facebook twitter instagram
MENU

Partager cet article

Paramètres des cookies

Le visiteur du site Ajib.fr est informé que des cookies peuvent s’installer automatiquement sur son navigateur internet. Un cookie est un petit fichier texte au format alphanumérique déposé sur le disque dur du visiteur par le serveur du site visité ou par un serveur tiers (régie publicitaire, service de web analytique, etc.) qui sert à enregistrer les informations relatives à la navigation sur le site.


Le visiteur peut paramétrer son navigateur internet sur la façon de gérer les cookies, de la manière décrite sur le site www.cnil.fr



Paramétres J'accepte
Actualités

Autriche - La Cour constitutionnelle rejette l'interdiction du hijab dans les écoles primaires

Autriche - La Cour constitutionnelle rejette l'interdiction du hijab dans les écoles primaires
Impensable en France.

La Cour constitutionnelle autrichienne a jugé que la loi interdisant aux filles de moins de 10 ans de porter le foulard dans les écoles était discriminatoire.

La plus haute autorité juridique a ainsi annulé la mesure adoptée en 2019 par les conservateurs (OVP) au pouvoir, et alliés alors à l’extrême droite (FPO).

Le chancelier conservateur, Sebastian Kurz, qui a toujours adopté une ligne sévère sur l'immigration, avait trouvé une position commune avec le Parti d'extrême droite pour la liberté (FPO) sur la question du voile, tandis que le FPO pour sa part affirmait que l'Islam n'a pas sa place dans la société autrichienne.

Leur alliance s’est pourtant effondrée peu de temps après l’adoption de cette loi, alors qu’une vidéo montrant le vice-chancelier du FPO, Heinz-Christian Strache, en plein acte de corruption politique, avait été diffusée. Ce dernier avait alors été forcé de démissionner de son poste au gouvernement, tout comme le chef du FPO au parlement, qui apparaissait également dans la vidéo. Il est ironique de constater l’état de la moralité de ceux qui donnent des leçons aux musulmans.

Cette législation, qui était délibérément retorse, ne précisait pas que l'interdiction visait le hijab spécifiquement, mais interdisait plutôt le port, par une formulation détournée, de «vêtements religieux associés à une couverture de la tête» ; cela afin qu’elle paraisse moins discriminatoire aux yeux du public.

Contestation des parents et de l'IGGO


L’IGGO, une organisation représentant les communautés musulmanes du pays, et reconnue par l’État autrichien, avait alors protesté vivement et accompagné les parents et les enfants musulmans dans leurs démarches juridiques pour faire reconnaitre leurs droits.

La Cour constitutionnelle a donc conclu vendredi que cette loi visait clairement les foulards musulmans et l’a annulée.

Le président du tribunal, Christoph Grabenwarter, a déclaré : « L'interdiction sélective… s'applique exclusivement aux écolières musulmanes et les sépare ainsi de manière discriminatoire des autres élèves ». En effet, elle ne s'appliquait qu’aux couvre-chefs des filles musulmanes mais pas aux kippas juives ou au turban des sikhs. C’était d’ailleurs l’axe de défense des parents auprès de la Cour, qui semble avoir payé.

« Il y a un risque que [la loi] rende plus difficile l'accès des filles musulmanes à l'éducation, et cela pourrait conduire à leur exclusion sociale. » a par ailleurs ajouté Christoph Grabenwarter.

Les juges ont conclu que la loi était dirigée contre une religion particulière [l'Islam], et violait la neutralité concernant les religions que doit maintenir l'État.

De plus, les conservateurs au pouvoir ont vu leurs plans déjoués, car ils prévoyaient même d’élargir cette interdiction aux jeunes filles âgées de 10 à 14 ans ; cela était aussi annoncé dans leur programme électoral. La ministre conservatrice de l’Intégration, Susanne Raab, avait de plus affirmé début 2020, qu’il y aurait une « possible prochaine étape » : interdire aux enseignantes des écoles publiques de porter le voile.

L’IGGO, tout en se félicitant de cette décision a déclaré que la Cour constitutionnelle avait mis fin à une « politique populiste de l’interdiction. »

Le président de l'IGGO, Umit Vural, a ajouté dans un communiqué: «Nous ne tolérons pas les attitudes désobligeantes envers les femmes qui se positionnent contre le foulard… et nous ne pouvons pas non plus être d'accord avec la réduction de la liberté religieuse des femmes musulmanes qui considèrent le foulard comme une partie intégrante de leur pratique religieuse vécue. »

Il faut également noter qu’en Autriche la communauté musulmane est assez minoritaire et était estimée en 2018 à 4.2 % de la population totale.

Cette décision est très positive et étonnante dans un contexte où le gouvernement autrichien avait promis une série de mesures restrictives suite à l’attentat terroriste du 2 novembre 2020, survenu à Vienne, et qui avait fait quatre morts et 23 blessés. Ces mesures avaient notamment conduit à la fermeture de deux mosquées fréquentées par l’assaillant et considérées comme « radicales ».

 

 

 

 

 

 
Commentaires (1)
  1. La cour a agi avec beauccoup d'à-propos et de discernement ! Et vive l'intégration dans la différence !!!!!!!!

Commenter

Votre E-mail ne sera pas publié.

Les articles les plus lus




Ce qu'il faut savoir sur le jeûne des jours blancs !

On assimile très souvent le jeûne uniquement à la période du Ramadan. Mais il existe une autre forme de jeûne aussi importante dans la vie d’un musulman: le jeûne des trois jours dans le mois. Apprécié...

Ramadan : la prière de Tarawih et ses mérites

En ce mois béni, il est indispensable d'évoquer la prière de Tarawih, prière spécifique au mois de Ramadan. Nous allons donc définir la prière de Tarawih et exposer certaines de ses caractéristiques. Notre rappel se...

Invocations et Douaas après la prière

Le Dhikr (à traduire en français par l’évocation d’Allah soubhanou wa ta’ala) est largement recommandé puisqu’il s’agit d’une pratique exécutée par Notre Prophète Muhammad (sallAllahou 'alayhi wa salam) après ses prières. Après chaque prière, il nécessaire...