facebook twitter instagram
MENU

Partager cet article

Paramètres des cookies

Le visiteur du site Ajib.fr est informé que des cookies peuvent s’installer automatiquement sur son navigateur internet. Un cookie est un petit fichier texte au format alphanumérique déposé sur le disque dur du visiteur par le serveur du site visité ou par un serveur tiers (régie publicitaire, service de web analytique, etc.) qui sert à enregistrer les informations relatives à la navigation sur le site.


Le visiteur peut paramétrer son navigateur internet sur la façon de gérer les cookies, de la manière décrite sur le site www.cnil.fr



Paramétres J'accepte
Mode de vie

Les chroniques d'Oum Zaza : ces petits surnoms qu'on donne à nos enfants

6 611 vues

img_1

Les surnoms. Une pratique universelle, que ce soit dans nos sociétés occidentales ou ailleurs, tout le monde rebaptise les enfants à l'aide de petits surnoms parfois tendres, parfois moins. Voici un article pour prendre du recul et se rendre compte des conséquences que cela peut avoir sur nos chers bambins au fil du temps...



Les p'tits noms "gentils"


"Oh ma princesse, viens que je te regarde de plus près..." (Hana, 12 ans, venant de se coiffer)
"Mon bébé, viens me faire un bisous" (Samir, 8 ans, à la sortie des classes)
"Ah !!! ça : c'est mon sportif à moi !" (Jean, 5 ans, après avoir réussi à rattraper son ballon au parc)


Après vous avoir cité quelques exemples, imaginez vous maintenant être à la place de chacun de ces enfants. Quelle serait votre réaction si votre employeur, par exemple, lançait lors d'une réunion de service "Emira ? C'est notre calculatrice ! Elle compte incroyablement bien !!" ? Hey bien vous seriez fière et vous vous efforceriez de démontrer ce talent lors de multiples situations. C'est quelque chose qui vous rend "spéciale" et au début vous appréciez cela alors vous en jouez inconsciemment. Mais cela peut vite devenir pesant, voire étouffant : "Emira, je suis sur une fiche de paye, combien font 1710 euros BRUT - 867 euros d'absences injustifiées..." AU SECOOUUUURRSS !


Chacun répond instinctivement aux surnoms, et il est indéniable qu'ils affectent le développement des enfants. Hana, notre premier exemple, se compare depuis toute petite aux princesses des dessins animés, et en grandissant, elle se regarde énormément, se trouve belle, recherche toujours des accessoires qui répondront aux "attentes" de sa mère, à 18 ans sa mère l'appelle toujours ainsi (pour aller dans l'extrême), et Hana se conduit comme telle, n'aidant pas aux tâches ménagères, attendant qu'on lui mâche tout, qu'on l'accompagne partout, toujours impeccable sur elle, mais lasse de tout, et de tout le monde...


Lorsqu'on appelle son enfant à l'aide de "pseudo" tels ceux cités ci-dessus, l'enfant comprend que c'est ce que vous attendez de lui. Jean souhaite que ses parents soient fiers de lui en leur prouvant que le petit nom qu'ils lui donnent est mérité. Il est possible que ça lui corresponde, il est également probable qu'il se force sans que vous vous en rendiez compte. Un p'tit garçon qui va alors trouver dans toutes les situations du quotidien un moyen de vous prouver qu'il est super sportif ! Car quoi de plus gratifiant et de plus doux que la fierté et l'amour de ses parents ?


Quant à Samir, je pense que vous avez compris les conséquences que cela risque d'entraîner. Nous parlons ici bien évidemment des surnoms qui sont répétés constamment et non d'un surnom donné de manière ponctuelle, suite à une situation insolite ou cocasse. Que les choses soient claires, il ne s'agit pas non plus de noms doux comme "mon trésor" ou "ma chérie", mais bel et bien de surnoms qui peuvent bien souvent orienter certains traits de caractère d'un enfant. A vous de juger si le (ou les) surnom(s) donné(s) à vos enfants leur accorde(nt) une liberté totale d'esprit et d'agissement.


Nous devons les entourer d'amour, les encadrer grâce à une éducation sociale et religieuse, mais nous ne devons pas interférer dans leur développement. Ils devront se servir de ce qu'on leur donne, mais nous ne devons pas façonner leur caractère, les amener là où nous aimerions qu'ils aillent (sport, études...). Et prenons garde à ne pas nous servir de certains surnoms "flatteurs" pour manipuler leurs choix une fois plus grands.


"Mon scientifique à moi, ma fierté" PRÉFÉREZ "Tu as vraiment vraiment du talent en sciences, envisages-tu de continuer dans ce domaine ?"
"Ma beauté, tu es vraiment la plus belle" PRÉFÉREZ "Comme toutes les mères ont dû le dire à leur fille, je trouve que tu étais la plus belle !"
"Une vraie petite maman, tu es vraiment faite pour travailler avec les enfants !" PRÉFÉREZ "Tu es vraiment à l'aise avec les enfants, et tu semble apprécier leur compagnie."



Les p'tits noms "négatifs"


"Ma petite grassouillette d'amour" (Lahna, 18 mois, en sortant du bain)
"Attention l'arnaqueuse arrive !" (Soukeïna, 4 ans, arrivant dans le salon avec le sourire)
"Et voilà le râleur qui recommence..." (Mohamed, 9 ans, boudant parce qu'il voulait aller voir le match de son frère)


Après ces trois exemples, imaginez que l'on s'adresse à vous ainsi. On oublie trop souvent que les enfants sont des êtres à part entière, et qu'ils sont en construction. Si, en tant que parent, nous leur donnons des briques cassées ou triangles, leur maison (personnalité, foi, caractère...) aura des failles, que l'on pourra certes revoir, mais jamais récupérer de manière "parfaite". C'est pourquoi, en l'occurrence, il est impératif de ne pas donner de surnom "péjoratifs" à nos enfants.


Comme pour le pseudo "gentil", l'enfant va y répondre inconsciemment. Soukeïna va entrer dans le jeu et passera son temps à vouloir vous faire rire, à faire des petits mensonges rigolos, à cacher des choses, des objets. Jusqu'au jour où ça ne fera plus rire personne, et où ce petit jeu va se retourner contre elle.


Mohamed, quant à lui ne fera jamais l'effort de faire autre chose que bouder, après tout, vous vous y attendez tellement que ce n'est pas dramatique, c'est un confort pour tout le monde : Mohamed le boudeur restera le boudeur, on le sait, on fait avec, et personne ne fait d'efforts pour que ça change !


Quant à Lahna, bébé grassouillet, elle a une chance de ne pas garder cette étiquette si elle s'affine, mais si elle reste "potelée", les frères et sœurs, les parents, les grands parents risquent de la blesser continuellement une fois plus grande, même si elle ne le montre pas. Une blessure qui restera, même une fois adulte, et qui lui offrira comme héritage de jolis complexes ! Pour ces p'tits noms "négatifs", nous irons même plus loin que le chapitre précédent en disant qu'il faut les éviter même pour imager UNE situation, le piège étant trop facile... Voici quelques exemples pour illustrer certains pièges à éviter :


"Rachida, la maladroite de service, elle il faut lui donner un verre en plastique !" PRÉFÉREZ "Rachida, quel verre préfères-tu ? Et que souhaites tu boire pour le goûter ?"
"Ah toi, le comédien, ça suffit, je n'ai pas besoin de ça aujourd'hui !" PRÉFÉREZ "Je suis vraiment fatiguée aujourd'hui, j'ai besoin d'un temps calme, je te propose qu'on en parle calmement après le repas."
"Ma petite perle fragile, on t'a encore embêté n'est ce pas ?" PRÉFÉREZ "Aurélie, qu'est ce qui te rend tristounette, explique moi ?"


Abou Hourayra (رضي الله عنه) éprouvait beaucoup d'affection pour les animaux, et plus particulièrement pour les chatons : Il en garde d'ailleurs constamment un en sa compagnie ; le prophète (paix et bénédiction d'Allah sur lui) lui a donc donné ce surnom : "le père des chatons". Khalid (paix sur lui) a été surnommé Sayf el islam, l'épée de l'Islam, un surnom tellement honorable.


Un petit jeu pour terminer, quel est le surnom que l'on vous a donné enfant et qui vous a le plus marqué ? Et avez vous l'impression qu'aujourd'hui encore, vous agissez par rapport à ça ? Que ce soit un surnom positif ou négatif ?



Crédit photo

Commentaires (31)
  1. salaam alikoum

    je me souviens pas qu'on m'ait donné de surnom, ceci dit, on m'a dit tres jeune, que j'etais "l'homme de la maison"...

    sinon, j'ai pour habitude d'appeller tout gamin que je vois,
    "grosse couche"

    la seule experience significative que j'ai est avec mon neveu
    quand il etait plus petit 0 à 2 ans, il se reconnaissait et venait me voir
    jouait avec moi etc

    une fois, il avait un peu plus de 2 ans, je l'ai appellé grosse couche
    il m'a dit, je suis pas une grosse couche moi
    je lui ai repondu que si, tant qu'il n'ira pas aux toilettes comme els grands ce sera une grosse couche

    maintenant il est propre, et c'est tellement une habitude de l'appeller grosse coucher, que je ne sais plus l'appeller autrement lol
    quand je lui dis grosse couche, il repond, il sait que je lui parle
    wa Allahou A'lam, ca n'a pas l'air de le deranger ^^

    un mot à dire?

  2. Et moi qui appelle ma petite nièce "petite vachette"... Lol

  3. tu me fais penser aux intervilles

    LALALALALALA LALALALALAAAAAAAAA LOL

    sinon, ma mere, ma soeur ont le droit à des, la vieille, la vache, la grosse... mais elles sont grande, elles ont roulé leur bosse et surtout
    elles aiment ca HAHAHAAA

    1. Déjà pour une blague je trouve que c'est de très mauvais goût en plus d'être un manque flagrant de comportement envers sa mère (et accessoirement sa soeur). Mais si ce n'est pas une blague alors là...

  4. Salam 'alaycoum :) Pour te répondre Abu Luqman, il est temps de l'appeler par son prénom, même s'il ne semble pas se révolter lorsque vous l'appeler ainsi, il est préférable de passer à autre chose (il a changé, il est propre, ce n'est plus une grosse couche ;))

    Nûr, c'est typiquement le genre de pseudo qu'il faut éviter :D même si votre nièce sait que vous l'aimez et que c'est "tendre", ça peut prendre un virage différent d'un coup, idem, préférez son prénom tout simplement, et dîtes moi quelle est sa réaction :) elle a quel âge ?

  5. euh alors il y avait : gros lard , gros porc , sale con , gamin ... et y'en a encore des milliers ! cela ne m'a servit qu'a créer des complexes. meme aujourd'hui étant grand et mince , je me sentirai tj gros dans ma tete. J'espère seulement que mes enfants ne supporteront pas la meme chose.

    1. Ca n'a pas dû être facile, et je comprends que vous souhaitiez que ça n'arrive pas à vos enfants !

  6. wa 'alaykoum salaam

    effectivement, je suis d'accord avec vous mais c'est dur de changer
    et puis c'est un peu a grosse couche, meme quand il aura 25 ans et qu'il sera marié avec 8 gosses, mdrr

    nan, je suis d'accord, jvais faire un travail sur moi, mais ca reste tentant hihi !

    ahsana Allahou ilayk

  7. @Abû Luqman : tu as trouvé ma source d'inspiration khoya :)

    @Oum Zaza : 4 ans, j'ai simplement envie de dire qu'elle se reconnait à force, elle tourne la tête quand je dis "oh vachette" c'est mignon. Plus sérieusement votre article prête à réfléchir, j'ai donné un surnom (ou colibet :)) à chaque neveux et nièces depuis des années : Abû Bakr devient Boubou, Muhammad-Amine devient Amouna (il a 12ans le pauvre), Assia Ayouy, Nurdine Lakhal (pour sa couleur de peau) etc.
    Je vais leur poser la question pour savoir si cela les dérange inshallah.

  8. Bien sûre c'est tentant, et puis pour vous c'est une marque d'affection (^^), les surnoms rigolos de la part des adultes ça part plus souvent d'une bonne intention surtout vis à vis des jeunes enfants :-) Le tout est de se rendre compte assez tôt que pour l'enfant ça n'est pas pareil (ou du moins pas sur la longueur), Merci à vous pour vos commentaires :-)

  9. @ Nûr : Il est peu probable qu'ils osent dire à leur tata que ça les gêne, ils vous aiment sûrement énormément, et cela dépend de comment vous poserez la question, il est probable aussi que ça ne les gêne PAS ENCORE, c'est quelque chose que l'on doit faire de nous même :-) Et je suis sûre que vous trouverez d'autres moyens de leur faire ressentir qu'ils sont spéciaux pour vous, qu'ils ont une grande place dans votre cœur ! On est parfois "maladroit" pour montrer nos sentiments, et l'humour est un raccourci (bien souvent positif), mais dans ce cas à utiliser avec modération (^^)

  10. à 18 ans ma mère m'appelle toujours grosse vache etc lol et J'AVOUE très bon article pcq honnêtement ça marque et ça crée des GROS complexes :)

    Baraka Allahou fiki

  11. Assalamu aleykoum


    Je détestais tellement qu'on m'en donne! Et le pire c'est que même maintenant certains les utilisent encore !

    L'aspirine, la grosse ça leur est passé, mais reste encore "crevette" "poupoune" et autres surnoms vraiment très valorisants..

    BarakAllahu fiki pour cet article Oum Zaza!

  12. Salam à vous,
    moi aussi, comme la majorité des tatas, j'ai donné à chacun de mes 6 plus jeunes neveux et nièces, ainsi qu'à ma petite nièce (fille de ma nièce), un surnom.
    Daoud-Ayoub est devenu Dadoo (7ans),
    Yassin est devenu Sassin (5ans),
    Souleyman est devenu Sousou (5ans),
    Assia est devenu Sasette (5ans),
    Yassmin-Safâa est devenu Mimine (3ans)
    Chaïma est devenu Chichi (2ans),
    et Kadija est devenu kadijak (1an).
    Aucun ne semble perturbé par son surnom, cela s'est fait très naturellement. Toute la famille les adopter... Au départ, c'est par facilité que cela c'est fait, les 3 S étant arriver en même temps (des jumeaux et leur cousin), cela semblait pratique et pour nous et pour les enfants.
    La seule chose, c'est que Mimine est la seule qui ne reconnaît pas ses prénom, elle continue à s'identifier comme étant Mimine et non pas comme étant Yassmin. Elle réclame son surnom à l'école aussi. L'école laisse faire et nous aussi. Est-ce grave??

    1. Salam 'alaycoum, ici il est vraiment question des surnoms "adjectif", non des noms coupés ou remixés ;)

  13. Salam alaykoum Oum Zaza

    Merci pour votre contribution et votre travail sur le site.
    Néanmoins, je suis très critique avec le contenu de votre article.
    Sur un sujet aussi important que le rapport parent-enfant, il aurait été beaucoup plus intéressant que vous vous appuyiez sur plusieurs études sérieuses portant sur la question, dont vous nous auriez fait une synthèse.
    Votre article n'est que l'expression de votre point de vue. Et il est difficile de savoir ce qu'il vaut (Etes-vous spécialiste ? Quelle expérience des enfants avez-vous ?)
    On entend tout et son contraire en matière d'éducation un peu partout.
    Votre article s'inscrit malheureusement de ce brouhaha perpetuel...

    1. Merci pour votre message, et vos compliments ;)
      J'ai beaucoup appris lors d'une formation "Faber et Mazlish" grâce à une psychothérapeute exceptionnelle, de plus, je lis énormément sur le sujet de l'éducation, sur des pédagogies alternatives et qui ont fait leurs preuves. Ce n'est pas le fruit de mes réflexions, mais bien celles de professionnels. Je ne sais d'où vous tenez VOS conclusions par contre :-)

      J'y rajoute simplement "ma plume", en essayant de synthétiser et simplifier afin de donner l'envie aux adultes de s'y intéresser. Et en faisant des parallèles avec notre religion (la manière dont le prophète Paix et Bénédiction d'Allah sur lui se comportait avec les enfants etc...)

  14. Assalam aleikum

    C'est vrai qu'un surnom ayant un sens particulier peut avoir des conséquences fâcheuses s'il se détache des situations auxquelles il peut convenir. Un "vilain" à un enfant qui vient de faire une bêtise, ça convient, mais si on se met à appeler l'enfant comme ça régulièrement sans raison, il est possible que l'enfant développe une image inattendue de lui, par exemple une image de raté ou une image de rebelle.

    Il faudrait aussi toucher un mot sur ceux qui utilisent les surnoms. Le père et la mère, ce n'est pas la même chose que les oncles, ni que les cousins et ainsi de suite. D'ailleurs, les surnoms pour les enfants servent davantage à désigner l'unicité de la relation plutôt que celle de l'enfant, me semble-t-il. On utilise un surnom pour l'enfant et pour soi, pour dire que la relation est spéciale. Je crois que même quand plusieurs personnes utilisent un même surnoms pour un enfant, il est perçu et utilisé différemment selon la relation.

    1. Merci pour votre commentaire =)
      "Vilain" n'est pas un adjectif anodin, même si l'enfant a fait une bêtise, il faut toujours préférer ce que l'enfant a fait, de par votre réaction (voix, regard...) il sait que ce qu'il a fait n'est pas bien.

      Au lieu de "Tu as encore déchiré le papier ??!? Vilain !"
      Préférez : "On ne peut pas déchirer le papier du mur, c'est interdit !"

      Du coup on enlève le "tu" accusateur, et le "vilain" qui fera penser à l'enfant qu'il l'est vraiment :( Vous comprenez ce que je veux dire ? C'est de l'exercice, mais ça vaut tellement le coup ! L'enfant n'est pas parfait et fera toujours des bêtises quoi qu'il arrive, il n'est pas vilain. Et quoi qu'il arrive, il stoppera les bêtises et en fera d'autres plus grosses en grandissant, qu'on le traite de vilain ou non...

  15. Et moi qui n'arrête pas de dire à ma fille que c'est la plus belle de tout l'univers des princesses ... Oups

    Excellent article qui fait réfléchir

  16. salem alaykoum,

    Mon pere appelle ma soeur de puis toute petite "ma princesse" elle a 24 ans aujourd'hui et sa la pas déranger plus que sa dans ses manières, elle c'est jamais pris pour une princesse lool

    petit on m'appeller "grosse tete" et j'ai pas le souvenir que sa me déranger lol

    le petit frère de mon pote ont l'appellaient "bouboule" aujourd'hui il est pas complexé.

    Je pense que sa dépend des gosses, certain sa les touches d'autre non.

    1. Pour le surnom princesse j'ai bien précisé qu'il s'agissait d'un "extrême" de ma part pour montrer jusqu'où ça pouvait aller, bien heureusement toutes les petites filles que l'on a surnommé princesse ne sont pas des lady-di ;)

      Pour votre ami, je suis étonnée que ça ne le touche pas DU TOUT... wa ALLAHu a'lem

  17. salam aleykl

    Onma toujours appelé par des surnoms genre skelettor, serpent a lunette (jappreciai moins celui la), 500grammes (car jétais maigre) ect...

    Mais je trouve que ca forge aussi le caractére et parfois pas que dans le mauvais sens

    Mafille je l'apelle la "grosse"car elle grignotte beaucoup pourtant elle est toute fine mashallah ou ma chérie,mon bébé, mais vue qu'elle connait pas les dessins animés de princesse ectelle n'est pas du tout attaché a un modele, puisqu'elle range, nettoye, débarrasse (malgré ses 3ans), tout dans la maison, elle est trés attentionnée (pense toujours a son frere quand on lui offre quelque chose, meme avec nous parents)....

    Parcontre le truc a éviter je l'accorde cest "méchant" toujours dire méchant cest pas bien je trouve que ca cest pas un bon surnom cest comme les prénoms prendre des beaux prénoms, cest islamique mais prendre des prénoms space cest interdit, donc je voispas le déclage avec les surnoms, dire princesse ne va pas faire denos filles des chics a plume...si léducation suit a coté. maintenant si oui tu la laisses tout faire a 5ans elle sera toujours pareil a 20ans que tu l'apelle princesse ou pas.


    Sinon mon mari cétait "oreille tordu" et ca la pas tromatisé trant que ca avec ses freres ils se rapellent leurs surnoms (étantune spécialité de leur pere les surnoms dnasleur pays cest culturel lool), et bien ils en rigolent plus qu'autre chose (sa soeur cétait l'aveugle comme surnom...)

    1. C'est sûre qu'heureusement tous les enfants ne sont pas choqués, mais malgré tout ça forge quelque chose en chacun de nous comme vous le dîtes. Et peut être que certaines personnes n'osent pas dire même adulte que ça les blesse ? Tout dépend le caractère de chacun il est vrai, mais dans l'éducation, autant faire le maximum pour ne pas faire d'erreur... Je n'ose penser "c'est kit ou double"... Ou "Moi ça ne m'a pas choqué donc mes enfants ça sera pareil". Pour ma part les surnoms que l'on m'a donné ne m'ont pas choqué, mais j'ai un caractère "facile", aujourd'hui je suis maman, tata, j'ai été nounou des années durant dans plusieurs familles, et chez certains enfants j'ai remarqué que les surnoms pouvaient être un poids ou tout simplement agaçants sans que les parents s'en rendent compte d'ailleurs.

  18. Allah dit :

    « Et ne vous lancez pas mutuellement des sobriquets. » (Les Appartements, v. 11.)

    C’est-à-dire des sobriquets injurieux qui offensent ; sur le ton d’une plaisanterie, ce n’est pas grave, cependant, il ne convient pas à des gens de bonnes manières de le faire.

    En effet, cette plaisanterie peut provoquer querelle et dispute à l’avenir. Il se peut que quelqu’un entende ce sobriquet et s’en serve pour insulter celui à qui on a attribué ce sobriquet, sérieusement sans plaisanter.

    Il vaut mieux donc que quiconque a de bonnes manières évite de le faire, même en plaisantant.

    Fatwa du cheikh Otheimine portant sa signature

  19. Salam aleykoum;

    article intéressant.
    Petite, on m'appellait "Minoucha" car j'aimais beaucoup les chats. Ma mère m'appellait aussi "tamazouzt" ce qui signifie "ma petite dernière " en kabyle car je suis sa dernière fille. J'ai beaucoup apprécié ces surnoms et à presque 30 ans j'aime beaucoup que ma mère me prenne dans ses bras et m'appelle "tamazouzt".

  20. Lors d'un prochain article inchaALLAH, j'essayerai d'expliquer pourquoi il est néfaste d'octroyer un "surnom" et donc un rôle à chacun des enfants dans leur relation entre frères et sœurs... Wa ALLAHu a'lem =)

    1. Salem aleikoum Oum Zaza,

      Bravo pour ce nouvel article qui comme les précédents est très riche en conseils.

      PS : Comment puis-je vous contacter en privé?

  21. je viens juste de voir le message d'Ibn Bechir

    il faut vivre chez moi, avec ma mere et ma famille pour comprendre...
    de loin ca peut paraitre irrespectueux, mais il y a un contexte à tout
    les surnoms que je donne, sont des emboitement d'histoire et d'anecdote, ils evoquent une masse de souvenir, heureux d'ailleurs

    il faut se contextualiser pour comprendre une chose, pas la traiter à la longue vue ;)

  22. @ Nedjadi

    Voici mon mail : contact@islam-idf.com :)

Commenter

Votre E-mail ne sera pas publier. Les Champs Obligatoire Marqué *

Les articles les plus lus




Ce qu'il faut savoir sur le jeûne des jours blancs !

On assimile très souvent le jeûne uniquement à la période du Ramadan. Mais il existe une autre forme de jeûne aussi importante dans la vie d’un musulman: le jeûne des trois jours dans le mois. Apprécié...

Ramadan : la prière de Tarawih et ses mérites

En ce mois béni, il est indispensable d'évoquer la prière de Tarawih, prière spécifique au mois de Ramadan. Nous allons donc définir la prière de Tarawih et exposer certaines de ses caractéristiques. Notre rappel se...

Invocations et Douaas après la prière

Le Dhikr (à traduire en français par l’évocation d’Allah soubhanou wa ta’ala) est largement recommandé puisqu’il s’agit d’une pratique exécutée par Notre Prophète Muhammad (sallAllahou 'alayhi wa salam) après ses prières. Après chaque prière, il nécessaire...