facebook twitter instagram
MENU

Partager cet article

Paramètres des cookies

Le visiteur du site Ajib.fr est informé que des cookies peuvent s’installer automatiquement sur son navigateur internet. Un cookie est un petit fichier texte au format alphanumérique déposé sur le disque dur du visiteur par le serveur du site visité ou par un serveur tiers (régie publicitaire, service de web analytique, etc.) qui sert à enregistrer les informations relatives à la navigation sur le site.


Le visiteur peut paramétrer son navigateur internet sur la façon de gérer les cookies, de la manière décrite sur le site www.cnil.fr



Paramétres J'accepte
Actualités

Questions autour des menstrues et du jeûne

295 vues

img_1
Question 1 : Peut-on prendre des pilules pour stopper les menstrues afin de mieux jeûner et ne pas avoir à rembourser des jours de jeûne ?

Réponse 1 : Cette question a été posé à plusieurs savants et à maintes reprises et leurs réponses semblent se rapprocher, ils ne voient pas de mal à ce que la femme puisse prendre des médicaments afin de stopper les menstrues et lui permettre de mieux adorer son Seigneur. Mais à condition que ce soit un médicament naturel et licite n’ayant pas des effets secondaires et ne représentant aucun danger pour la santé de la femme, si elle est mariée, alors elle devra obtenir l’autorisation de son époux. Par contre ce qui est interdit est le fait qu’elle prenne des médicaments afin de provoquer et/ou proroger les menstrues et ne pas jeûner.


Question 2 : Si la femme constate la cessation de ses menstrues, juste après l’aube, doit-elle jeûner ce jour-là ?

Réponse 2 : en effet, ce cas est un sujet de divergence des savants qu’on pourrait résumer en deux avis opposés à savoir :

Premier avis : selon l’imam Ahmad ibn Hanbal (qu’Allah lui fasse miséricorde) ; si la femme constate la cessation de ses menstrues, alors, elle est tenue de jeûner durant cette journée, sans pour autant que ce jour lui soit compté comme un jour de jeûne ; elle devra par conséquent rattraper ce jour plus tard.


Deuxième avis : selon la majorité des savants, elle ne devrait pas jeûner, car n’ayant pas pris l’intention à la veille et n’étant pas pure avant la limite de la rétention (imsak) et une partie de la matinée même si c’est un temps très court. De ce fait, s’abstenir de boire et manger et ne pas en être rétribué serait une peine perdue.


Question 3 : si une femme devient pure juste avant l’apparition de l’aube, devra-t-elle prendre l’intention de jeûner, même s’il n’y a plus assez de temps pour se purifier ?


Réponse 3 : Si la femme devient pure juste avant l’apparition de l’aube, alors, elle est obligée de jeûner ce jour-là et son jeûne est valide. Si elle n’a pas pu accomplir son bain rituel avant l’apparition de l’aube, Il n’y a aucun problème à cela. Car elle est semblable à un homme qui se réveille en état d’impureté et prend son petit-déjeuner (Sahour) et jeûne, mais ne prend son bain rituel qu’après l’apparition de l’aube. Son jeûne est considéré comme valide et conforme.


Question 4 : si les menstrues apparaissent juste après la prière de Magrib, le jeûne est-il valable ?

Réponse 4 : en effet, lorsque les menstrues apparaissent après la rupture du jeûne et avant la prière de la prière de Icha, le jeûne est valide même si elle avait retardée la rupture du jeûne.


Question 5 : je constate parfois des légers écoulements de sang ou des gouttes de sang en journée durant le Ramadan, dois-je rompre mon jeûne ?

Réponse 5 : Non, vous ne devez pas rompre votre jeûne, car ces gouttelettes de sang ne sont pas des menstrues parce qu’elles proviennent des veines. Conformément aux dires du Khalife Ali Ibn Abî Taleb qui stipulent que : « Ces petites taches sont semblables aux hémorragies nasales et ne sont pas des menstrues. Extrait de : 60 questions relatives aux dispositions concernant le cycle menstruel


Question 6 : Si une femme en état de menstrues a des écoulements de sang le premier jour et que le lendemain rien ne coule, que doit-elle faire ?


Réponse 6 : en effet, il se pourrait que le sang coule parfois et qu’il y ait assèchement, dans ce cas, la femme est toujours en état d’impureté et ne saurait être considérée comme pure de manière définitive. Par conséquent, elle s’abstiendra de faire tout ce dont la femme en état menstrues ne devrait pas faire. Bien que chez que les Hanbalites pensent que si cet état se prolonge sur plus de 15 jours, alors les jours sans sang seront considérés comme sa période de pureté et les jours avec sang comme menstrues et si cela déborde un certain délai, alors ce sera considérée comme la métrorragie.


Question 7 : Si une femme ressent des douleurs précurseurs des menstrues sans écoulement de sang jusqu’au coucher du soleil. Son jeûne est-il valide ?


Réponse 7 : Si une femme en état de pureté éprouve des douleurs propres aux menstrues et que l’écoulement du sang ne se produise qu’après Maghreb, alors, son jeûne est valide !


Question 8 : Quelques jours avant l’arrivée de mes menstrues et parfois à la veille, j’ai des pertes blanches dont la couleur varie d’une période à une autre, quelles sont les dispositions juridiques concernant cela durant le jeûne ?


Réponse 8 : Si ces pertes blanches sont des préliminaires aux menstrues et accompagnées des douleurs spécifiques au cycle menstruel, alors elles sont considérées comme menstrues et par conséquent vous ne pouvez pas jeûner. Tandis que si ces pertes blanches surviennent après les menstrues il faudra leur cessations car elles font partie des menstrues conformément aux paroles de. Allah est plus savant.


Question 9 : la femme est-elle astreinte de jeûner si le sang cesse de couler mais ne voit pas les pertes blanches qui marquent souvent la fin du cycle 


Réponse 9 : Si d’habitude elle n’a pas des pertes blanches à la fin de ses menstrues comme c’est le cas avec certaines femmes, alors, elle jeûne. Mais si d’habitude elle a des pertes blanche à la fin de ses menstrues, alors, elle ne doit pas jeûner jusqu’à leur apparition conformément à la parole de la mère des croyants Aïcha -qu'Allah soit satisfait d’elle- : « Ne vous hâtez pas, attendez jusqu'à ce que vous ayez des pertes blanches ». Rapporté par Al-Boukhari de manière illustrative dans livre sur les règles : chapitre sur l'Apparition et la fin des menstrues et jugé authentique par le Cheick Al-Albani dans Irwaa al-Ghalil, 198


Question 10 : je n’ai pas pu jeûner l’année dernière et me retrouve à commencer le jeûne cette année sans avoir remboursé le restant des jours du Ramadan précédant. Que dois-je faire ?

Réponse 10 : La mère des croyants Aïcha -qu'Allah l’agréée- a dit : « Il m’arrivait d’avoir des dettes de jeûne du Ramadan, et je ne pouvais les acquitter qu’au mois de Chaâbane.»Authentique à l’unanimité. Cette assertion prouve qu’on ne saurait retarder le rattrapage du jeûne manqué au-delà du mois de Chaâbane suivant sauf si on a une raison valable. Il vous incombe donc de vous repentir si cela a été fait par négligence, de reprendre les jours de jeûne manqués après ce mois de Ramadan et en plus de cela, faire une expiation en nourrissant un pauvre par jour. Allah est plus savant.


Sources :

  • 60 interrogations sur les menstrues, du Cheikh Mouhamed Saleh El Outheymine

  • Extraits de l’Encyclopédie des avis juridiques du Cheick Abdelaziz Bin Bâz

  • Extraits des Avis juridique de la Commission Permanente d’Arabie Saoudite

Commentaire (0)

Commenter

Votre E-mail ne sera pas publier. Les Champs Obligatoire Marqué *

Les articles les plus lus




Ce qu'il faut savoir sur le jeûne des jours blancs !

On assimile très souvent le jeûne uniquement à la période du Ramadan. Mais il existe une autre forme de jeûne aussi importante dans la vie d’un musulman: le jeûne des trois jours dans le mois. Apprécié...

Ramadan : la prière de Tarawih et ses mérites

En ce mois béni, il est indispensable d'évoquer la prière de Tarawih, prière spécifique au mois de Ramadan. Nous allons donc définir la prière de Tarawih et exposer certaines de ses caractéristiques. Notre rappel se...

Invocations et Douaas après la prière

Le Dhikr (à traduire en français par l’évocation d’Allah soubhanou wa ta’ala) est largement recommandé puisqu’il s’agit d’une pratique exécutée par Notre Prophète Muhammad (sallAllahou 'alayhi wa salam) après ses prières. Après chaque prière, il nécessaire...