facebook twitter instagram telegram
MENU

Partager cet article

Actualités

Salim et les œuvres surérogatoires

Salim et les œuvres surérogatoires

Par : Tamime Khemmar

Salim : Tonton Tamime ! Est-ce que tu as jeûné les six jours de chawwâl ?

Tonton Tamime : Non pas encore.

Salim : Pourtant, papa et maman les ont jeûnés dès le deuxième jour de l’Aïd. Est-ce qu’on ne doit pas les jeûner le plutôt possible ?

T.T : Non.

Salim : Pourtant, tonton, j’ai lu dans l’article que tu as écrit, concernant les six jours de chawwâl, qu’il était préférable de les jeûner juste après la fin de ramadhan.

T.T : C’est juste !

Salim : Je ne comprends pas ce que tu veux dire tonton. Tu dis « non » puis tu dis « c’est juste ».

T.T : Eh bien Salim, tu as dit « on doit les jeûner ». Or, ceci est faux, car le jeûne des jours de chawwâl, ainsi que tout jeûne en dehors de celui de ramadhan, est une œuvre surérogatoire.

Tu sais ce que signifie une œuvre surérogatoire, Salim ?

Salim : Bien sûr tonton, c’est toute œuvre que l’on n’est pas obligé d’accomplir.

T.T : Exactement ! Une œuvre surérogatoire est une œuvre que l’on accomplit volontairement sans que cela soit une obligatoire prescrite par Allah ; comme la salât cinq fois par jour, la zakât obligatoire, le jeûne de ramadhan, etc.

Celui qui accomplit une œuvre surérogatoire est récompensé et celui qui ne l’accomplit pas n’est pas puni, contrairement à l’œuvre obligatoire.

C’est pour cela que lorsque tu dis « on doit jeûner les six jours de chawwâl », je ne suis pas d’accord avec toi.

Mais lorsque tu dis « il est préférable de se hâter de les jeûner », là, je suis entièrement d’accord avec toi, car il faut toujours se hâter de faire le bien, comme Allah nous l’a recommandé dans le Coran.

Le meilleur cadeau que tu puisses faire à tes parents !

Salim : J’ai bien compris tonton. Mais j’ai comme l’impression que tu n’as pas trop aimé ma question sur le jeûne des jours de chawwâl.

T.T : Je t’ai toujours dit que tu étais un enfant très intelligent, Salim.

C’est vrai. Je n’aime pas trop que l’on m’interroge, ni qu’on le fasse avec autre que moi, à propos des œuvres surérogatoires. Tu sais pourquoi, Salim ?

Salim : Non, tonton.

T.T : Pour plusieurs raisons. Tu dois savoir qu’il est préférable de garder secrètes les œuvres que l’on accomplit. Car cela nous éloigne du « riyâ’ » qui signifie : le fait d’accomplir les œuvres pour être vu des gens. Or, pour qui accomplissons-nous nos œuvres Salim ?

Salim : Pour Allah !

T.T : De qui attendons-nous la récompense ?

Salim : D’Allah !

T.T : Alors pourquoi alors dévoiler nos œuvres à autre qu’Allah ?

Ceci est une chose. La deuxième chose est une question que chacun de nous doit se poser : est-ce que tu es sûr qu’Allah a accepté tes œuvres ?

Salim : Personne ne peut en être sûr, tonton.

T.T : Alors, œuvre en silence et ne montre pas tes œuvres surérogatoires car tu ne sais pas, peut-être qu’elles ne sont pas acceptées et que tu es en train de te vanter d’une chose que tu n’as pas acquise.

Salim : C’est vrai tonton, il faut savoir bien se conduire avec Allah.

T.T : Tu ne peux pas savoir à quel point ceci est important. Il vaut mieux accomplir peu d’œuvres et savoir bien se comporter avec Allah que d’œuvrer beaucoup et s’en vanter.

Salim aime Allah… Allah aime Salim

Une dernière chose, Salim.

Lorsque tu interroges quelqu’un au sujet de certaines œuvres surérogatoires, peut-être qu’il n’a pas pu les accomplir et qu’il n’a pas autant de force que toi. Tu le mettras ainsi dans l’embarras pour une chose qui n’est pas une obligation.

Il peut aussi avoir une excuse, comme une maladie ou un empêchement, qu’il ne veut pas divulguer.

Salim : C’est vrai tonton. Je n’ai pas fait attention à cela. C’est très bien d’apprendre toutes ces choses.

T.T : Certainement. Ceci s’appelle : la compréhension de la religion.

Comme il faut être intransigeant avec les œuvres obligatoires, il faut être très flexible et très indulgent avec les œuvres surérogatoires et savoir équilibrer entre les deux.

Le jeûne de ramadan apprend la crainte d’Allah : At-taqwâ

Pour terminer, je te dirais que je n’ai pas encore jeûné les six jours de chawwâl car je rends visite à mes parents qui habitent loin de moi.

Or, la bienfaisance envers les parents est plus importante que le jeûne surérogatoire. Est-ce que tu penses que j’ai une bonne excuse Salim ?

Salim : Tu n’as pas besoin d’excuse, tonton. C’est une œuvre surérogatoire !

T.T : Prends soin de tes parents, Salim !

 

 

Commentaire (0)

Commenter

Votre E-mail ne sera pas publié.

Les articles les plus lus




Salat istikhara - la prière de consultation

En effet, il nous est possible de consulter notre Seigneur avant de faire un choix particulier. Cette prière est donc importante car elle nous permet de consulter Allah sur nos choix et d'éviter ainsi certaines...

Le mauvais œil en Islam : comment se protéger ?

Le mauvais œil  en islam est une réalité contre laquelle nous pouvons nous protéger. Il est donc de notre devoir d'être conscients de ce fait afin de pouvoir le combattre inchaAllah. Nous allons donc expliquer...

L'adultère et la fornication en Islam

En Islam et par le biais du Saint Coran, Allah (subhannou wa ta'ala) nous a révélé comment arriver au Paradis, en nous éloignant des péchés les plus affreux de ce monde. Parmi les plus méprisables figurent...

La prière de Tarawih et ses nombreux mérites

En ce mois béni, il est indispensable d'évoquer la prière de Tarawih, prière spécifique au mois de Ramadan. Nous allons donc définir la prière de Tarawih et exposer certaines de ses caractéristiques. Notre rappel se...

La prière du Vendredi (Salât joumou’a)

Comme pour chaque effort, la récompense de la prière du vendredi est grande A ce sujet, le Prophète (sallAllahou ’alayhi wa salam) a dit : « Le Jour de Vendredi est de grande importance, le meilleur...

Gélatine de porc Islam : qu'en est-il des bonbons Haribo ?

Pour simplifier les obligations alimentaires, il est important de retenir que tout est halal sauf ce qui est par nature haram, c’est-à-dire illicite (porc, alcool), ou qui contient un composant qui rend haram (une certaine...

Invocations et Douaas après la prière

Le Dhikr (à traduire en français par l’évocation d’Allah soubhanou wa ta’ala) est largement recommandé puisqu’il s’agit d’une pratique exécutée par Notre Prophète Muhammad (sallAllahou 'alayhi wa salam) après ses prières. Voici les invocations à faire...