facebook twitter instagram telegram
MENU

Partager cet article

Rappels

Naissance d’un nouveau-né en Islam

111 512 vues

Naissance d’un nouveau-né en Islam

La naissance d’un enfant. Sans doute l’un des plus beaux jours de notre existence, si ce n’est le plus beau. Un instant unique, un moment magique, un souvenir gravé à jamais dans nos cœurs et nos mémoires : cet instant où notre vie change à jamais pour un bienfait que l’on ne mesure pas. La naissance d’un enfant est suivie de rites religieux, auxquels nous nous intéressons pour vous chers lecteurs.

Mais, avant de nous pencher sur la pratique des Sunnas après la naissance, il est important de préciser que tout nouveau-né, naît selon la fitra à savoir la fitra de l’Islam.

D’après Abou Hourayra (ra), le Prophète (psbL) a dit : « Chaque nouveau-né vient au monde selon la fitra (nature avec laquelle il fut créé, l’Islam) mais ce sont ses parents qui font de lui un juif, un chrétien ou un mazdéen. De même que la bête de somme qui naît sans difformité : y voyez-vous une quelconque mutliation ? » (Rapporté par Boukhary et Muslim)

Parmi les Sunnas concernant la naissance d’un enfant en Islam, on cite :

Faire l’annonce de la naissance

Lorsque l’enfant naît, il fait partie de la tradition Prophétique d’annoncer cette bonne nouvelle. En effet, la propagation de la bonne nouvelle doit être pratiquée par tout musulman et quelle meilleure nouvelle que celle de l’arrivée d’un enfant ? D’ailleurs, notre Seigneur a annoncé la naissance de Yahya dans le Saint Coran : {Ô Zacharie, Nous t’annonçons la bonne nouvelle d’un fils. Son nom sera Yahya. Nous ne lui avons pas donné auparavant d’homonyme} (Sourate 19 : Verset 7).

Suite à la naissance d’un nouveau né, il nous faut faire preuve de reconnaissance envers le Donateur. Le fait d’avoir un enfant est une Grâce faite par notre Seigneur. Il nous faut donc Le remercier dans les moments forts de notre existence, comme nous faisons appel à Lui lors des épreuves que nous traversons.

Pratiquer le tahnik

Le tahnik constitue une Sunna lors de la naissance d’un nouveau né en Islam. Il s’agit du fait de mâcher une datte puis de la passer sur le palais du nouveau-né. Il ne faut pas négliger la pratique du tahnik chers frères et sœurs car comme toute Sunna, elle est dotée de sagesses dont on ne mesure pas l’ampleur sobhanAllah.

Abu Mussa al Ash’ari (qu’Allah l’agrée) rapporte en ce sens : « A la naissance de mon enfant, je l’apportai au Prophète (‘alayhi salat wa salam) qui lui donna le nom d’Ibrahim. Il lui frotta le palais avec une datte sèche et invoqua la bénédiction divine pour lui » (Al Boukhari et Muslim).

Prendre une datte sèche est donc la meilleure des choses à faire pour le tahnik. Cela dit, il est possible d’utiliser d’autres alternatives comme nous l’explique Ibn Hajar : « Il faut tout d’abord se tourner vers une datte sèche et à défaut d’en avoir, vers une datte fraîche ou sinon n’importe quel aliment sucré, en sachant qu’il est préférable d’utiliser du miel » (Al Boukhari et Muslim).

Donner un beau prénom à l’enfant

Le fait de disposer d’un beau prénom représente un droit pour le nouveau né en Islam. En effet, étant un être immature et dépourvu de parole, il convient de lui choisir un prénom qu’il portera fièrement tout au long de sa vie.

Le Messager d’Allah (‘alayhi salat wa salam) nous a informé des prénoms masculins que notre Seigneur aime. C’est ainsi qu’il a dit selon ibn ‘Umar (qu’Allah l’agrée) : « Les meilleurs noms que vous portez sont auprès d’Allah : ‘Abd Allah et ‘Abd ar Rahman » (Muslim). Nous savons donc quels prénoms masculins Allah préfère, al hamdouliLlah. Le Prophète (‘alayhi salat wa salam) a également dit : « Portez les noms des Prophètes : les meilleurs noms sont pour Allah ‘Abd Allah et ‘Abd ar-Rahman ; les noms les plus véridiques sont Harith (celui qui agit) et Hammam (celui qui pense) et les plus mauvais sont Harb (la guerre) et Murra (amer) » (Abu Dawud et Nasa’i).

La ‘aqiqa ou le sacrifice à accomplir après la naissance

La ‘aqiqa est ce sacrifice à faire à l’occasion de la naissance d’un nouveau né en Islam. C’est une Sunna approuvée, reconnue et appliquée. Cela dit, certains savants considèrent qu’elle est obligatoire en l’honneur d’une naissance. La ‘aqiqa consiste à sacrifier une bête (le plus souvent, un mouton) pour la naissance d’une fille et deux pour celle d’un garçon. La ‘aqiqa représente un moyen de remercier notre Seigneur pour le don dont Il nous a comblés. L’intérêt de ce sacrifice est donc spirituel.

Ce sacrifice s’effectue de préférence sept, quatorze ou vingt-et-un jours après la naissance comme l’a expliqué Cheikh al Albani (qu’Allah lui fasse miséricorde) : ces trois dates ont été rapportées par différents ahadiths, ce qui prouve leur légitimité quant à la ‘aqiqa. Pour les parents qui ne l’ont pas fait à ces dates, il leur faut le faire à n’importe quel autre jour.

Bien évidemment, la ‘aqiqa doit être faite par celui qui en a la capacité financière. Celui qui est démuni ou qui n’a réellement pas les moyens de sacrifier une bête, il ne lui incombe pas de le faire.

Raser les cheveux et donner l’équivalent du poids en or

Parmi les pratiques qui se font au septième jour après la naissance de l’enfant en Islam , il y a le fait de lui raser les cheveux, de peser ses cheveux et de donner en aumône l’équivalent de leur poids en or.

C’est en ce sens que Mohamed ibn ‘Ali ibn al Hussayn rapporte d’après son père que le Prophète (‘alayhi salat wa salam) a fêté la naissance de son petits-fils al Hassan en sacrifiant un mouton puis il dit : « Ô Fatima ! Rase-lui la tête et donne en aumône l’équivalent du poids de ses cheveux en argent ». Fatima pesa ses cheveux et trouva qu’ils pesaient environ un dirham. Il faut donc donner en aumône l’équivalent du poids des cheveux du nouveau-né.

Faire la circoncision du nouveau-né

La circoncision est une pratique remontant avant l’époque du Prophète Mohamed (‘alayhi salat wa salam). En effet, cet acte a été ordonné par Allah à son Prophète et Ami Ibrahim (‘alayhi salam). Il fut ainsi le premier homme à pratiquer la circoncision. Précisons qu’il l’a faite alors qu’il était âgé de quatre-vingt ans comme le souligne un hadith.

La circoncision du nouveau-né en Islam a été quant à elle instaurée par le Messager d’Allah (‘alayhi salat wa salam). En effet, Abu Hurayra (qu’Allah l’agrée) a rapporté que le Prophète (‘alayhi salat wa salam) a dit : « Al fitra (la saine nature) comporte cinq qualités : al khitan (la circoncision), al istihdad (le fait de raser les poils du pubis), le fait de couper les moustaches, le fait de couper les ongles et le fait de raser les poils des aisselles » (Al Boukhari et Muslim). La circoncision fait donc partie de la fitra de l’homme.

Rappelons chers frères et sœurs que la circoncision est une pratique religieuse, qui doit se faire dans les règles islamiques et scientifiques. Il convient donc de faire appel à une personne formée à ce genre d’interventions. Quant au jour de la circoncision, ibn al Qayyim al Jawziyya (qu’Allah lui fasse miséricorde) explique que certains savants déconseillent de faire la circoncision le septième jour afin de se différencier de la pratique des juifs. Et Allah est plus Savant.

L’Adhan dans l’oreille du nouveau-né n’est pas légiféré :

Peu de musulmans le savent, mais il n’est pas légiféré de faire l’adhan dans l’oreille du nouveau-né en Islam.

En effet, le hadith qui rapporte que faire l’adhan dans l’oreille lors de la naissance d’un nouveau né en Islam représenterait une sunna est rapporté dans les Sunan de At-Tirmidhi, et fait partie d’une chaîne de transmission faible. Comme tout hadith peu fiable, il faut absolument éviter de le mettre en pratique au risque de développer une bid’a (innovation).

Qu’Allah préserve nos enfants dans le droit chemin et nous facilite leur éducation. Qu’Il nous permette à tous d’œuvrer dans le bien et d’obtenir Sa Satisfaction.

Commentaires (12)
  1. Pas mal d'académiques affirment que nous naissons croyants.

  2. Louange à Allah

    Il est préférable de l’opérer pendant la prime jeunesse parce que c’est plus confortable pour le jeune enfant. Ceci permet aussi à l’enfant de grandir dans un état parfait.

    An-nawawi a dit : « Il est recommandé aux tuteurs de circoncire les tout-petits, cela étant plus confortable » Voir al-Madjmou, 1/351.

    Al-Bayhaqui a rapporté (8/324) que Djabir a dit : « Le Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui) a baptisé Hassan et Houssayn et les a circoncis au 7e jour de leur naissance ». La chaîne des garants de ce hadith est faible. Voir Irwa al-Ghalil, 4/383.

    C’est pourquoi, quand l’imam Ahmad a été interrogé sur le temps de la circoncision, il dit : « Je n’ai rien entendu à ce propos » Ibn al-Moundhir a dit : « La fixation du temps de la circoncision ne repose ni sur une information fiable ni sur une pratique étayée par la Sunna.

    S’agissant de son temps d’exigence, certains ulémas soutiennent qu’elle ne devient obligatoire qu’après l’atteinte de la majorité puisque c’est alors que l’on est responsable des obligations religieuses.

    An-Nawawi a dit : « Selon nos condisciples, la circoncision devient obligatoire après la majorité » Al-Madjmou, 1/351.

    Ibn al-Qayyim (Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) a choisi l’opinion selon laquelle la circoncision est obligatoire avant la majorité et qu’il faut faire en sorte que l’enfant soit circoncis avant d’être majeur. Mais l’obligation incombe ici au tuteur du mineur.

    Ibn al-Qayyim a dit : « Selon moi, le tuteur doit faire circoncire le mineur pour qu’il soit circoncis au moment de sa majorité. Le tuteur ne s’acquitte pas de son obligation sans procéder ainsi.

    Le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) a donné aux pères l’ordre d’apprendre à leurs enfants à prier dès l’âge de sept ans, et de les frapper pour la négligence de la prière dès l’âge de dix ans. Dès lors, il ne pouvait pas leur être permis de retarder leur circoncision au-delà de leur atteinte de la majorité ».

    Cheikh al-islam Ibn Taymiyya a dit : « Quant à la circoncision, on s’y soumet quand on veut. Cependant, il convient de la faire peu avant l’âge de majorité conformément à la tradition ancienne des Arabes qui voulait que l’on soit circoncis avant la majorité.

    Al-Fatawa al-Koubra, 1/275.

  3. Assalamou Alayhikoum! puisse Allah nous fasse bénéficier des bienfaits de ce message qui regorge beaucoup d'instructions pour nous, musulmans et vous accorde les mérites de vos inestimables efforts . Puisse Allah vous bénisse.

  4. Salam aleykoum,

    Je me permet de laisser un commentaire car après vision de la video, à aucun moment le Sheikh indique qu'il faut délaissé cette pratique, ni appel cela une Bid'a mais au contraire il dit que la majorité des savant recommande cette pratique.
    De plus, ce n'est pas parce qu'une pratique nous parvient d'une chaine de transmission faible, quelle doit être rejeté ou traité de bid'a, n'importe quel étudiant en science du Hadith le sait.

    Votre texte induit donc les gens en erreur, et incite à délaisser une pratique, dont on un Hadith qui nous incite à le faire, le Sheikh nous rappel que les pieux prédécesseur le faisait, et la majorité des savants musulmans recommande cette acte.

    Walahu a3lam,

    Qu'Allah nous accorde une bonne compréhension de l'islam.

  5. Salam aleykoum,

    Je me permet de laisser un commentaire car après vision de la video, à aucun moment le Sheikh indique qu’il faut délaissé cette pratique, ni appel cela une Bid’a mais au contraire il dit que la majorité des savant recommande cette pratique.
De plus, ce n’est pas parce qu’une pratique nous parvient d’une chaine de transmission faible, quelle doit être rejeté ou traité de bid’a, n’importe quel étudiant en science du Hadith le sait.
    Votre texte induit donc les gens en erreur, et incite à délaisser une pratique, dont on un Hadith qui nous incite à le faire, le Sheikh nous rappel que les pieux prédécesseur le faisait, et la majorité des savants musulmans recommande cette acte.

    Walahu a3lam,

    Qu’Allah nous accorde une bonne compréhension de l’islam.

  6. Mohamed Frédéric

    Alhamdoulilah rabi an lamine pour la connaissance que vous protigez pour nous , barka Allah fi koum

  7. Et si pour enfant dont les parents ont rasé les cheveux et n'ont pas donné en aumône l’équivalent du poids de ses cheveux et s'en aperçoivent que des années après ?? y a t il une possibilité de se rattraper ??

  8. BONJOUR MON FILS VA AVOIR UN AN ET JE N,EST PAS ENCORE RACER SES CHEVEUX MAIS QUANT ON PARLE DE RASER LA TETE ES LUI RACER A BLANC OU LE RACER LE PLUS COURT POSSIBLE? DANS LATTENTE DE VOS REPONSE BONNE JOURNEE

  9. Puisque je n'ai pas le moyen et j'aimerais le faire je peux pas sacrifier un poule et comment dois je faire les cheveux

  10. Est il obligatoire de raser la tête d'une fille ? Car je ne comprend toujours pas si ça l'est ou pas

    1. Il y a une divergence ne fait pas pour une fille c'est l'avis du sheikh utheymin. Pour les cheveux !

  11. MashaAllah. Une explication assez claire et remplie de sagesse.Merci beaucoup Qu'Allah vous bénisse ????

Commenter

Votre E-mail ne sera pas publié.

Les articles les plus lus




Salat istikhara - la prière de consultation

En effet, il nous est possible de consulter notre Seigneur avant de faire un choix particulier. Cette prière est donc importante car elle nous permet de consulter Allah sur nos choix et d'éviter ainsi certaines...

Le mauvais œil en Islam

Le mauvais œil est une réalité contre laquelle nous pouvons nous protéger. Il est donc de notre devoir d'être conscients de ce fait afin de pouvoir le combattre inchaAllah. Nous allons donc expliquer ce qu'est...

L'adultère et la fornication en Islam

Par le biais du Saint Coran, Allah (subhannou wa ta'ala) nous a révélé comment arriver au Paradis, en nous éloignant des péchés les plus affreux de ce monde. Parmi les plus méprisables figurent l'infidélité (avoir des...

Ramadan : la prière de Tarawih et ses mérites

En ce mois béni, il est indispensable d'évoquer la prière de Tarawih, prière spécifique au mois de Ramadan. Nous allons donc définir la prière de Tarawih et exposer certaines de ses caractéristiques. Notre rappel se...

Salât joumou’a

Comme pour chaque effort, la récompense de salat Jumu’a est grande A ce sujet, le Prophète (sallAllahou ’alayhi wa salam) a dit : « Le Jour de Vendredi est de grande importance, le meilleur des jours...

Gélatine de porc Islam

Pour simplifier les obligations alimentaires, il est important de retenir que tout est halal sauf ce qui est par nature haram, c’est-à-dire illicite (porc, alcool), ou qui contient un composant qui rend haram (une certaine...

Invocations et Douaas après la prière

Le Dhikr (à traduire en français par l’évocation d’Allah soubhanou wa ta’ala) est largement recommandé puisqu’il s’agit d’une pratique exécutée par Notre Prophète Muhammad (sallAllahou 'alayhi wa salam) après ses prières. Après chaque prière, il nécessaire...