facebook twitter instagram
MENU

Partager cet article

Paramètres des cookies

Le visiteur du site Ajib.fr est informé que des cookies peuvent s’installer automatiquement sur son navigateur internet. Un cookie est un petit fichier texte au format alphanumérique déposé sur le disque dur du visiteur par le serveur du site visité ou par un serveur tiers (régie publicitaire, service de web analytique, etc.) qui sert à enregistrer les informations relatives à la navigation sur le site.


Le visiteur peut paramétrer son navigateur internet sur la façon de gérer les cookies, de la manière décrite sur le site www.cnil.fr



Paramétres J'accepte
Rappels

Les 10 compagnons du prophéte

20 860 vues

Les 10 compagnons du prophéte
Le Messager d’Allah (sallAllahou 'alayhi wa salam) a promis le Paradis à dix de ces Compagnons (qu’Allah les agrée): Abu Bakr As-Siddiq, ’Umar Ibn Al Khattab,‘Uthman Ibn ‘Affan, Ali Ibn Abi Talib,Talha Ibn ‘UbaydAllah,Zubeyr Ibn Al ‘Awam, Sa’ad Ibn Abi Waqas, Sa’id Ibn Zayd,Abu ‘Ubayda ‘Umar Ibn Jarâh, ‘Abderrahmane Ibn ‘Awf (Qu’Allah les agrée).

  1. Ali ibn Abi Talib


Ali ibn Abi Talib (qu'Allah l'agrée) est le cousin du Messager d'Allah ('alayhi salat wa salam). En effet, ces derniers partagent le même grand-père. Il fut le premier enfant à embrasser l'Islam, à l'âge de sept, neuf, dix ou quinze ans, selon les différents rapporteurs. 'Ali ibn Abi Talib (qu'Allah l'agrée) a également combattu aux côtés de l'Envoyé d'Allah ('alayhi salat wa salam) durant toutes les batailles, hormis celle de Tabuk car le Messager d'Allah ('alayhi salat wa salam) lui confia la garde de sa famille. 'Ali ibn Abi Talib était l'époux d'une des filles du Prophète ('alayhi salat wa salam), à savoir Fatima (qu'Allah soit satisfait d'elle). Il était donc le gendre du Prophète ('alayhi salat wa salam).

'Ali ibn Abi Talib bénéficiait de l'amour de notre Seigneur ainsi que de celui du Messager d'Allah ('alayhi salat wa salam). En effet, Sahl ibn Sa'ad (qu'Allah l'agrée) rapporte que notre Prophète bien aimé ('alayhi salat wa salam) déclara : « « Demain, je donnerai cet étendard, certes, à un homme qui aime Allah et Son Messager et qu'Allah et Son Messager aiment. » Les gens passèrent une nuit agitée, s'interrogeant sur celui d'entre eux qui le recevra. Au matin, ils se rendirent tous chez le Messager d'Allah ('alayhi salat wa salam). Chacun souhaitait qu'on le lui remette. « Où est 'Ali ibn Abi Talib ? » fit le Prophète ('alayhi salat wa salam). On répondit : « Il se plaint de ses yeux. » Il envoya alors quelqu'un pour lui demander de venir. Quand il se présenta, le Messager d'Allah ('alayhi salat wa salam) cracha dans ses yeux et fit des invocations en sa faveur. Il s'en remit et sembla n'avoir jamais eu de douleurs. L'Envoyé d'Allah ('alayhi salat wa salam) lui donna l'étendard. [...] » (Rapporté par Al Boukhari et Muslim).

  1. Hamza ibn 'Abd al-Muttalib Le Lion d'Allah


Ce compagnon (qu'Allah l'agrée) était doté d'un courage inouï. C'est ainsi que lorsqu'il apprit qu'Abu Jahl s'en était pris au Messager d'Allah ('alayhi salat wa salam), il alla le voir, furieux et lui lança un coup avec son arc qui lui écorcha la tête. C'est à partir de cet épisode que Hamza ibn 'Abd al-Muttalib (qu'Allah l'agrée), proclama sa conversion à l'Islam macha Allah !

Lors de la bataille de Uhud, Hamza ibn 'Abd al-Muttalib (qu'Allah l'agrée) défendait l'Envoyé d'Allah ('alayhi salat wa salam) avec deux sabres en clamant : « Je suis le lion d'Allah !» Son courage était tel qu'il entraînait un élan de bravoure dans le combat des musulmans. Il ne reculait devant rien, qu'Allah lui accorde Son agrément !

Hamza ibn 'Abd al-Muttalib fut victime d'un complot durant la bataille de Uhud. En effet, Jubayr ibn Mut'im ordonna à son esclave Wahshi de tuer Hamza afin de gagner sa liberté. Il lui dit : « Si tu tues Hamza, l'oncle de Mohamed, pour venger mon oncle Tu'ayma ibn 'Adi, tu es un homme libre. » Ainsi, lorsque Hamza tomba de sa monture, son armure laissa apparaître son ventre et Wahshi en profita pour lui assigner un coup dans l'abdomen et lui ouvrir le ventre.

Ibn 'Umar (qu'Allah l'agrée) rapporte également : « J'ai vu, sur le corps de Hamza, quatre-vingt-dix coups d'épée, de couteau ou de lance. » Hamza ibn 'Abd al-Muttalib est mort sur le champ de bataille, sur le sentier d'Allah. Il bénéficia d'une mort digne d'un serviteur d'Allah, qu'Allah lui accorde Sa Miséricorde.

  1. Umar ibn Al Khattab, deuxième calife de l'Islam


Umar ibn Al Khattab (qu'Allah l'agrée) s'est converti à l'Islam suite à l'invocation du Messager d'Allah ('alayhi salat wa salam) en sa faveur. En effet, ce dernier ('alayhi salat wa salam) a dit : « Ô Allah ! Renforce l'Islam par 'Umar ibn Al Khattab ou Abu Jahl ibn Hisham ! » (Rapporté par At Tirmidhy). La conversion de 'Umar ibn Al Khattab a touché de nombreux êtres, sur terre comme au ciel. Cela prouve l'influence de ce compagnon (qu'Allah l'agrée). En effet, lorsqu'il s'est converti, l'ange Gabriel ('alayhi salam) est descendu sur terre et a dit : « Ô Mohamed ! Les habitants du ciel se sont réjouis de la conversion de 'Umar à l'Islam ». De plus, Ibn Mas'ud (qu'Allah l'agrée) a dit : « Nous n'avons cessé d'être forts depuis la conversion de 'Umar ».

'Umar ibn Al Khattab (qu'Allah l'agrée) avait deux traits noirs sur son visage à force de pleurer par crainte de notre Seigneur. Il était blanc, avec un teint rougeâtre.

'Umar était un homme pieux, honnête et digne de confiance, si bien que notre noble Prophète ('alayhi salat wa salam) a dit : « S'il devait y avoir un prophète après moi, ce serait 'Umar ibn Al Khattab ». (rapporté par At Tirmidhy).

Il craignait tellement Allah qu'il en pleurait quotidiennement. Cela prouve sa piété et sa peur envers notre Créateur. De plus, il avait de nombreux mérites si bien que lorsque le Messager d'Allah ('alayhi salat wa salam) interrogea l'ange Gabriel ('alayhi salam) sur les mérites de 'Umar (qu'Allah l'agrée), il répondit : « Si j'étais avec toi – ou, si je restais avec toi le temps que Nuh a passé avec son peuple – neuf cent cinquante ans – les mérites de 'Umar ne finiraient pas. Et 'Umar est un des bienfaits de Abu Bakr ». Macha Allah ! Les mérites de 'Umar (qu'Allah l'agrée) sont indénombrables !

De plus, 'Umar (qu'Allah l'agrée) a participé à toutes les batailles auprès du Messager d'Allah ('alayhi salat wa salam). Il fut le premier à réunir les fidèles lors de la prière du tarawih pendant le Ramadan.

Par ailleurs, 'Umar (qu'Allah l'agrée) ne dépensait pas ses biens vainement. En effet, lorsqu'il voulait acheter une chose qui coûtait un dirham, il la retardait une année. Il (qu'Allah l'agrée) disait : « Quiconque craint Allah le Très Haut n'assouvit pas sa colère et quiconque craint Allah ne fait pas ce qu'il désire. » Un jour, il dit « Louange à Allah, qui m'a fait atteindre un rang où il n'y a personne au-dessus de moi. » 'Umar (qu'Allah l'agrée) ne gaspillait pas afin d'éviter la colère de notre Seigneur. Enfin, il était humble, juste et équitable.

  1. Uthman Ibn 'Affan


Uthman ibn 'Affan (qu'Allah l'agrée) était surnommé « Dhu al-Nurayn », c'est-à-dire, l'homme aux deux lumières car il avait épousé deux des filles du Messager d'Allah ('alayhi salat wa salam) à savoir, Ruqayya et Oum Kulthum (qu'Allah soit satisfait d'elles). Il existe une autre explication de ce surnom selon laquelle deux éclairs brilleront sur lui lorsqu'il entrera au paradis incha Allah. Enfin, une troisième explication lie ce surnom au fait qu'il finissait la récitation du Coran durant le witr (donc en une rak'a macha Allah). Or, le Coran et la prière nocturne sont deux lumières à part entière. Et Allah sait mieux. Il était également appelé « Abu 'Amr » et « Abu 'Abd Allah » car il a eu un enfant appelé 'Abd Allah avec Ruqayya (qu'Allah soit satisfait d'elle).

'Uthman ibn 'Affan (qu'Allah l'agrée) était un homme de taille moyenne, à la peau blanche. Il avait un beau visage, des gros os chargés de viande, une grande carrure, une chevelure fournie et une barbe épaisse. Il possédait donc des caractéristiques physiques se rapprochant de celles du Messager d'Allah ('alayhi salat wa salam).

Ce compagnon était particulièrement respecté par le Messager d'Allah ('alayhi salat wa salam). Ce dernier ('alayhi salat wa salam) a affirmé se sentir honteux face à lui car les anges eux-mêmes, étaient intimidés par ce compagnon sobhanAllah. En effet, 'Aisha (qu'Allah soit satisfait d'elle) rapporte : « Le Messager d'Allah (alayhi salat wa salam), était assis, la cuisse découverte, quand Abu Bakr demanda la permission d'entrer. Il la lui accorda dans un tel état. Ensuite, 'Uthman sollicita la permission d'entrer. Le Prophète ('alayhi salat wa salam), laissa alors tomber ses vêtements. Quand ils furent partis, je m'enquis : « Ô Messager d'Allah ! Abu Bakr et 'Umar t'ont demandé la permission d'entrer et tu la leur as donnée dans l'état où tu étais. Quand 'Uthman t'a demandé la permission d'entrer, tu as laissé tomber tes vêtements sur toi. » Il ('alayhi salat wa salam) répondit : « Ô 'Aisha ! Ne devrais-je pas avoir honte vis-à-vis d'un homme, par Allah, devant lequel les anges ont honte ? » ». SobhanAllah ! Le Messager d'Allah ('alayhi salat wa salam) et les anges avaient honte devant 'Uthman Ibn 'Affan comme devant aucun autre compagnon !

L'Envoyé d'Allah ('alayhi salat wa salam) invoquait longuement Allah en faveur de son compagnon 'Uthman ibn 'Affan. En effet, Abu Sa'id (qu'Allah l'agrée) a dit : « J'ai vu le Messager d'Allah ('alayhi salat wa salam), du début de la nuit jusqu'à l'aube, lever les mains et invoquer en faveur de 'Uthman en ces termes : « Ô Allah ! Je suis satisfait de 'Uthman, sois donc satisfait de lui ». » Le Messager d'Allah ('alayhi salat wa salam) était donc satisfait de son compagnon et invoquait Son Seigneur en sa faveur. Cela nous montre à quel point ce compagnon était cher aux yeux de notre noble Prophète ('alayhi salat wa salam).

  1. Talha ibn 'Ubayd Allah


Talha ibn 'Ubayd Allah (qu'Allah l'agrée) possédait un ancêtre commun avec le Messager d'Allah ('alayhi salat wa salam) nommé Murra. Il a fait partie de ceux qui ont soutenu fermement l'Envoyé d'Allah ('alayhi salat wa salam) notamment lors de la bataille de Uhud. Il était doté d'un tel courage et d'un tel amour pour le Messager d'Allah ('alayhi salat wa salam) qu'il le protégea de sa main lors de la bataille. Ce geste courageux lui valut la perte d'usage de deux de ses doigts. MachaAllah ! La bravoure de Talha (qu'Allah l'agrée) sur le champ de bataille ainsi que sa loyauté envers notre Noble Prophète ('alayhi salat wa salam) lui permettaient de dépasser ses limites tant psychiques que physiques.

Le jour de la bataille de Uhud, Talha ibn 'Ubayd Allah (qu'Allah l'agrée) reçut vingt-quatre blessures. On rapporte également qu'il possédait soixante-quinze blessures, dues à des coups de sabre, de flèches ou encore de lances. Son courage était immense machaAllah. Qu'Allah l'ait en Son agrément !

Talha ibn 'Ubayd Allah (qu'Allah l'agrée) faisait preuve d'une grande générosité. Il dépensait beaucoup en aumône et ce, dans l'espoir de satisfaire Allah. C'est ainsi que Al-Hasan rapporte que Talha (qu'Allah l'agrée) vendit à 'Uthman (qu'Allah l'agrée) un terrain pour sept cent mille. Lorsque 'Uthman lui apporta cette somme, Talha (qu'Allah l'agrée) répondit : « Un homme qui passe la nuit avec une telle somme dans sa maison, ne sachant ce qui viendra frapper à sa porte le soir, de la part d'Allah, se trompe lourdement sur le compte d'Allah. » Il envoya donc ses émissaires parcourir les rues de Médine avec cet argent si bien qu'au lever du jour, il ne restait plus un seul dirham. Il était donc doté d'une grande générosité macha Allah.

Il dépensait chaque jour mille en aumône et ce, même lorsqu'il avait besoin d'un vêtement. Il n'était pas attaché aux biens d'ici-bas et les dépensait donc pour obtenir les biens de l'au-delà. Cette dépense quotidienne en aumône nous permet de méditer sur nos propres dépenses, qu'Allah nous guide !

  1. Sa'd ibn Abi Waqqas


Sa'd ibn Abi Waqqas (qu'Allah l'agrée) a embrassé l'Islam à l'âge de dix-sept ans, après avoir été invité à l'Islam par Abu Bakr as-Siddiq (qu'Allah l'agrée). Sa'd a déclaré : « J'étais le troisième musulman et je fus le premier à décocher une flèche dans la voie d'Allah. » Macha Allah, il a combattu dans le Sentier d'Allah et n'a manqué aucune bataille aux côtés du Messager d'Allah ('alayhi salat wa salam).

Ce compagnon (qu'Allah l'agrée) était important aux yeux de l'Envoyé d'Allah ('alayhi salat wa salam) si bien qu'Al-Boukhari et Muslim rapportent de 'Ali (qu'Allah l'agrée) : « Je n'ai pas entendu le Messager d'Allah ('alayhi salat wa salam) donner ses père et mère en rançon pour quelqu'un, si ce n'est pour Sa'd ibn Malik. En effet, le Jour de Uhud, je l'ai entendu dire : « Tire Sa'd ! Que mon père et ma mère te soient donnés en rançon. » » Ce hadith prouve l'importance que l'Envoyé d'Allah ('alayhi salat wa salam) accordait à Sa'd ibn Waqqas. Le Prophète ('alayhi salat wa salam) avait tellement d'affection pour ce compagnon (qu'Allah l'agrée) qu'il donna ses parents en rançon pour lui.

Al-Tirmidhy rapporte que Sa'd ibn Abi Waqqas (qu'Allah l'agrée) était l'oncle maternel du Messager d'Allah ('alayhi salat wa salam) et que ce dernier en était fier. Ainsi, Jabir raconte : « Sa'd se présenta alors que le Messager d'Allah ('alayhi salat wa salam) était assis. Il déclara : « Voici mon oncle maternel. Qu'un autre homme me désigne le sien ! » ». Cela prouve la joie que l'Envoyé d'Allah ('alayhi salat wa salam) éprouvait par le fait que Sa'd ibn Abi Waqqas (qu'Allah l'agrée) était son oncle.

Les deux forces que l'on reconnaît à Sa'd ibn Abi Waqqas (qu'Allah l'agrée) sont son tir et son invocation. Ces deux forces sont dues à une invocation de l'Envoyé d'Allah ('alayhi salat wa salam) en sa faveur. En effet, Sa'd (qu'Allah l'agrée) a dit : « Le Messager d'Allah ('alayhi salat wa salam) m'a dit : « Ô Allah ! Guide son tir et exauce son invocation ! » ». Ainsi, il avait un tir guidé par son Seigneur et une invocation exaucée par son Créateur.

Lorsque Sa'd ibn Abi Waqqas (qu'Allah l'agrée) tomba malade, il invoqua Allah en ces termes : « Ô Seigneur ! J'ai des enfants en bas âge. Retarde ma mort jusqu'à ce qu'ils grandissent. » Il vécut alors vingt ans de plus. Cela prouve que sa force résidait d'une part, dans son invocation sobhanAllah.

Lors de la bataille de Uhud, on rapporte qu'il tira mille flèches. Cela montre que sa force se manifestait, d'autre part, dans son tir machaAllah. Ces deux forces ont été demandées par le Messager d'Allah ('alayhi salat wa salam) pour son compagnon et ont été accordées par la Grâce de notre Seigneur, exalté soit-Il.

Lorsque la fin de Sa'd ibn Abi Waqqas (qu'Allah l'agrée) fut proche, il demanda qu'on lui donne comme linceul, une robe qu'il portait lorsqu'il avait affronté les mécréants durant la bataille de Badr. Cette volonté à été exaucée. Puisse-t-il être agréé.

  1. Al-Zubayr ibn al-'Awam, une piété exemplaire


La piété d'Al-Zubayr (qu'Allah l'agrée) a été inébranlable dès le début de sa conversion à l'Islam. En effet, il embrassa l'Islam à l'âge de huit ans. À ce sujet, Abu al-Aswad rapporte : « Al-Zubayr embrassa l'Islam à l'âge de huit ans et émigra à l'âge de dix-huit ans. » Il ajoute : « Al-Zubayr était le quatrième ou le cinquième à embrasser l'Islam après Abu Bakr ». Ainsi, ce compagnon s'est converti très tôt macha Allah.

Lorsqu'il se convertit, son oncle le tortura par le feu afin qu'il renie l'Islam mais Al-Zubayr n'abandonna pas sa religion. Abu al-Aswad rapporte en effet : « Son oncle le suspendit dans une natte et l'enfuma, en lui disant : « Renie ta religion et reviens à la mécréance. » Mais il répondit : « Non ! Je ne renierai jamais ! » ». Sa confiance en Allah était telle qu'il ne craignait rien sobhanAllah et n'a pas renié sa religion même sous la menace.

Al-Zubayr ibn al-'Awam participa à toutes les batailles conduites par l'Envoyé d'Allah ('alayhi salat wa salam). Il était vaillant et le jour de la bataille d'Uhud, il fit le serment au Messager d'Allah ('alayhi salat wa salam) de donner sa vie pour l'Islam.

Sa'id ibn al-Mussayib affirme également que « le premier homme à dégainer l'épée pour la cause d'Allah, est al-Zubayr ibn al-'Awam ». Son courage était immense de même que sa confiance et son amour pour Allah.

Sa'id ibn al-Mussayib rapporte que « Zubayr ibn al-'Awam se trouvait à la Mecque, quand il entendit le bruit que le Prophète avait été tué. Il sortit aussitôt, nu comme un ver, l'épée à la main, et il tomba nez à nez avec le Prophète, qui lui demanda : « Qu'as-tu ô al-Zubayr ? - J'ai entendu dire que tu as été tué. - Et qu'avais-tu l'intention de faire ? - Je voulais, par Allah, passer les Mecquois en revue. » Le Prophète ('alayhi salat wa salam) fit alors des invocations en sa faveur. » Ainsi, le courage d'al-Zubayr (qu'Allah l'agrée) était amplifié par son amour pour le Messager d'Allah ('alayhi salat wa salam).

Le Messager d'Allah ('alayhi salat wa salam) a déclaré qu'Al-Zubayr (qu'Allah l'agrée) était son apôtre. En effet, Al-Boukhari et Muslim rapportent d'après Jabir (qu'Allah l'agrée) : « Le Jour de la Tranchée, le Prophète ('alayhi salat wa salam), exhorta les musulmans et ce fut al-Zubayr qui se dévoua. Le Prophète ('alayhi salat wa salam) déclara : « Chaque prophète a un apôtre, mon apôtre est al-Zubayr. » Macha Allah, ce compagnon occupait une place bien particulière dans le cœur et la vie de l'Envoyé d'Allah ('alayhi salat wa salam).

À l'âge de soixante-quatre ans, Zubayr ibn al-'Awam (qu'Allah l'agrée) fut tué par 'Amr ibn Jurmuz. Ce dernier vint l'annoncer à 'Ali (qu'Allah l'agrée) qui dit : « J'ai entendu le Messager d'Allah ('alayhi salat wa salam) déclarer : « Donne la bonne nouvelle du feu au tueur du fils de Safiyya. » Ibn Jurmuz s'écria : « Si nous combattons dans vos rangs nous irons au feu ! » Il se précipita aussitôt sur son épée et se donna la mort, confirmant ainsi la parole du Prophète ('alayhi salat wa salam). »

Zubayr ibn al-'Awam (qu'Allah l'agrée) fut enterré dans la vallée de al-Siba'. 'Ali (qu'Allah l'agrée) pleurait sur lui et disait : « J'aimerais que nous soyons, Talha, al-Zubayr et moi, de ceux dont Allah le Très Haut a dit : {Et Nous aurons arraché toute rancune de leurs poitrines : et ils se sentiront frères, faisant face les uns aux autres sur des lits.} (Sourate 15 : Verset 47). » Ce compagnon avait une place particulière dans le cœur du Messager d'Allah ('alayhi salat wa salam) mais également dans celui de 'Ali (qu'Allah l'agrée).

  1. Sa'id ibn Yayd


Ce compagnon (qu'Allah l'agrée) a un ancêtre commun avec le Prophète ('alayhi salat wa salam) en la personne de Ka'b ibn Luayy. Il était l'époux de Fatima bint al-Khattab, la sœur de 'Umar (qu'Allah l'agrée). Il se convertit très tôt et était reconnu par ses invocations qui étaient toujours exaucées. En effet, 'Urwa rapporte que Arwa bint Aws demanda l'aide de Marwan contre Sa'id (qu'Allah l'agrée) en affirmant : « Il a empiété sur mon terrain ». Sa'id (qu'Allah l'agrée) répondit de la manière suivante : « Ô Allah ! Si elle ment, enlève-lui la vue et tue-la sur sa terre. » C'est ainsi qu'elle perdit la vue. Puis, un jour qu'elle marchait sur son terrain, elle tomba dans un trou dans lequel elle mourut. Ce récit nous prouve que les invocations de Sa'id ibn Yayd (qu'Allah l'agrée) étaient exaucées.

Sa'id ibn Yayd (qu'Allah l'agrée) décéda à al-'Aqiq, à la suite de quoi on le transporta à Médine où il fut enterré. Qu'Allah lui accorde Son agrément.

  1. Abu 'Ubayda ibn al-Jarrah


Abu 'Ubayda ibn al-Jarrah (qu'Allah l'agrée) a effectué toutes les batailles aux côtés du Messager d'Allah ('alayhi salat wa salam). C'est ainsi que durant la bataille d'Uhud, il enleva avec sa bouche les deux anneaux qui s'étaient enfoncés dans les joues de l'Envoyé d'Allah ('alayhi salat wa salam). Il y perdit ses incisives et fut donc, « le plus bel homme aux dents cassées ».

Abu 'Ubayda (qu'Allah l'agrée) était également considéré comme un homme de confiance par le Messager d'Allah ('alayhi salat wa salam). En effet, selon Anas (qu'Allah l'agrée), le Prophète ('alayhi salat wa salam) a dit : « Certes, chaque communauté a un homme de confiance et le nôtre, Ô Communauté, est Abu 'Ubayda ibn al-Jarrah. » (Rapporté par Al Boukhari et Muslim). Ce compagnon était donc apprécié comme un homme de confiance macha Allah.

Cette qualité était d'ailleurs propre à Abu 'Ubayda (qu'Allah l'agrée) si bien que 'Umar ibn al-Khattab (qu'Allah l'agrée) dit à ses compagnons : « Faites des vœux ! » Un homme répondit : « Je souhaiterais posséder cette demeure et qu'elle soit remplie d'or que je dépenserais dans la voie d'Allah ! » 'Umar (qu'Allah l'agrée) répéta : « Faites des vœux ! » Un autre déclara : « J'aimerais posséder cette demeure et qu'elle soit pleine de perles, de chrysolites ou de pierres précieuses, que je dépenserais dans la voie d'Allah. » Il répéta une troisième fois : « Faites des vœux ! » Les compagnons répondirent : « Nous ne savons pas, ô Commandeur des Croyants. » 'Umar dit alors : « Je désirerais posséder cette demeure et qu'elle soit remplie d'hommes de la trempe de Abu 'Ubayda ibn al-Jarrah, à qui je confierais les provinces. » Cela nous prouve l'importance et la valeur qu'avait ce compagnon aux yeux des autres compagnons (qu'Allah les agrée), en particulier auprès de 'Umar ibn Al Khattab (qu'Allah l'agrée).

Abu 'Ubayda (qu'Allah l'agrée) avait des paroles sages telle que : « Maint homme blanchit ses vêtements et souille sa religion ; maint homme honore son propre être et l'humilie. Hâtez-vous, qu'Allah vous fasse miséricorde, de confronter vos mauvaises œuvres du passé par de nouvelles bonnes œuvres. En effet, si l'un de vous commet autant de mauvaises actions, qui s'étendent de la terre au ciel, puis fait une bonne œuvre, celle-ci dominera ses méfaits, au point de les subjuguer. - dans une autre version : jusqu'à les submerger. » Ce fidèle compagnon (qu'Allah l'agrée) a également dit : « L'exemple du croyant est semblable à un oiseau qui se retourne tant et tant de fois par jour. » On peut constater à quel point ses paroles sont pleines de sagesse et de profondeur macha Allah.

Abu 'Ubayda ibn al-Jarrah (qu'Allah l'agrée) mourut d'une épidémie de peste, qu'Allah le couvre de Sa Miséricorde.

  1. Abu Muhammed 'Abd al-Rahman ibn 'Awf


Abd al-Rahman ibn 'Awf (qu'Allah l'agrée) a embrassé l'Islam très tôt et a participé à toutes les batailles. Il fit preuve d'une grande générosité tout au long de sa vie. Al-Miswar relate à ce sujet : « 'Abd al-Rahman ibn 'Awf vendit un terrain à 'Uthman pour quarante mille dinars. Il répartit cet argent entre les Banu Zahra, les musulmans pauvres et les mères des croyants. Il m'envoya chez 'Aisha avec une partie de cette richesse. Elle dit : « J'ai entendu ces propos du Messager d'Allah ('alayhi salat wa salam) : « Après ma mort, personne ne sera compatissant envers vous, si ce n'est les gens pieux. » Qu'Allah fasse boire ibn 'Awf du Salsabil du Paradis. » ». Ainsi, le Messager d'Allah ('alayhi salat wa salam) a affirmé la grande compassion que ce compagnon possédait pour sa communauté macha Allah.

Al-Zuhri rapporte qu'à l'époque de l'Envoyé d'Allah ('alayhi salat wa salam), 'Abd al-Rahman ibn 'Awf a donné en aumône la moitié de sa richesse. Il donnait énormément en charité et procura même deux mille chevaux aux hommes dans la voie d'Allah. Les récits faisant preuve de la générosité de ce compagnon (qu'Allah l'agrée) sont nombreux.

Ibn Barqan a quant à lui affirmé : « J'ai appris que 'Abd al-Rahmn ibn 'Awf avait affranchi trente mille familles. » La générosité de 'Abd al-Rahman ibn 'Awf (qu'Allah l'agrée) était immense car ce dernier était détaché de la vie d'ici-bas sobhanAllah. Qu'Allah nous permette de l'être également !

'Abd al-Rahman ibn 'Awf était décrit comme un homme doté d'une grande humilité. C'est ainsi que Sa'id ibn Husayn a déclaré : « 'Abd al-Rahman ibn 'Awf était si humble, qu'on ne pouvait le distinguer de ses esclaves. » SobhanAllah ! Quel exemple d'humilité ! Bien peu de personnes font preuve d'une telle modestie de nos jours... Il s'agissait pourtant d'un compagnon du Prophète ('alayhi salat wa salam) mais ce n'est pas pour autant qu'il était hautain.

Lorsqu'un jour, on lui rapporta un repas, il l'a regardé et a dit : "Mus'ab ibn 'Umayr a été tué. Il était meilleur que moi. Nous avons trouvé à peine de quoi couvrir sa tête, ses jambes sont restées découvertes. Allah nous a donné tout ce qu’il y a dans ce monde, je crains vraiment que notre récompense nous ait été accordée trop tôt". Il a pleuré et n’a pas mangé. Son humilité était donc d'une très grande ampleur, par la Grâce d'Allah.
Commentaires (17)
  1. amine, barakAllahou fikoum

  2. اسلام وعليكم ورحمت للله وبركا ته
    Je rectifie ,(4ème calife et non 3ème).
    Dzazakamullah khayre.

  3. Assalam alaykoum wa rahmatouLah wa barakaTou j'aime Ali et je l'aime profondément ainsi que sa famille en lisant on découvre qu'ils ont beaucoup souffert après le départ de notre prophete bien aimé salât wa salam alayhi j'espère qu'Allah nous réuniras avec eux .assalam a mes frères et sœurs en islam

  4. Diajakoumou Laho kaïran wa barak'Allaho fikoum

  5. As salamou alaykoum, je ne pense pas que Hamza (radiALLAHou anhou) fasse parti de la liste des 10 compagnons promis au paradis... Le Hadith ne le mentionne pas !

  6. Salam alykoum warahamatoullah,
    Il me semble qu'il y a une petite erreur qui s'est glissée dans l'histoire car il est dit que la mort de ce compagnon (rA) a touché le prophète (sws). Or, il me semble que ce compagnon (rA) a été tué après que Dieu ait rappelé vers Lui le prophète (sws).

    Barakallahoufikoum pour cette série d'histoires des grands compagnons (rA).

    Salam alykoum

  7. Salam tu as raison Bilel HAMZA radiALLHA 3ANHOU ne fait pas parti d'eux.

  8. Salam , ça me fait de la peine de voir ces commentaires de gros chiites égarés , le meilleur compagnon c'est Aboubakr et après Omar rdn , Ali est 4 eme . Guide spirituel il a dit pfff quand le dajjal sortira tu le suivra direct tu vas comprendre trop tard que changer la religion est très grave .

  9. as salam aleykoum, j'ai deux questions,on dit Al Zubayr ou Az Zubayr? Et je voudrais également savoir si quelqu'un connaît la description physique de ce noble compagnon radhiallouahnou. Barakallah oufikoum.

  10. as salam aleykoum, j'ai deux questions,on dit Al Zubayr ou Az Zubayr? Et je voudrais également savoir si quelqu'un connaît la description physique de ce noble compagnon radiallahouanou. Barakallah oufikoum.

  11. Le compagnon dont il est question est Saïd ibn Zayd ra et non Saïd ibn Yazid. Merci de faire le rectificatif. Berakallahoufik.

  12. Macha allah pour cette biographie!
    Barak Allahou fikoum

  13. Et Ali ibn Abitalib n'était pas parmi les compagnons du Prophète (psl)!!!!
    Vous ne parlez jamais de lui!!!

    1. Apprend à regarder avant de t'exciter !

      https://www.ajib.fr/amp/article/42000-serie-biographie-des-10-compagnons-ali-ibn-abi-talib.html

      Paix !

  14. Masha ALLAH tabarakallah j'ai bien aimé la biographie de ALI paix à son âme

  15. Masha ALLAH tabarakallah j'ai bien aimé la biographie de ALI paix à son âme

  16. La description physique est fausse

Commenter

Votre E-mail ne sera pas publié.

Les articles les plus lus




Salat istikhara - la prière de consultation

En effet, il nous est possible de consulter notre Seigneur avant de faire un choix particulier. Cette prière est donc importante car elle nous permet de consulter Allah sur nos choix et d'éviter ainsi certaines...

Le mauvais œil en Islam

Le mauvais œil est une réalité contre laquelle nous pouvons nous protéger. Il est donc de notre devoir d'être conscients de ce fait afin de pouvoir le combattre inchaAllah. Nous allons donc expliquer ce qu'est...

L'adultère et la fornication en Islam

Par le biais du Saint Coran, Allah (subhannou wa ta'ala) nous a révélé comment arriver au Paradis, en nous éloignant des péchés les plus affreux de ce monde. Parmi les plus méprisables figurent l'infidélité (avoir...

Ramadan : la prière de Tarawih et ses mérites

En ce mois béni, il est indispensable d'évoquer la prière de Tarawih, prière spécifique au mois de Ramadan. Nous allons donc définir la prière de Tarawih et exposer certaines de ses caractéristiques. Notre rappel se...

Salât joumou’a

La prière du vendredi est une obligation pour les hommes. Allah (soubhanou wa ta’ala) dit : « Ô vous qui avez cru! Quand on appelle à la Ṣalāt du jour du Vendredi, accourez à l’invocation...

Invocations et Douaas après la prière

Le Dhikr (à traduire en français par l’évocation d’Allah soubhanou wa ta’ala) est largement recommandé puisqu’il s’agit d’une pratique exécutée par Notre Prophète Muhammad (sallAllahou 'alayhi wa salam) après ses prières. Après chaque prière, il nécessaire...