facebook twitter instagram telegram
MENU

Partager cet article

Actualités

L'épreuve est parfois le meilleur chemin vers la réussite. L'exemple de Mo Farah et bien d'autres

62 vues

L'épreuve est parfois le meilleur chemin vers la réussite. L'exemple de Mo Farah et bien d'autres

Mo Farah, le quadruple champion olympique anglais du 5000 et 10 000m a fait une sortie remarquée dans les médias où il a raconté les traumatismes de son enfance et a surpris tout le monde en déclarant que Mo Farah n’est pas son véritable nom.

Arrivé sans papier et sous une fausse identité en Angleterre, exploité dans sa jeunesse par sa famille d’accueil pour laquelle il était forcé de travailler et s’occuper des travaux ménagers dans de piètres conditions, séparé de ses parents au Somaliland (parents qu’il ne reverra plus jamais), Mo Farah a connu bien des difficultés dans sa vie.

Mais il a trouvé la force dans ces difficultés et s’est dédié au sport au point de devenir le champion incontesté de sa discipline. Envers et contre tous. Et son sourire ne garde pas une trace des difficultés qu’il aura connu dans sa vie.

L’adage est bien connu : « ce qui ne tue pas te renforce »

Un très bel article du site POSITIVE NEWS donne plusieurs exemples qui confirment que les traumatismes de l’enfance sont parfois une véritable force et que beaucoup de gens exceptionnels sont en fait des gens qui ont connu une véritable catastrophe dont ils se sont relevés et qui leur a donné une force de l’âme au-dessus de la norme.

The high-flyers who used trauma as a springboard to a better future

Ce message s’adresse donc à tous ceux qui vivent ou ont vécu un traumatisme dans leur vie : perte de parents proches, divorce, perte d’un emploi, maladie, accident, faillite d’entreprise ou quoi que ce soit de cet ordre.

RELEVEZ-LA TETE. Adressez-vous au Très Haut et remerciez-le pour ces épreuves qui vous permettent de vous rapprocher de LUI. Et qui vont vous aider à réussir votre vie car oui, VOUS REUSSIREZ, non pas malgré ces épreuves mais GRÂCE à ces épreuves. Votre chemin est écrit, votre RIZQ est écrit, votre réussite dans l’au-delà est en jeu dans ce court passage sur Terre. Ne laissez personne ou aucun évènement de votre vie vous EN PRIVER.

Il est sûr qu’il est plus difficile de le dire que de le faire, surtout dans ces moments de faiblesse que l’on rencontre quand « le destin s’acharne sur nous ». Le destin ne « s’acharne » jamais, le destin se réalise, et le musulman est TOUJOURS GAGNANT. Ainsi comme le rappelle le Dr. Ferkous :

Le Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم dit : « Que le cas du croyant est étonnant ! Son cas est toujours bon et cela n’appartient qu’au croyant. Si une joie le touche, il se montre reconnaissant, ce qui est bon pour lui ; et si un malheur le touche, il patiente, ce qui est bien pour lui.»(3)

Le hadith signifie que les deux qualités (gratitude et patience) sont de l’essence de la foi, et le vrai croyant doit être reconnaissant et patient. Il ne se plaint pas et ne s’emporte pas ; il endure, plutôt, l’épreuve qui lui vient d’Allâh le Très-Haut, accueille bien son destin, ne dépasse pas les limites en cas de grâce et ne se met pas en désarroi en cas de difficulté. Au contraire, il se satisfait de tous les Ordres et Jugements d’Allâh le Très-Haut.

Un des exemples de la voie du Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم, et l’un des meilleurs, c’est lorsque sa fille lui a envoyé (quelqu’un) en disant : « Mon fils est mourant ; viens nous voir.» Il lui a répondu en disant et en saluant : « Certes, à Allâh appartient ce qu’Il a repris et c’est à Lui aussi qu’appartient ce qu’Il a donné, et chaque chose pour Lui a un terme fixé. Sois endurante et espère [une récompense d’Allâh].»

Ce hadith est, entre autres, l’un des piliers de l’Islam qui comporte des ensembles de fondements de la religion et de ses branches comme souligné par An-Nawawî, entre autres l’exhortation à la patience et la soumission au destin décidé par Allâh le Très-Haut.

C’est cela le cas du croyant et sa morale, et tel est le croyant guidé sur la voie du bien, qui emprunte le chemin de la science, qui refuse de faire ce qui est détesté et retient sa langue de ce qui n’est pas bon à dire, qui accepte de bon gré ce qu’Allâh le Très-Haut fait de lui, de ce qu’il aime ou ce qu’il ne voudrait pas qu’il lui arrive et reconnaît envers Allâh le Très-Haut ce qu’il a commis de mal et espère, en contrepartie, une récompense de Sa part.

Quant à celui qui méconnaît les grâces et les épreuves de son Seigneur, quand un bonheur l’atteint, il se met en joie et se pavane ; et si c’est un malheur qui le touche, il entre en désespoir et se met en colère, et alors, il fait tout ce qui est contraire à la patience et à la satisfaction. Il survient chez cet inconscient de son épreuve une sorte de désarroi au point qu’il fait de la peine à celui qui le regarde ou à celui qui est au courant de son état parce qu’il montre son opposition au destin : désinvolture, protestation, argumentation, colère, profération de calomnies, déchirement de vêtements ; il se frappe les joues, se griffe le visage, se tire les cheveux, se frappe les mains l’une contre l’autre, élève la voix au moment de l’épreuve et d’autres actes encore que le Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم a interdit en disant : « Ne peut se réclamer de nous l’individu qui se frappe les joues, déchire ses encolures et fait une invocation digne de l’époque de la Djâhiliyya. »(5) Le Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم se désavouait de « celle qui [pour marquer son affliction], se lamente, se coupe les cheveux ou déchire ses vêtements »(6).

Allâh le Très-Haut a dit :

﴿وَلَئِنۡ أَذَقۡنَا ٱلۡإِنسَٰنَ مِنَّا رَحۡمَةٗ ثُمَّ نَزَعۡنَٰهَا مِنۡهُ إِنَّهُۥ لَيَ‍ُٔوسٞ كَفُورٞ ٩ وَلَئِنۡ أَذَقۡنَٰهُ نَعۡمَآءَ بَعۡدَ ضَرَّآءَ مَسَّتۡهُ لَيَقُولَنَّ ذَهَبَ ٱلسَّيِّ‍َٔاتُ عَنِّيٓۚ إِنَّهُۥ لَفَرِحٞ فَخُورٌ ١٠ إِلَّا ٱلَّذِينَ صَبَرُواْ وَعَمِلُواْ ٱلصَّٰلِحَٰتِ أُوْلَٰٓئِكَ لَهُم مَّغۡفِرَةٞ وَأَجۡرٞ كَبِيرٞ ١١﴾ [هود].

Sens du verset :

﴾Et si Nous faisons goûter à l’homme une grâce de Notre part et qu’ensuite Nous la lui arrachons, le voilà désespéré et ingrat. Et si Nous lui faisons goûter le bonheur après qu’un malheur l’ait touché, il dira : “Les maux se sont éloignés de moi” ; et le voilà qui exulte plein de gloriole, sauf ceux qui sont endurants et font de bonnes œuvres. Ceux-là obtiendront pardon et une grosse récompense.﴿[s. Hoûd : v. 9-11]

Par contre, celui qui est conscient du malheur qui lui arrive, s’il est angoissé, il sait tout de suite que cela vient d’Allâh le Très-Haut. Il retient sa langue pour ne pas s’opposer au destin, se garde de montrer son ressentiment de tout, et il est certain qu’il se séparera de son aimé, comme le Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم l’a dit : « Djibrîl m’a dit : “Ô, Mouhammad, vis autant que tu veux, tu es mourant ; aime qui tu veux, tu le quitteras ; et fais ce que tu veux, tu le trouveras.” »(7) Car, le désarroi ne fait pas revenir ce qui est passé ; le chagrin ne rend pas la vie au mort et les pleurs ne sont pas utiles. La patience est digne des gens de science, de religion et des sages.

Aussi, Allâh a détesté celui qui ne L’implore pas et ne se réfugie pas à Lui au moment de l’épreuve, de difficulté et de malheur conformément à ce qu’Il a dit :

﴿وَلَقَدۡ أَخَذۡنَٰهُم بِٱلۡعَذَابِ فَمَا ٱسۡتَكَانُواْ لِرَبِّهِمۡ وَمَا يَتَضَرَّعُونَ ٧٦﴾ [المؤمنون].

Sens du verset :

﴾Nous les avons, certes, saisis du châtiment, mais ils ne se sont pas soumis à leur Seigneur de même qu’ils ne [Le] supplient point.﴿[s. Al-Mou’minoûn (les Croyants) : v. 76]

Ainsi, Allâh éprouve Son serviteur pour tester sa patience et sa reconnaissance, son imploration, sa plainte et le récompense suivant son intention. Le désarroi et le fait de se plaindre aux créatures au lieu du Créateur multiplient la catastrophe et ne la repoussent pas, affaiblissent l’âme, mettent le Seigneur en colère, plaisent au diable, font réjouir l’ennemi, font peine à l’ami et annulent l’œuvre pieuse. C’est pour cela que les prédécesseurs détestaient se plaindre aux gens, et Allâh, Gloire à Lui le Très-Haut, déteste celui qui se plaint à Ses créatures, et aime celui qui se plaint à Lui pour tout ce qui lui arrive.

Tel est le caractère du croyant guidé dans la voie de son Seigneur, qui s’attache à la Sounna de Son Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم, et qui pratique Sa religion. Il loue Allâh lorsqu’il obtient ce qu’il désire et le satisfait ; et Le remercie pour Ses grâces et Ses faveurs ; et si ce qu’il déteste l’atteint ou que le touche un mal qui l’afflige, il ne désespère pas et ne se met pas en désarroi. Il accueille plutôt cela avec toute gratitude envers le destin ordonné par Allâh le Très-Haut, endure avec patience et une sagesse qui rythme ses pas, et il trouve dans le savoir une voie qui mène à l’obéissance, à l’adoration (d’Allâh le Très-Haut) et au bien. Le fait de s’empreindre de ces deux qualités, la gratitude et la patience, est un acte de rapprochement vers Allâh le Très-Haut.

Source : https://ferkous.com/home/?q=fr/art-mois-fr-97

Commentaire (0)

Commenter

Votre E-mail ne sera pas publié.

Les articles les plus lus




Salat istikhara - la prière de consultation

En effet, il nous est possible de consulter notre Seigneur avant de faire un choix particulier. Cette prière est donc importante car elle nous permet de consulter Allah sur nos choix et d'éviter ainsi certaines...

Le mauvais œil en Islam : comment se protéger ?

Le mauvais œil  en islam est une réalité contre laquelle nous pouvons nous protéger. Il est donc de notre devoir d'être conscients de ce fait afin de pouvoir le combattre inchaAllah. Nous allons donc expliquer...

La prière de Tarawih et ses nombreux mérites

En ce mois béni, il est indispensable d'évoquer la prière de Tarawih, prière spécifique au mois de Ramadan. Nous allons donc définir la prière de Tarawih et exposer certaines de ses caractéristiques. Notre rappel se...

Gélatine de porc Islam : qu'en est-il des bonbons Haribo ?

Pour simplifier les obligations alimentaires, il est important de retenir que tout est halal sauf ce qui est par nature haram, c’est-à-dire illicite (porc, alcool), ou qui contient un composant qui rend haram (une certaine...

Épilation des sourcils en islam chez les femmes

De nos jours, la société de l’image dans laquelle on évolue, tend à nous faire assimiler l’idée que la beauté repose principalement sur l’apparence, ce que l’on reflète extérieurement, sans laisser beaucoup de place à la...

Qiyam Al-Layl - la prière de nuit

La prière n'est pas seulement un repos pour le croyant mais aussi une façon de s'engager dans un échange avec notre Créateur. Doubler les invocations ou le nombre de prières supplémentaires permet d'être gratifié de...

Pratiques islamiques pour accueillir un nouveau-né

La naissance d’un enfant. Sans doute l’un des plus beaux jours de notre existence, si ce n’est le plus beau. Un instant unique, un moment magique, un souvenir gravé à jamais dans nos cœurs et...