facebook twitter instagram
MENU

Partager cet article

Paramètres des cookies

Le visiteur du site Ajib.fr est informé que des cookies peuvent s’installer automatiquement sur son navigateur internet. Un cookie est un petit fichier texte au format alphanumérique déposé sur le disque dur du visiteur par le serveur du site visité ou par un serveur tiers (régie publicitaire, service de web analytique, etc.) qui sert à enregistrer les informations relatives à la navigation sur le site.


Le visiteur peut paramétrer son navigateur internet sur la façon de gérer les cookies, de la manière décrite sur le site www.cnil.fr



Paramétres J'accepte
Coups de coeur

#Convertis à l'Islam : le témoignage d'Olivier

1 670 vues

img_1

L’Islam est au centre d’un spectre médiatique déformé. Lourdement décrié, prétendu porteur de tous les défauts et source de tous les maux, caricaturalement dépeint (généralement par ignorance et/ou piètre manipulation), ses valeurs humanistes séduisent pourtant chaque année, de très nombreuses personnes à travers le monde.


Alors, comment expliquer l’enthousiasme d’un si grand nombre d’occidentaux convertis à l’Islam, issus de toutes les franges sociales ? Qui mieux que des personnes ayant côtoyé les deux univers peuvent témoigner du bien-fondé de cette religion, méconnue en réalité.


Cher lectorat, ouvrez grand vos yeux et surtout vos cœurs… En lisant ces témoignages de conversion, vous allez constater que ces converti(e)s sont loin de tenir des propos dénués de clairvoyance. Rares sont les « grands » médias qui leur donnent la parole, préférant la sensation au détriment de la réflexion.



De la curiosité à l'Islam


"Je tiens à préciser qu’initialement je ne connaissais aucun arabe ni aucun musulman dans mon entourage et que j’ai toujours été quelqu’un d’assez curieux. J’ai toujours aimé l’Histoire, l’actualité et me renseigner. Un jour, je me suis dit : « pourquoi ne pas m’intéresser à l’Islam et lire le Coran ? », car « après tout, cela ne me ferait pas de mal, je suis en manque de lecture en ce moment ». Donc, je me suis lancé, j’ai cherché sur internet un fichier PDF du Coran et je partais vraiment dans l’optique de lire « le livre des barbares ». Malgré le fait que j’ai toujours été curieux, et que j’avais des connaissances assez solides de ce qui se passait dans le monde, pour moi, les musulmans étaient des personnes qui frappaient leurs femmes, des égorgeurs de moutons et même des adorateurs de la lune et du soleil, je me souviendrai de ce point toute ma vie ! En effet, comme tous les « pays musulmans » ont sur leurs drapeaux l’étoile et la lune, j’étais persuadé qu’il devait y avoir derrière le culte d’Allah quelque chose lié aux astres, une sorte de culte polythéiste. Surtout que j’avais reçu une éducation assez traditionnelle vis-à-vis de la religion chrétienne et que l’on nous apprenait que grosso-modo les musulmans se réclamaient d’un Dieu Unique, mais que ce n’était pas vraiment cela.


Donc une fois que j’ai eu ce PDF, dès que j’ai commencé à le lire, j’ai été très étonné, car l’ouvrage répondait à toutes mes questions. J’avais toujours eu une série de questions à l’esprit, et là, de page en page, de ligne en ligne, de sourate en sourate, c’était comme un puzzle du monde qui s’assemblait devant moi. La société occidentale fournissait quelques pièces, permettait de voir quelques petites choses à droite à gauche, mais là, c’était une construction qui prenait forme et je n’ai pas pu m’empêcher de continuer de lire le Coran. Et je me souviens que j’étais à époque à l’université. Je l’ai lu vraiment d’une traite, en une journée, je l’ai dévoré, je n’arrivais pas à m’arrêter, je voulais vraiment aller jusqu’au bout et comprendre. Et il y avait quelque chose, une sensation vraiment très forte, un vécu, un cœur qui palpitait, j’étais dans une ambiance très particulière. Et je me souviens que quand je l’ai fini au cours de l’après-midi, je me suis dit : « bon, j’ai séché la fac le matin, je vais quand même aller en cours l’après-midi ». Lorsque je suis sorti dehors, c’était incroyable ! Je voyais le monde différemment, je voyais les signes d’Allah partout dans la création, je m’étais rendu compte qu’il y avait ces signes qui avaient toujours été là, sans les apercevoir. J’observais le ciel, les oiseaux, les gens, la société, tout prenait forme et je voyais l’empreinte d’Allah partout. Cela m’a assez bouleversé, mais je n’ai pas accepté de me convertir tout de suite, parce qu’il y avait la pression sociale, le regard des gens etc. Cependant, c’était très paradoxal parce que j’acceptais de rester non-musulman en me disant : « je ne peux pas faire ce choix parce que je n’aurais pas de travail, parce que mes parents vont m’en vouloir, parce que je ne connais aucun musulman, je suis perdu au milieu de nulle part », mais en même temps j’avais acheté une version papier du Coran et je n’acceptais pas de me séparer d’elle, c’est-à-dire que j’allais même passer mes examens non-converti et je voulais avoir le Livre Saint, la Parole Divine à portée de main, cela me rassurait. Inconsciemment je me disais : « voilà, j’ai la vérité quelque part, toujours accessible, toujours consultable, ainsi qu’une parole rassurante ».


Et je ne sais plus quand, j’ai rencontré – sans m’y attendre –une personne maghrébine qui m’a dit qu’elle était athée et qu’elle « essayait de croire ». Cela m’a beaucoup surpris. Je me suis dit : « mais comment cela « tu essaies de croire » ? On a eu cette discussion parce que ses grands-parents venaient de mourir et qu’elle était très triste. Quant à moi, je pensais que toutes les personnes maghrébines étaient des croyants très attachés à leur religion. J’ai dit « bon, peut-être que tu crois qu’il existe un au-delà meilleur » – je voulais un peu la rassurer – « au final, il existe quelque chose d’autre, donc tu ne dois pas être si triste que cela, tu dois être rassuré. Il existe un au-delà. » Et c’est là qu’elle m’avait dit : « je suis athée, mais j’essaie de croire. » Alors je me suis dit : « c’est bizarre quand même, elle se dit athée mais elle essaie de croire », comme si elle se forçait, qu’elle se travaillait au corps. Elle a commencé à me parler des miracles du Coran. C’était quelque chose de vraiment étrange pour moi. J’imaginais des lépreux qui lisaient le Coran et qui guérissaient de la lèpre, des séropositifs qui guérissaient du Sida et comme je ne croyais pas vraiment au surnaturel à l’époque, je n’ai pas plus creusé que cela. Pour moi, c’était un peu comme les chrétiens qui récitaient l’Évangile et qui guérissaient les gens. Je ne me suis pas plus intéressé que cela. Et quelques semaines ou quelques mois plus tard, je ne sais plus, j’ai discuté avec cette personne sur internet, et elle m’a envoyé un lien sur un site répertoriant les miracles scientifiques du Coran et c’est là que j’ai compris de quoi il en retournait. Il y a beaucoup de choses qui m’ont bluffée, qui m’ont parues très intéressantes. Aujourd’hui, avec le recul, je me rends compte qu’il y avait dans toutes ces choses, des choses très vraies, effectivement il y a de vrais miracles scientifiques du Coran, mais qu’il y avait aussi beaucoup d’arnaques, beaucoup d’interprétations farfelues. Les auteurs voulaient tellement inviter les gens à se convertir ou leur montrer l’aspect miraculeux du Coran, qu’ils allaient forcer le texte pour apporter des miracles qui n’existaient pas. Cela m’a bouleversé une deuxième fois après la lecture du Livre Saint, je me suis rendu compte qu’il y avait des preuves. Alors là j’ai commencé à être vraiment embêté, et me dire : « il y a un livre que j’aime lire, il y a des preuves que c’est la vérité ». Alors, quelques temps plus tard, j’ai décidé de me convertir et de prononcer au téléphone la chahâdah devant cette personne qui m’avait montré ces éléments sur les miracles scientifiques du Coran et cela l’a surprise parce qu’elle s’attendait à tout sauf à cela. Ceci est donc le récit de ma conversion.


C’est seulement au bout de quelques mois qu’il y a eu une conversion un peu plus officielle dans une mosquée. Parce qu’au cours de ces premiers mois, après ma première chahâdah – si je peux m’exprimer ainsi –, j’ai commencé à essayer de pratiquer, je me suis donc dis : « Ok, tu abandonnes l’alcool progressivement, tu abandonnes le porc progressivement et tu essayes d’acheter un peu de viande halal. » Mais au bout d’un moment je me suis dit : « Tu lis le Coran et tout le temps il y a “faire la prière… faire la prière… faire la prière… faire la prière…” ». Je me suis dit « Si tu crois vraiment, parce que ce Livre t’a bouleversé, parce qu’il y a des miracles dedans, et que tu commences à mettre en pratique, il faut aller jusqu’au bout, surtout concernant la plus forte et la plus importante obligation. » Je ne supportais plus cette contradiction d’être un croyant qui ne pratique pas le culte essentiel. Je suis allé dans ma ville – une ville de province où il y a très peu de musulmans – et j’ai commencé par chercher la mosquée. C’est très drôle parce que les musulmans n’osent pas s’afficher et la mosquée se trouvait derrière une porte de garage. J’avais tourné dans la rue en long, en large et en travers, mais sans la trouver. C’était l’heure de la prière de ‘asr. Puis j’ai vu un frère, un barbu, un handicapé en fauteuil roulant et je me suis dit : « tiens, c’est un barbu, celui-là n’a pas l’air trop agressif vu qu’il est en fauteuil roulant », je l’ai donc suivi, et je l’ai supplié de me dire où était la mosquée. Il a été très gentil, m’a emmené dans la mosquée et en plus, al-hamdulillah, il connaissait plusieurs frères convertis et ces derniers sont directement venus me voir pour me conseiller et m’apprendre la prière. Et à l’issue de ma première prière de ‘asr, – j’avais juste fait les mouvements parce que je ne connaissais ni sourates ni invocation –, ils sont allés voir l’imam pour lui dire que j’étais un nouveau musulman. Et là c’était un des moments les plus émouvants de toute ma vie, parce qu’il y avait quand même presque 200 frères dans toute la mosquée, et ils sont tous venus individuellement me serrer dans leurs bras et me dire qu’ils m’aimaient en Allah, m’offrir des cadeaux et proposer de me soutenir, de m’expliquer l’Islam et de me l’apprendre. Cela a été très touchant de voir des gens qui, par amour de la religion, sont prêts à aider n’importe quelle personne qui aime sincèrement Dieu."


Les témoignages se trouvent ici


Commentaires (1)
  1. Masha Allah

Commenter

Votre E-mail ne sera pas publier. Les Champs Obligatoire Marqué *

Les articles les plus lus




Ce qu'il faut savoir sur le jeûne des jours blancs !

On assimile très souvent le jeûne uniquement à la période du Ramadan. Mais il existe une autre forme de jeûne aussi importante dans la vie d’un musulman: le jeûne des trois jours dans le mois. Apprécié...

Ramadan : la prière de Tarawih et ses mérites

En ce mois béni, il est indispensable d'évoquer la prière de Tarawih, prière spécifique au mois de Ramadan. Nous allons donc définir la prière de Tarawih et exposer certaines de ses caractéristiques. Notre rappel se...

Invocations et Douaas après la prière

Le Dhikr (à traduire en français par l’évocation d’Allah soubhanou wa ta’ala) est largement recommandé puisqu’il s’agit d’une pratique exécutée par Notre Prophète Muhammad (sallAllahou 'alayhi wa salam) après ses prières. Après chaque prière, il nécessaire...