facebook twitter instagram
MENU

Partager cet article

Paramètres des cookies

Le visiteur du site Ajib.fr est informé que des cookies peuvent s’installer automatiquement sur son navigateur internet. Un cookie est un petit fichier texte au format alphanumérique déposé sur le disque dur du visiteur par le serveur du site visité ou par un serveur tiers (régie publicitaire, service de web analytique, etc.) qui sert à enregistrer les informations relatives à la navigation sur le site.


Le visiteur peut paramétrer son navigateur internet sur la façon de gérer les cookies, de la manière décrite sur le site www.cnil.fr



Paramétres J'accepte
Rappels

Le deuil en Islam : Sa durée et ses étapes nécessaires

95 909 vues

Le deuil en Islam : Sa durée et ses étapes nécessaires
La vie dans ce monde peut sembler interminable, au point de ne pas se souvenir de la mort qui nous attend tous, peu importe notre genre, notre situation ou notre âge.

Les musulmans sont appelés à comprendre que la mort est inévitable, et même si celle-ci est douloureuse pour la personne concernée par décès d'un ami ou d'un membre de sa famille, il est essentiel de ne pas négliger de pratiquer les normes de l'Islam.

La durée du deuil en Islam

Malgré les convictions de nombreux musulmans, il n’y a aucune valeur spirituelle du 40ème jour de deuil en Islam.

Le mythe des 40 jours vient des traditions de l'Égypte ancienne où les Égyptiens tenaient 40 jours juste pour sécher le corps et le momifier ensuite.

Chez les musulmans, le deuil des membres de la famille dure pendant 3 jours. Pendant cette période, il est possible de faire son deuil, mais il n'est pas conseillé de porter des bijoux, de mettre du parfum ou de pratiquer des activités ludiques.

La femme endeuillée est soumise à quelques engagements. Sans aucun doute, la veuve est astreinte d'un temps de viduité de 4 mois et 10 jours. Pendant cette période, elle ne doit pas porter de vêtements ou de bijoux qui attirent l'attention, ni quitter la maison inutilement. Il est en outre illégal de la demander en mariage pendant cette période.

D'après Zaynab (qu'Allah l'agrée), le Prophète (sallAllahou 'alayhi wa salam) a dit: « Il n'est pas permis à une femme qui croit en Allah et au jour dernier de faire le deuil pour un mort au-delà de trois jours sauf pour le mari pour lequel le deuil est de 4 mois et dix jours ». [Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°1280 et Mouslim dans son Sahih n°1490].

La femme n'est pas autorisée à se marier pendant sa période de deuil de 4 mois en 10 jours. En tout état de cause, il existe une dérogation pour la femme enceinte lorsque son mari décède alors la fin de son délai sera le moment de son accouchement. Allah (soubhanou wa ta'ala) a dit: « Ceux d'entre vous que la mort frappe et qui laissent des épouses; celles-ci doivent observer une période d'attente de 4 mois et 10 jours. Passé ce délai, on ne vous reprochera pas comment elles disposeront de leurs propres personnes d'une manière convenable. Et Allah est parfaitement connaisseur de ce que vous faites ». (Coran 2/234). Allah (soubhanou wa ta'ala) a dit: « Et celles qui sont enceintes, la fin de leur délai est leur accouchement ». (Sourate 65/4).

Sur la question du deuil, les innovations l'emportent régulièrement sur les principes de l'Islam. Il est certain que quelques personnes organisent un dîner après les 40 jours de deuil, bien que les normes coraniques ne l'approuvent pas. Par ailleurs, les visites au cimetière sont autorisées, si elles ne sont pas très régulières ou excessivement démonstratives. Il faut demander le pardon pour les morts, car l’invocation pour eux est la meilleure chose à faire constamment.

« Et [il appartient également] à ceux qui sont venus après eux en disant: "Seigneur, pardonne-nous, ainsi qu’à nos frères qui nous ont précédés dans la foi; et ne mets dans nos cœurs aucune rancœur pour ceux qui ont cru. Seigneur, Tu es Compatissant et Très Miséricordieux" ». (Sourate 59/10).

Les enfants doivent demander le pardon pour les parents, car la meilleure invocation pour les parents c’est celle venant des enfants comme le dit le verset suivant : « Ô mon Seigneur! Fais que j’accomplisse assidûment la Ṣalāt ainsi qu’une partie de ma descendance; exauce ma prière, ô notre Seigneur! Ô notre Seigneur! pardonne-moi, ainsi qu’à mes père et mère et aux croyants, le jour de la reddition des comptes. » (Sourate 14 / 40 et 41).

Les 5 étapes du deuil de Kübler-Ross

La psychiatre et psychologue Elisabeth Kübler-Ross a décrit le cycle du deuil en 5 étapes essentielles. Ces étapes sont nécessaires car dans l'individu les vit pour effectuer son deuil. Même si quelques phases sont plutôt ressenties en fonction de l'individu, la psychologue précise que l'on passe par la plupart d'entre elles pour arriver à un deuil définitif.

La première étape est le choc ou le déni psychologique. En réalité, à la déclaration de décès d'un ami ou d'un membre de la famille, nous nous sentons accablés par le choc, cette tristesse que notre cœur ressent en un bref instant, exactement au moment de réaliser que pour la personne en question, la vie est finie. Le stade du choc est court mais sérieux, certains vont même jusqu'à ne pas croire à la mort et en entrant dans le déni, d'autres auront besoin d'une seconde pour s’assoir et le réaliser. Comprendre que nous ne reverrons plus jamais celui qu’on adore ici-bas. Lorsque la phase du choc est terminée, la conscience de la perte de la personne s'empare de nous.

Cette conscience de la perte du proche laisse place à la deuxième étape qu'est la colère. C'est simplement l'étape où l'on pose des questions sur ce malheur et ses conditions. La colère est à peu près ressentie par tout le monde. Dans notre situation, le lien avec la religion et la foi dans le décret divin ne permet pas, à un niveau fondamental, cette sensation de colère s’installer.

La troisième étape est le marchandage ou la négociation de la perte. C'est l’étape où l'individu tente de se raisonner en se faisant du chantage, par exemple, "je l'ai perdu mais j'ai à mes côtés un tel ou une telle". L'individu tente d'une manière ou d'une autre de se consoler ou de négocier sa tristesse.

La quatrième étape est celle de la mélancolie. Cette étape peut être assez longue. Elle change en fonction de chaque individu, de la relation avec la personne, de la manière dont est vécue ce malheur, de l'entourage, etc. C'est en outre le moment de la détresse, lorsque nous sentons que nos malheurs seront perpétuels et que nous ne retrouverons plus jamais la belle et heureuse vie que nous avions il n'y a pas si longtemps. Le temps semble s'arrêter, notre cerveau est fixé sur cet individu qui est perdu jusqu'à la fin des temps.

La dernière étape par laquelle nous passons théoriquement est l’acceptation. C'est le stade où la tristesse offre une place à la compréhension et à la patience. Bien que la douleur soit encore présente à ce stade, l'homme poursuit le cours de sa vie, en ajustant celle-ci au deuil désormais reconnu. C'est en quelque sorte le moment où nous reprenons l'avantage sur notre vie, malgré le malheur et le vide que nous ressentons.

Trouver l’apaisement lors du deuil en Islam :

Se dire que la perte d'un ami ou d'un membre de la famille est une épreuve venant du Tout-Puissant est une première étape de pacification. En effet, les épreuves sont des indications du Créateur et les étapes par lesquelles Il fait passer Ses serviteurs. Il a ainsi révélé dans Sourate al Ankabut : {Est ce que les gens pensent qu'on les laissera dire : "Nous croyons" sans les éprouver ?} (Sourate 29 : Verset 2).

L’épreuve est une preuve pour les croyants. Le décès d'un ami ou d'un membre de la famille étant sans aucun doute l'une des épreuves les plus atroces sur cette planète, mais nous devons nous rappeler, qu'elle provient directement de la volonté céleste.

L'apaisement qui suit la mort d'un ami ou d'un membre de la famille vient également avec la lecture du Saint Coran, du rappel d'Allah, du dhikr, des prières, des invocations. Le fait de réaliser qu'Allah nous écoute et nous répond nous soulagera dans notre peine. Souvenons-nous ainsi qu’en cas de grande tristesse, Il est notre confident et notre soulagement. C'est ainsi qu'Allah a dit : {Ceux qui croient et qui s’apaisent au souvenir de Dieu. N’est ce point par le souvenir de Dieu que s’apaisent les cœurs ?} (Sourate 13 : Verset 28).

Nous devons avoir une foi solide en Allah et en sa capacité à nous apaiser. Le Rappel d'Allah, que ce soit par le biais de invocations ou de prières ou en lisant le Saint Coran, nous permettra de nous rappeler d'où nous venons, pourquoi nous existons et où nous retournerons un jour. En effet, le Saint Coran regorge de symboles de mort, de résurrection, d'enfer et de paradis. Cela rend le deuil plus simple et nous permet de mettre des mots sur nos maux, car la tristesse est humaine sobhanAllah et pourtant elle n'est pas irréversible.

S'isoler, se morfondre dans la tristesse n'aidera en rien à aller de l'avant. Cela dit, être entouré des bonnes personnes, celles qui vous écouteront et vous rappelleront qu'Allah est présent à la fois dans la facilité et dans la difficulté, est un élément primordial pour pouvoir traverser cette épreuve. N'oubliez pas que nos amis sont également là pour nous soutenir dans ces moments difficiles et qu'ils nous aideront à nous souvenir de ce qui nous manque dans cette profonde détresse.

Ainsi, malgré l'épreuve douloureuse que cela représente, la perte d'un proche peut être vécue comme un rappel vers l'Islam. En effet, la mort d'un proche nous rappelle que nous le rejoindrons dans cette étape car comme l'a dit notre Seigneur, {Toute âme goûtera à la mort mais c'est seulement au jour de la résurrection que vous recevrez votre rétribution. Quiconque donc est écarté du Feu et se voit introduit au Paradis a certes réussi ! Et la vie de ce bas-monde n'est qu'un objet de jouissance trompeuse} (Sourate 3 : Verset 185).
Commentaires (15)
  1. Salam aleykoum ! Quelle beau rappel machaallah . Merci

  2. Soub ana'ALLAH
    Qu'ALLAH nous guide !

  3. Salam aleykoum beau rappel inchallah sa m’aidera suite à la tristesse de la perte de mon grand père le 9/11/2019 merci

  4. Bonjour à tous votre publication m'a beaucoup aidé du fait que j'étais confuse face décès de mon père.

  5. Salam alaykoum

  6. Je veux bien des explications consternant lislam

  7. Salamo3alaycom,
    Je souhaiterais savoir mon père Allah yarhamo,o yarham jami3 moslimine, est décédé, donc est il possible de faire la pratique des 40 jours juste avant, ou pas car je ne pourrais pas me libérer pour juste le 40 ème jours.
    Salamo3alaycom wa rahmat Allah wa barakato.

  8. Bonjour, j'ai perdu mon époux cela va bientôt faire 4 mois. Ma question est la suivante : Puis-je allée chez ma coiffeuse dans son salon pour me faire couper les cheveux ?

  9. J'ai perdu l'homme que j'aime à l'âge de 29 ans le 3 août 2019
    C'est le manque qui est douleureux la complicité la sincèrité qui part comme ça mais al hamdoulillah l'amour et la foi sont toujours présent

    1. Karim Namouchi

      Balaka allha ofik

  10. Salam Aleykoum
    merci pour ce beau rappel dans un moment flou pour moi car ma mère est malade et les medecins ne lui donne pas plus de 3jours mais seul notre créateur connait la vérité.
    Qu'allah guéris nos malades et apaise le coeurs des personnes qui ont perdus un proche et inchallah on se retrouve au Paradis.

    1. Wa 'aleikoum salam wa rahmatoullahi wa barakatouh.
      Amine cher frère.

  11. Salam
    merci pour votre article, ma mère est décédée du Covid alors qu'elle était en bonne santé il y a 17 jours (moins de 65ans). Je souffre beaucoup de son absence et de la négligence des êtres humains qui sont venus chez elle malades mais qui ne l'ont pas prévenu par la suite qu'ils étaient positifs. Son heure était venue. J'aurai aimé savoir quels versés puis-je lire pour ma mère et si je peux lire le Saint Coran en français car je ne sais pas lire l'arabe? Je fais des duas et sadaqah pour elle et je veux pouvoir faire tout ce que je peux de possible pour elle. C'est notre mère, on l'aime et inchaAllah sa place est au paradis.

    1. As salam 'aleikoum,

      Qu'Allah fasse miséricorde à votre mère et vous accorde la patience dans cette épreuve.

      Le Prophète ('alayhi salat wa salam)) a dit :
      « Quand le fils d'Adam meurt, ses œuvres s'arrêtent sauf trois choses : une aumône continue, une science dont les gens tirent profit et un enfant vertueux qui invoque Allah pour lui. » (Mouslim)

      Alors la première chose qu'il vous est recommandé de faire est en effet d'invoquer Allah pour qu'Il la pardonne et l’accueille dans son vaste paradis.

      Ensuite effectivement il est autorisé de faire l'aumone en son nom ainsi que la 'omra en son nom. Elle recevra inchaallah la récompense.

      Les ahadith sont disponibles sur ce site :
      https://www.islamweb.net/fr/fatwa/312310/Faire-une-aum%C3%B4ne-pour-un-parent-d%C3%A9c%C3%A9d%C3%A9-peut-il-%C3%AAtre-consid%C3%A9r%C3%A9-comme-une-aum%C3%B4ne-continue-sadaq-dj%C3%A2riya-

      Par contre, nous n'avons pas connaissance qu'il est recommandé de lire le coran pour un mort. Allahu a'lem, vous pouvez vous renseigner auprès d'un imam.
      Vous pouvez cependant lire le coran en français, ne serait-ce que pour comprendre et méditer le sens approché de la parole d'Allah.

    2. Selem aleykoum.
      J'ai également perdu ma mère du covid le 28/11/2020. Elle laisse un grand vide. Sa été un choc pour mes sœurs et moi. Encore aujourd'hui on a du mal à y croire et on souffre beaucoup de son absence.
      Qu'Allah leur fasse miséricorde à nos mamans et qu'Il les accueille dans son vaste paradis ????.
      Avec cette épreuve, ma foi a augmenté. Je suis assidu sur l'horaire des prières. J'invoque beaucoup plus. Déjà quand elle était malade, aussi dure soit cette épreuve, Allah soubhannu apaisait nos cœurs. J'ai placé ma confiance en lui et j'ai accepté qu'Il récupére sa bien aimé. J'ai compris aussi que je devais gagner mon paradis ici bas afin de rejoindre ma mère dans l'au delà avec la bénédiction du Tout Puissant ????.
      Qu'Allah apaise ton coeur ainsi que celui de tes proches.
      Qu'Allah nous donne le temps de nous repentir ????

Commenter

Votre E-mail ne sera pas publié.

Les articles les plus lus




Salat istikhara - la prière de consultation

En effet, il nous est possible de consulter notre Seigneur avant de faire un choix particulier. Cette prière est donc importante car elle nous permet de consulter Allah sur nos choix et d'éviter ainsi certaines...

Le mauvais œil en Islam

Le mauvais œil est une réalité contre laquelle nous pouvons nous protéger. Il est donc de notre devoir d'être conscients de ce fait afin de pouvoir le combattre inchaAllah. Nous allons donc expliquer ce qu'est...

L'adultère et la fornication en Islam

Par le biais du Saint Coran, Allah (subhannou wa ta'ala) nous a révélé comment arriver au Paradis, en nous éloignant des péchés les plus affreux de ce monde. Parmi les plus méprisables figurent l'infidélité (avoir...

Ramadan : la prière de Tarawih et ses mérites

En ce mois béni, il est indispensable d'évoquer la prière de Tarawih, prière spécifique au mois de Ramadan. Nous allons donc définir la prière de Tarawih et exposer certaines de ses caractéristiques. Notre rappel se...

Salât joumou’a

La prière du vendredi est une obligation pour les hommes. Allah (soubhanou wa ta’ala) dit : « Ô vous qui avez cru! Quand on appelle à la Ṣalāt du jour du Vendredi, accourez à l’invocation...

Invocations et Douaas après la prière

Le Dhikr (à traduire en français par l’évocation d’Allah soubhanou wa ta’ala) est largement recommandé puisqu’il s’agit d’une pratique exécutée par Notre Prophète Muhammad (sallAllahou 'alayhi wa salam) après ses prières. Après chaque prière, il nécessaire...