facebook twitter instagram telegram
MENU

Partager cet article

Actualités

Faisons attention à ne pas commettre ces erreurs durant la Oumra (4) : tawaf (suite)

52 vues

Faisons attention à ne pas commettre ces erreurs durant la Oumra (4) : tawaf (suite)

Par : Tamime Khemmar

Partie 3

Erreurs concernant le dhikr (l’évocation) durant le tawâf

Y’a-t-il pour chaque chawt (tour) une invocation spécifique que l’on doit réciter ?

Il n’a pas été rapporté que le Prophète [ﷺ] ait réservé à chaque tour une invocation spéciale.

Dans ce cas, celui qui accomplit le tawâf peut invoquer librement, demandant les bienfaits qu’il désire de cette vie d’ici-bas et de la dernière vie.

Il peut aussi évoquer Allah par n’importe quel dhikr (évocation) prescrit tel que le tasbîh (Soubhân-Allâh) (Pureté à Allah), le tahmîd (Al-hamdou-l-illâh) (Louange à Allah), le tahlîl (lâ ‘ilâha ‘illa-llâh) (Nulle divinité ne mérite l’adoration sauf Allah), le takbîr (Allâhou akbar) (Allah est plus grand) ou la récitation du Coran.

Certaines personnes sont munies de livrets où elles lisent des invocations sans comprendre leurs sens. Est-il profitable de faire cela ?

Si celui qui accomplit le tawâf invoque son Seigneur, Lui demandant ce qu’il veut et s’exprimant avec les prières qu’il connaît, cela serait meilleur et plus utile pour lui et il aura ainsi été plus proche de l’exemple du Messager d’Allah [ﷺ].

Néanmoins, si quelqu’un ne connaît aucune invocation prophétique et veut se munir d’un recueil pour se rappeler ces invocations, ou s’il écrit certaines invocations prophétiques, les prend avec lui afin de les lire, sans attribuer à chaque chawt (tour) une invocation particulière, il n’y a aucun mal à cela.

 À lire : Ajib invocations du Coran et de la Sounnah

Certaines personnes se regroupent autour d’un guide qui les dirige dans le tawâf et leur dicte l’invocation à voix haute. Tout le groupe répète derrière lui en chœur. Les voix s’élèvent et ils dérangent ainsi tous ceux qui accomplissent le tawâf. Ceci est-il prescrit ?

Cela empêche le khouchoûc (le recueillement) et nuit aux serviteurs d’Allah dans ce lieu paisible.

Or, le Prophète [ﷺ] est sorti voir les Compagnons alors qu’ils accomplissaient la salât (prière) et récitaient le Coran à haute voix et leur a dit : « Chacun d’entre vous s’entretient avec son Seigneur. Alors, n’élevez pas vos voix les uns sur les autres en récitant le Coran. »[1]

Si seulement ce guide, lorsqu’il les conduit à la Kacbah, s’arrêtait avec eux et leur disait : « faites ceci, dites ceci, faites les invocations que vous aimez, etc. », puis les accompagnait afin que personne ne commette d’erreurs, ils accompliraient alors le tawâf pleins de recueillement et en toute sérénité, invoquant leur Seigneur, pleins de crainte et de désir, selon ce qu’ils veulent obtenir de Lui et avec les invocations dont ils comprennent le sens et qui expriment leurs attentes.

Ils épargneront, certes, ainsi leur nuisance aux gens.

Erreurs concernant les deux rakcât (unité de salât) après le tawâf

Certaines personnes pensent qu’elles doivent accomplir les deux rakcât (unités de salât) du tawâf près du maqâm (station d’Abraham), encombrant ainsi le parcours de ceux qui accomplissent leur tawâf et les dérangeant. Est-il juste de faire cela ?

Les deux rakcât après le tawâf peuvent être accomplies dans n’importe quel endroit de la Mosquée. Ce qui permet d’éviter de nuire à celui qui accomplit le tawâf et procure le recueillement et la sérénité.

Certaines personnes s’attardent dans ces deux rakcât. Elles s’attardent dans la récitation du Coran, dans le roukoûc (le courbement), dans le soujoûd (la prosternation) ainsi que dans les autres positions de la salât.  Ceci n’est-il pas préjudiciable aux autres ?

Ceci est contraire à la Sounnah. En effet, le Prophète [ﷺ] se hâtait dans ces deux rakcât et récitait dans la première (sourate Al-’ikhlâs)[2] et dans la deuxième (sourate Al-Kâfiroûn)[3].

La récitation de ces deux brèves sourates indique la volonté de se hâter, car c’est un endroit où il ne faut ni s’asseoir ni s’attarder dans l’adoration et l’invocation. Cela aide aussi à soulager ceux qui accomplissent le tawâf.

Veux-tu mériter d’être couvert par l’ombre d’Allah le Jour de la résurrection ?

Certaines personnes, après avoir achevé les deux rakcât, lèvent leurs mains et invoquent longuement. Ceci est-il prescrit ?

L’invocation après les deux rakcât n’est pas prescrite, car le Messager d’Allah [ﷺ] ne l’a pas faite ni n’a incité sa nation à la faire. Or, la meilleure voie est celle de Mouhammed [ﷺ].

Aussi, cela dérange ceux qui accomplissent le tawâf et son auteur occupe une place alors que d’autres en ont la priorité.

Certains parmi ceux qui accomplissent le tawâf, lorsqu’ils terminent les deux rakcât, s’alignent avec leur guide qui invoque et eux répètent derrière lui à haute voix. Ils troublent ainsi ceux qui accomplissent la salât derrière le maqâm.

Allah, soubhânah, a dit, (S : 7/A : 55) :

(Invoquez votre Rabb (Seigneur) Le suppliant et en secret. Il n’aime certes pas les transgresseurs.)

Erreurs concernant le maqâm (la station) d’Abraham, que le salut soit sur lui 

Certains se mettent debout près du maqâm d’Ibrâhîm et invoquent une longue invocation qui s’appelle : (l’invocation du maqâm).

D’autres personnes lisent cette invocation d’un livre qu’ils tiennent à la main, invoquant à haute voix et ceux qui sont derrière eux disent amen. Ceci est-il prescrit ?

Cette invocation est un culte inventé (bidcah) qu’il faut condamner. En plus, ceci trouble ceux qui accomplissent la salât, tout autour du maqâm.

À suivre…

Allah est plus Savant

Partie 5

Notes de l’auteur :

[1] Rapporté par Mâlik dans le Mouwatta’.

[2] Sourate n° 112

[3] Sourate n° 109

 

Commentaire (0)

Commenter

Votre E-mail ne sera pas publié.

Les articles les plus lus




Salat istikhara - la prière de consultation

En effet, il nous est possible de consulter notre Seigneur avant de faire un choix particulier. Cette prière est donc importante car elle nous permet de consulter Allah sur nos choix et d'éviter ainsi certaines...

Le mauvais œil en Islam : comment se protéger ?

Le mauvais œil  en islam est une réalité contre laquelle nous pouvons nous protéger. Il est donc de notre devoir d'être conscients de ce fait afin de pouvoir le combattre inchaAllah. Nous allons donc expliquer...

La prière de Tarawih et ses nombreux mérites

En ce mois béni, il est indispensable d'évoquer la prière de Tarawih, prière spécifique au mois de Ramadan. Nous allons donc définir la prière de Tarawih et exposer certaines de ses caractéristiques. Notre rappel se...

Gélatine de porc Islam : qu'en est-il des bonbons Haribo ?

Pour simplifier les obligations alimentaires, il est important de retenir que tout est halal sauf ce qui est par nature haram, c’est-à-dire illicite (porc, alcool), ou qui contient un composant qui rend haram (une certaine...

Invocations et Douaas après la prière

Le Dhikr (à traduire en français par l’évocation d’Allah soubhanou wa ta’ala) est largement recommandé puisqu’il s’agit d’une pratique exécutée par Notre Prophète Muhammad (sallAllahou 'alayhi wa salam) après ses prières. Voici les invocations à faire...

Épilation des sourcils en islam chez les femmes

De nos jours, la société de l’image dans laquelle on évolue, tend à nous faire assimiler l’idée que la beauté repose principalement sur l’apparence, ce que l’on reflète extérieurement, sans laisser beaucoup de place à la...

Qiyam Al-Layl - la prière de nuit

La prière n'est pas seulement un repos pour le croyant mais aussi une façon de s'engager dans un échange avec notre Créateur. Doubler les invocations ou le nombre de prières supplémentaires permet d'être gratifié de...