facebook twitter instagram
MENU

Partager cet article

Paramètres des cookies

Le visiteur du site Ajib.fr est informé que des cookies peuvent s’installer automatiquement sur son navigateur internet. Un cookie est un petit fichier texte au format alphanumérique déposé sur le disque dur du visiteur par le serveur du site visité ou par un serveur tiers (régie publicitaire, service de web analytique, etc.) qui sert à enregistrer les informations relatives à la navigation sur le site.


Le visiteur peut paramétrer son navigateur internet sur la façon de gérer les cookies, de la manière décrite sur le site www.cnil.fr



Paramétres J'accepte
Actualités

Le chef de la ligue arabe torpille le "deal du siècle" de Trump

1 570 vues

img_1
Le chef de la Ligue arabe a fermement pris position sur le fait qu’il n’y aurait aucun accord de paix au Moyen-Orient sans la création d’un Etat palestinien.

Considérant que le conflit israélo-arabe s’éternise et qu’aucune des parties ne l’a résolu, la Maison-Blanche a tenté une approche pragmatique ne tenant pas compte du Droit international, mais de la réalité sur le terrain.

L’envoyé spécial du président Trump, son gendre Jared Kuschner, a élaboré un plan qui a beaucoup évolué et dont on ne sait rien avec certitude.

La direction palestinienne boycotte la conférence


Ce même Jared Kushner avait déclaré il y a quelques mois que les fameux détails du « Deal du siècle » seraient présentés, après le mois saint du Ramadan. Il s’agit, selon lui, d’une proposition de paix nécessitant des concessions des deux parties, palestinienne et israélienne.

Une conférence dirigée par les Etats-Unis se tiendra la semaine prochaine à Bahreïn sur des propositions pour l'économie palestinienne.


Le chef de la Ligue arabe Aboul Gheit a averti lundi que les tentatives de résolution du conflit israélo-palestinien seraient vaines sans la création d'un État palestinien sur tous les territoires occupés par Israël lors de la guerre de 1967 au Moyen-Orient.

Ahmed Aboul Gheit pointe du doigt un plan de paix encore non publié que Donald Trump a qualifié de «marché du siècle». Dans le cadre de ce plan, une conférence dirigée par les États-Unis se tiendra la semaine prochaine à Bahreïn sur des propositions pour l’économie palestinienne.

Les Arabes doivent adopter une position unie pour y faire face


Les Arabes et les Palestiniens s’attèlent aujourd’hui à prendre une position unifiée confirmant le rejet de tout projet de règlement ne conduisant pas à la création d’un Etat palestinien avec Jérusalem-Est comme capitale.

Les dirigeants palestiniens boycottent la conférence, affirmant que le plan de paix de Trump risquait de peser lourdement en faveur d’Israël et d’annuler leurs aspirations à la création d’un État en Cisjordanie et dans la bande de Gaza occupées.

Les frontières de 1967 avec Jérusalem-Est comme capitale sur le tapis.


Bien que les grandes lignes du projet de plan n'aient pas encore été dévoilées, des sources palestiniennes et arabes mettent en garde contre ce projet en affirmant qu'il jetterait concrètement de l'ombre à la solution des deux États.

"Ce qui est acceptable de notre côté en tant qu'Arabes comme solution, c'est la création d'un État palestinien aux frontières du 4 juin 1967, avec Jérusalem pour capitale" a déclaré Aboul Gheit lors d'un événement organisé par la Ligue arabe.

Aboul Gheit a déclaré que l'acceptation par Israël d'une initiative de paix arabe élaborée par l'Arabie saoudite en 2002 et offrant à Israël des relations normales en échange du retrait du territoire capturé en 1967 était la seule solution acceptable pour les États arabes.

"Si Israël choisit la seule voie raisonnable et acceptée de notre côté en tant qu'Arabes, à savoir la création d'un Etat palestinien ... elle sera acceptée dans la région en tant que partenaire régional normal", a-t-il déclaré.

La semaine dernière, un responsable de la Maison Blanche a déclaré que l'Egypte, la Jordanie et le Maroc prévoyaient d'assister à la conférence de Bahreïn. Les Palestiniens ont demandé à l’Égypte et à la Jordanie de reconsidérer leur participation à la conférence des États-Unis à Bahreïn sous l'égide des États-Unis, craignant que cela affaiblisse toute opposition arabe au prochain plan de paix de Washington.

Un deal du siècle bien mal engagé et qui risque malheureusement de prendre plusieurs siècles…
Commentaire (0)

Commenter

Votre E-mail ne sera pas publier. Les Champs Obligatoire Marqué *

Les articles les plus lus




Ce qu'il faut savoir sur le jeûne des jours blancs !

On assimile très souvent le jeûne uniquement à la période du Ramadan. Mais il existe une autre forme de jeûne aussi importante dans la vie d’un musulman: le jeûne des trois jours dans le mois. Apprécié...

Ramadan : la prière de Tarawih et ses mérites

En ce mois béni, il est indispensable d'évoquer la prière de Tarawih, prière spécifique au mois de Ramadan. Nous allons donc définir la prière de Tarawih et exposer certaines de ses caractéristiques. Notre rappel se...

Invocations et Douaas après la prière

Le Dhikr (à traduire en français par l’évocation d’Allah soubhanou wa ta’ala) est largement recommandé puisqu’il s’agit d’une pratique exécutée par Notre Prophète Muhammad (sallAllahou 'alayhi wa salam) après ses prières. Après chaque prière, il nécessaire...