facebook twitter instagram
MENU

Partager cet article

Paramètres des cookies

Le visiteur du site Ajib.fr est informé que des cookies peuvent s’installer automatiquement sur son navigateur internet. Un cookie est un petit fichier texte au format alphanumérique déposé sur le disque dur du visiteur par le serveur du site visité ou par un serveur tiers (régie publicitaire, service de web analytique, etc.) qui sert à enregistrer les informations relatives à la navigation sur le site.


Le visiteur peut paramétrer son navigateur internet sur la façon de gérer les cookies, de la manière décrite sur le site www.cnil.fr



Paramétres J'accepte
Rappels

Le don d’organes est-il autorisé en Islam ?

30 577 vues

img_1
Au-delà des présupposés, le don d’organes n’est pas interdit mais il est soumis à de nombreuses règles qu’il est nécessaire de respecter.
Allah (soubhanou wa ta’ala) a donné un corps à l’homme et la liberté d’en jouir comme il l’entend, comme une véritable richesse.
Mais à la différence de la fortune, le croyant ne peut pas faire don de l’ensemble de son corps.

L’Islam favorise le don d’organes à condition que cela ne nuise ni au donneur ni aux ayants droits (comme l’époux, l’enfant…).
Le don d’organes pendant la vie est autorisé sous certaines conditions:
- l’individu n’a pas le droit de donner un organe unique (comme le cœur ou la totalité du foie)
- l’individu n’a pas le droit de donner un organe apparent comme l’œil, la main ou le pied.
- les mineurs et les personnes déficientes mentalement ne sont pas autorisées à faire un don d’organes car ils ne sont pas capables de distinguer le bien du mal. Leur responsable légal n’a pas le droit de les pousser à réaliser cet acte. En effet vu qu’il n’est pas autorisé à disposer de leur argent, il est évident qu’il n’est pas autorisé à disposer de leur corps.

Concernant la personne décédée, d’autres contraintes déterminent la possibilité ou non de faire un don d’organe:
- la personne décédée doit avoir légué ses organes pendant sa vie et accepté le prélèvement
- dans le cas d’absence de légation du décédé, il faut avoir l’autorisation de ses parents ou sa famille la plus proche
- dans le cas d’un décédé non identifié, l’état a le droit, si besoin, d’autoriser le prélèvement

L’Islam ne fait pas de différence entre le don d’organe pour un musulman ou un non-musulman, mais les proches doivent toujours être prioritaires (parents, enfants, voisins etc).
Cependant, l’utilisation des organes de certains animaux dont la consommation est illicite (comme le porc) ne sera faite qu’en cas de nécessité extrême et donc en l’absence d’autres possibilités.
Les transplantations d’organes sexuels (ovaires et testicules) resteront toujours interdites car elles entraînent un mélange de descendance extrêmement dangereux pour les prochaines générations.
Enfin, le don d’organes est assujetti à la condition que le transfert ne se fasse pas grâce à des organes achetés car il n’est en aucun cas permis que les organes humains soient l’objet d’une vente.

[youtube]
Commentaire (0)

Commenter

Votre E-mail ne sera pas publier. Les Champs Obligatoire Marqué *

Les articles les plus lus




Ce qu'il faut savoir sur le jeûne des jours blancs !

On assimile très souvent le jeûne uniquement à la période du Ramadan. Mais il existe une autre forme de jeûne aussi importante dans la vie d’un musulman: le jeûne des trois jours dans le mois. Apprécié...

Ramadan : la prière de Tarawih et ses mérites

En ce mois béni, il est indispensable d'évoquer la prière de Tarawih, prière spécifique au mois de Ramadan. Nous allons donc définir la prière de Tarawih et exposer certaines de ses caractéristiques. Notre rappel se...

Invocations et Douaas après la prière

Le Dhikr (à traduire en français par l’évocation d’Allah soubhanou wa ta’ala) est largement recommandé puisqu’il s’agit d’une pratique exécutée par Notre Prophète Muhammad (sallAllahou 'alayhi wa salam) après ses prières. Après chaque prière, il nécessaire...