facebook twitter instagram telegram
MENU

Partager cet article

Actualités

60 ans plus tard, comment la règle de la prière à l'école a changé l'Amérique

129 vues

60 ans plus tard, comment la règle de la prière à l'école a changé l'Amérique

Il y a soixante ans cette, le 25 juin 1962, la Cour suprême des États-Unis a déclaré inconstitutionnelles les prières parrainées par les écoles dans l’affaire historique Engel c. Vitale.

L’indignation publique a été immédiate et généralisée. Pour des millions d’Américains, la Cour avait « expulsé Dieu des écoles », pour utiliser une expression qui est entrée dans le lexique de la guerre culturelle.

Six décennies plus tard, Engel continue d’être vilipendé par un bon nombre de télévangélistes et de politiciens qui profitent de chaque occasion pour s’insurger contre les « écoles publiques impies ». Selon eux, l’élimination de la prière parrainée par l’école a mis l’Amérique sur la voie de la ruine morale et spirituelle.

Au fil des ans, l’absence de « prière à l’école » a été liée à presque tous les maux sociaux, des fusillades dans les écoles à la toxicomanie.

Une vidéo YouTube populaire demande pourquoi Dieu ne fait rien à propos des choses terribles qui arrivent aux élèves américains dans les écoles publiques – et une voix profonde répond d’un ton inquiétant : « Je n’ai pas le droit d’entrer dans les écoles ».

Le fait que la décision de la Haute Cour sur la prière soit à blâmer pour le déclin de l’Amérique est un récit convaincant, recueillant année après année, des millions de dollars pour des groupes de défense.

Mais voici le hic : ce n’est pas vrai.

Commençons par énoncer l’évidence : l’état des syndicats ne peut être corrélé à la fréquence des prières gouvernementales dans les écoles ou ailleurs. Après tout, à l’ère des prières quotidiennes dirigées par les enseignants, l’Amérique avait un certain nombre de maux sociaux, y compris des écoles publiques ségréguées.

Tout comme il serait absurde de blâmer la prière dirigée par un enseignant pour le racisme ou dans d’autres échecs moraux les années 1950, cela n’a aucun sens de blâmer l’absence de telles prières pour los échecs moraux aujourd’hui.

Mais le grand mensonge dans le débat sur la prière à l’école est la fausse accusation selon laquelle la Cour suprême a expulsé Dieu ou éliminé la prière des écoles publiques. En réalité, la Cour n’a jamais interdit les prières dans les écoles – à Engel ou dans toute autre décision.

Au lieu de cela, la Cour a statué que, en vertu de la clause d’établissement du premier amendement, « ce n’est pas dans les affaires du gouvernement de composer des prières officielles pour n’importe quel groupe du peuple américain à réciter dans le cadre d’un programme religieux mené par le gouvernement ». Que ce soit la prière musulmane, la prière chrétienne, juive ou même bouddhiste.

En d’autres termes, les prières parrainées par l’État dans les écoles ne sont pas inconstitutionnelles. Les étudiants, ainsi, sont entièrement libres de prier dans les écoles publiques – seuls ou en groupe, tant qu’ils ne perturbent pas l’école ou n’interfèrent pas avec les droits des autres.

Aujourd’hui Dieu va à l’école

Il est vrai qu’au lendemain de l’arrêt Engel, certains administrateurs scolaires sont allés trop loin en interdisant l’expression religieuse des élèves, pourtant protégée par la Constitution. Bien sûr, d’autres administrateurs et commissions scolaires ont désobéi à la décision de la Cour en poursuivant les pratiques religieuses parrainées par l’école.

Mais au cours des dernières décennies, la plupart des responsables des écoles publiques ont commencé à bien comprendre la religion – et la prière. Ils comprennent (enfin) la différence entre le discours gouvernemental faisant la promotion de la religion – que la clause d’établissement interdit – et le discours religieux étudiant, que les clauses de libre exercice et de liberté d’expression protègent.

Visitez la plupart des écoles publiques aujourd’hui et vous verrez probablement des élèves musulmans prier lorsque wakt salat arrive, assister à des réunions de clubs religieux, se donner à la littérature religieuse, parler de leur foi lors de discussions en classe et exprimer par d’autres manières leurs convictions religieuses.

En fait, il y a plus d’expression religieuse étudiante dans les écoles publiques aujourd’hui qu’à n’importe quel moment depuis le 19e siècle. Loin d’être « expulsé », Dieu va à l’école aujourd’hui par la porte du Premier Amendement.

Les détracteurs de la décision de la Cour dans Engel c. Vitale ont raison sur une chose : la décision a changé l’Amérique, mais pas comme ils le pensent.

L’époque où une religion (historiquement le christianisme protestant) dominait les écoles publiques et la place publique est révolue. Aujourd’hui, grâce en grande partie à Engel, nous sommes plus proches que jamais de la pleine liberté religieuse envisagée par le premier amendement – un terrain égal pour les personnes de toutes confessions.

Commentaire (0)

Commenter

Votre E-mail ne sera pas publié.

Les articles les plus lus




Salat istikhara - la prière de consultation

En effet, il nous est possible de consulter notre Seigneur avant de faire un choix particulier. Cette prière est donc importante car elle nous permet de consulter Allah sur nos choix et d'éviter ainsi certaines...

Le mauvais œil en Islam : comment se protéger ?

Le mauvais œil  en islam est une réalité contre laquelle nous pouvons nous protéger. Il est donc de notre devoir d'être conscients de ce fait afin de pouvoir le combattre inchaAllah. Nous allons donc expliquer...

La prière de Tarawih et ses nombreux mérites

En ce mois béni, il est indispensable d'évoquer la prière de Tarawih, prière spécifique au mois de Ramadan. Nous allons donc définir la prière de Tarawih et exposer certaines de ses caractéristiques. Notre rappel se...

Gélatine de porc Islam : qu'en est-il des bonbons Haribo ?

Pour simplifier les obligations alimentaires, il est important de retenir que tout est halal sauf ce qui est par nature haram, c’est-à-dire illicite (porc, alcool), ou qui contient un composant qui rend haram (une certaine...

Invocations et Douaas après la prière

Le Dhikr (à traduire en français par l’évocation d’Allah soubhanou wa ta’ala) est largement recommandé puisqu’il s’agit d’une pratique exécutée par Notre Prophète Muhammad (sallAllahou 'alayhi wa salam) après ses prières. Voici les invocations à faire...

Épilation des sourcils en islam chez les femmes

De nos jours, la société de l’image dans laquelle on évolue, tend à nous faire assimiler l’idée que la beauté repose principalement sur l’apparence, ce que l’on reflète extérieurement, sans laisser beaucoup de place à la...

Qiyam Al-Layl - la prière de nuit

La prière n'est pas seulement un repos pour le croyant mais aussi une façon de s'engager dans un échange avec notre Créateur. Doubler les invocations ou le nombre de prières supplémentaires permet d'être gratifié de...