu’il s’agit d’une pratique exécutée par Notre Prophète Muhammad (sallAllahou 'alayhi wa salam) après ses prières. Après chaque prière, il nécessaire...