facebook twitter instagram
MENU

Partager cet article

Paramètres des cookies

Le visiteur du site Ajib.fr est informé que des cookies peuvent s’installer automatiquement sur son navigateur internet. Un cookie est un petit fichier texte au format alphanumérique déposé sur le disque dur du visiteur par le serveur du site visité ou par un serveur tiers (régie publicitaire, service de web analytique, etc.) qui sert à enregistrer les informations relatives à la navigation sur le site.


Le visiteur peut paramétrer son navigateur internet sur la façon de gérer les cookies, de la manière décrite sur le site www.cnil.fr



Paramétres J'accepte
Actualités

Le ministère de l'Intérieur renforce la lutte contre le jihad en Syrie

6 vues

Le ministère de l'Intérieur renforce la lutte contre le jihad en Syrie

123


Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a dévoilé ce mardi les prochaines mesures du plan anti-terrorisme du gouvernement, afin de lutter contre les filières « djihadistes » vers la Syrie. Ces mesures devraient être mises en œuvre ces prochains jours, après une présentation en Conseil des ministres qui a eu lieu mercredi 23 avril.


Cette annonce fait suite au discours de François Hollande à l'Institut du monde arabe, dans lequel il a assuré que la France allait tout mettre en œuvre pour lutter contre ces filières.



Vers plus de répression


Par exemple, la mise à diposition d'un numéro vert pour les familles de mineurs concernées, comme Dounia Bouzar le demandait. Plus sérieusement, il est même question d'une plateforme de signalement sur internet « à destination des familles qui constatent que leurs enfants sont en rupture ». Cette mesure vise principalement à anticiper un éventuel départ, et à permettre aux parents de s'y opposer avec l'aide du gouvernement.


Cet esprit de dénonciation peut déranger, dans l'idée même qu'un musulman paraissant suspect aux yeux de certains pourrait être inquiété pour des intentions qu'il n'a en aucun cas. Quelle serait la limite entre appel à l'aide et calomnie ?


Le développement des cyberpatrouilles est également évoqué, afin d'intensifier « la surveillance sur Internet » en généralisant « l'enquête sous pseudonyme à l'ensemble des activités à caractère terroriste et à toutes les infractions de communication associées. » En clair, les enquêteurs seront infiltrés dans les milieux pro-jihad en Syrie sous de fausses identités, et seront formés à pouvoir échanger sans être mis à jour.


D'autres mesures parlaient d'un système de coopération internationale au niveau Schengen, de privation de passeport, de gel d'avoirs, voir de suppression de nationalité française. En bref, un service de renseignement qui se retrouverait renforcé, avec davantage de pouvoirs et de moyens, dans le but de dissuader certains hommes depuis leur « radicalisation » jusqu'au passage à l'acte, d'après le gouvernement.



Radical, terroriste, djihadiste ?


Nous nous interrogeons ici sur l'amalgame entre « djihadisme » et « terrorisme », tant le glissement d'un point de vue lexical est important. Si le gouvernement français, comme l'ONU, a dénoncé le régime de Bachar el-Assad au point d'envisager avec d'autres états occidentaux d'intervenir sur place, en quoi l'initiative d'hommes majeurs serait-elle assimilable à du terrorisme ? En effet, la question même des intentions de ces individus, tous différents les uns des autres, est très complexe. Est-ce le statut illégal du combattant étranger en Syrie (non-enrôlé dans une armée officielle) qui dérange, ou bien le fait qu'un musulman citoyen français s'engage par les armes à l'international ? Si c'était le cas, il serait nécessaire dès lors de juger l'ensemble des citoyens français qui partent combattre à l'étranger par conviction, juifs ou chrétiens.


Par ailleurs, « le cœur du problème est qu'on ne peut pas arrêter quelqu'un sur de simples intentions », souligne Dominique Thomas, nommé « spécialiste de l'islamisme radical à l'Ecole des hautes études en sciences sociales » (qu'est-ce-que le radicalisme ?). Il est notoire que les sites « djihadistes » sont déjà surveillés, et la censure de ceux-ci est pratiquement irréalisable.


« Avoir l'intention de partir faire le djihad, avant d'avoir fait quoi que ce soit, n'est pas pénalement répréhensible. Il faut engager des efforts de pédagogie et de déradicalisation ». Mais lesquels ? Cette généralisation est-elle réellement applicable à l'ensemble des candidats au jihad en Syrie ?


Reste la question très délicate de distinguer le « djihadiste » du « terroriste » selon les critères français, la différence entre l'intention, l'affinité et l'action, et le jugement de ceux-ci, à venir. La sénatrice écologiste Esther Benbassa, suite à l'annonce du plan, a parlé de « diversion pour ne pas parler du plan d'économies de Manuel Valls ».

Commentaire (0)

Commenter

Votre E-mail ne sera pas publié.

Les articles les plus lus




L'adultère et la fornication en Islam

Par le biais du Saint Coran, Allah (subhannou wa ta'ala) nous a révélé comment arriver au Paradis, en nous éloignant des péchés les plus affreux de ce monde. Parmi les plus méprisables figurent l'infidélité (avoir...

Ce qu'il faut savoir sur le jeûne des jours blancs !

On assimile très souvent le jeûne uniquement à la période du Ramadan. Mais il existe une autre forme de jeûne aussi importante dans la vie d’un musulman: le jeûne des trois jours dans le mois. Apprécié...

Ramadan : la prière de Tarawih et ses mérites

En ce mois béni, il est indispensable d'évoquer la prière de Tarawih, prière spécifique au mois de Ramadan. Nous allons donc définir la prière de Tarawih et exposer certaines de ses caractéristiques. Notre rappel se...

Invocations et Douaas après la prière

Le Dhikr (à traduire en français par l’évocation d’Allah soubhanou wa ta’ala) est largement recommandé puisqu’il s’agit d’une pratique exécutée par Notre Prophète Muhammad (sallAllahou 'alayhi wa salam) après ses prières. Après chaque prière, il nécessaire...