facebook twitter instagram
MENU

Partager cet article

Paramètres des cookies

Le visiteur du site Ajib.fr est informé que des cookies peuvent s’installer automatiquement sur son navigateur internet. Un cookie est un petit fichier texte au format alphanumérique déposé sur le disque dur du visiteur par le serveur du site visité ou par un serveur tiers (régie publicitaire, service de web analytique, etc.) qui sert à enregistrer les informations relatives à la navigation sur le site.


Le visiteur peut paramétrer son navigateur internet sur la façon de gérer les cookies, de la manière décrite sur le site www.cnil.fr



Paramétres J'accepte

Éducation : de l'équité envers les enfants en Islam

12 786 vues

Éducation : de l'équité envers les enfants en Islam

Après avoir évoqué la confrontation à la perte douloureuse d'un enfant, une épreuve qu'il faut surmonter avec courage, patience et espoir de la récompense divine, nous nous penchons aujourd'hui sur un sujet éducatif qui mérite le rappel. L'équité envers les enfants : un point qui semble évident mais que certains délaissent malheureusement. Arrêtons nous donc sur l'importance de l'équité envers ses enfants en Islam.



L'équité, de quoi parle-t-on ?


L'importance de l'équité en Islam est primordiale. Mais savons-nous ce que signifie ce terme ? L'équité est définie dans le Larousse comme la "qualité consistant à attribuer à chacun ce qui lui est dû par référence aux principes de la justice naturelle". L'impartialité, le fait de ne pas prendre partie, s'inscrit également dans ce cadre.


L'équité envers nos enfants signifie donc accorder à chacun son droit sans en diminuer ni en augmenter quoi que ce soit par rapport aux autres. L'équité revient donc à être juste envers les garçons comme avec les filles, envers les plus petits comme envers les aînés. L'équité envers les enfants doit se faire dans tous les domaines : qu'il s'agisse du plan matériel, affectif ou comportemental. En effet, la différence de traitement entre les enfants peut par exemple avoir lieu en gâtant matériellement l'un d'entre eux plus que les autres ou en l'embrassant davantage que ses frères et sœurs ou encore en lui accordant un traitement de faveur dont le reste de la fratrie serait privé.


Bien que l'amour pour chacun de nos enfants soit immense, il est humain, naturel et parfois inexplicable d'avoir des sentiments différenciés pour eux. Par exemple, certains parents vont avoir un petit penchant pour leur cadet car c'est "le plus petit" ou encore pour leur aîné, car c'est le premier. Notons que plusieurs sociologues et psychologues dont Catherine Sellenet soulignent que les parents ont souvent un enfant "préféré", bien que cela ne s'avoue pas aussi facilement. Comme l'explique cette sociologue et psychologue clinicienne, "la préférence parentale est en effet un phénomène indicible, qui dérange, qui se vit honteusement".


Malgré les sentiments plus forts que certains parents ressentent pour un ou plusieurs enfants, l'équité doit primer sur tout sentiment. L'amour ne se contrôle pas mais l'équité, elle, relève de notre propre volonté. Il s'agit donc pour chaque parent de faire en sorte que cette préférence, si elle a lieu, ne soit pas visible aux yeux du reste de la fratrie. Si cette différence est perçue au grand jour, elle n'apportera aucun bien à la fratrie, bien au contraire. En effet, savoir qu'il existe un frère ou une sœur "chouchou" peut entraîner de la rivalité au sein de la fratrie, de la compétition voire même un sentiment d'exclusion du cercle familial et un désir de vengeance.


Ne pensons pas être à l'abri de ce genre de pièges chers frères et sœurs. Lorsque la fratrie perçoit une différence d'amour ou de traitement, cela peut s'avérer très néfaste, comme cela a été révélé par Allah concernant l'histoire du Prophète Youssouf ('alayhi salam) qui était plus aimé par son père que le reste de la fratrie : {Il y avait certainement, en Joseph et ses frères, des exhortations pour ceux qui interrogent, quand ceux-ci dirent : "Joseph et son frère sont plus aimés de notre père que nous, alors que nous sommes un groupe bien fort. Notre père est vraiment dans un tort évident. Tuez Joseph ou bien éloignez-le dans n’importe quel pays, afin que le visage de votre père se tourne exclusivement vers vous, et que vous soyez après cela des gens de bien"} (Sourate 12 : Versets 7 - 9). Nous devons tirer une leçon de cette jalousie dans la fratrie car les récits des prophètes ('alayhoum salam) et des peuples précédents nous ont été révélés en tant que leçons de vie et preuves pour que l'on puisse raisonner.



L'équité évoquée et appliquée par le Prophète ('alayhi salat wa salam) et ses compagnons


L'équité envers les enfants est d'une telle importance qu'elle a fait l'objet de nombreux récits prophétiques et exhortations des compagnons. Un jour, 'Omar ibn Abdul Aziz (qu'Allah l'agrée) serra contre lui l'un de ses fils qu'il aimait particulièrement et lui dit : "Ô untel, j'en jure par Allah que je t'aime, mais je ne peux pas te préférer à ton frère, ne serait-ce par une bouchée".


L'équité envers les enfants est un devoir pour nous, un ordre qui nous a été transmis par le meilleur des hommes ('alayhi salat wa salam). D'après un hadith rapporté par Ibn Hanbal (qu'Allah l'agrée), le Prophète ('alayhi salat wa salam) a dit : "Soyez équitables envers vos enfants ! Soyez équitables envers vos enfants ! Soyez équitables envers vos enfants !".


Le fait d'être juste de manière générale, est un devoir pour tout musulman. Chers frères et sœurs, nous devons être justes et équitables envers nos enfants comme l'a ordonné le Prophète ('alayhi salat wa salam), d'autant plus que les personnes équitables seront récompensées pleinement par Allah. Le Messager d'Allah ('alayhi salat wa salam) a en effet dit : "Les justes seront auprès d'Allah, sur des trônes de lumière. Ce sont les personnes équitables dans les jugements qu'ils rendent, qui sont impartiaux dans leur famille, et envers ceux qui dépendent d'eux". (Muslim).


L'équité envers les enfants est également un bienfait puisque cela permettra à nos enfants de vivre de manière épanouie, sans envier l'autre ni le dénigrer. Pensons qu'une fois plus âgés, nous souhaiterions que ces enfants soient pour nous de tout repos et bienfaisants comme nous l'avons été envers eux. C'est en ce sens que le Prophète ('alayhi salat wa salam) nous a mis en garde contre l'injustice faite aux enfants : "Pratiquez l'équité entre vos enfants dans les dons, de la même manière que vous aimez qu'ils pratiquent l'équité entre vous concernant la bienfaisance et la politesse". (Muslim).


Appliquons nous chers frères et sœurs, à traiter nos enfants de la même manière quels que soient nos penchants affectifs pour l'un ou l'autre. Rappelons nous que nous devrons répondre de toute injustice, quelle qu'elle soit. Pour finir, relevons le beau témoignage d'un bédouin qui illustre la façon dont nous devrions aimer nos enfants. Lorqu'on lui demanda : "Lequel de tes enfants aimes-tu le plus ?", il a répondu : "Le plus jeune jusqu'à ce qu'il devienne grand, le malade jusqu'à ce qu'il recouvre sa santé et l'absent jusqu'à ce qu'il revienne" (Tadhkiratoul Aba, p.83).


Qu'Allah nous permette d'être justes et équitables envers nos enfants. Qu'Il fasse de notre descendance des serviteurs pieux et de bons parents.


Commentaires (3)
  1. as salamou aleykoum. magnifique rappel ! ma shaa Allah. Amine

  2. assalam ou'alaykoum, merci pour cette article, très bon rappel machaallah !

  3. Merci infiniment pour ce rappel que jai utilisé comme étant mon exposé ????⭐

Commenter

Votre E-mail ne sera pas publier. Les Champs Obligatoire Marqué *

Les articles les plus lus




Ce qu'il faut savoir sur le jeûne des jours blancs !

On assimile très souvent le jeûne uniquement à la période du Ramadan. Mais il existe une autre forme de jeûne aussi importante dans la vie d’un musulman: le jeûne des trois jours dans le mois. Apprécié...

Ramadan : la prière de Tarawih et ses mérites

En ce mois béni, il est indispensable d'évoquer la prière de Tarawih, prière spécifique au mois de Ramadan. Nous allons donc définir la prière de Tarawih et exposer certaines de ses caractéristiques. Notre rappel se...

Invocations et Douaas après la prière

Le Dhikr (à traduire en français par l’évocation d’Allah soubhanou wa ta’ala) est largement recommandé puisqu’il s’agit d’une pratique exécutée par Notre Prophète Muhammad (sallAllahou 'alayhi wa salam) après ses prières. Après chaque prière, il nécessaire...