Illahi, un hiver de décembre 87 en France je suis née
Illahi, un matin d’été en 2004 au Maroc Tu m’appelais
J’avais 16 ans et pour la première fois je comprenais…
Une force me transcendait et l’appel me saisissait
Illahi, le rituel de la prière je ne connaissais
Déterminée à cette aurore je me suis jurée qu’à mon retour je commencerai
Illahi, un 15 aout 2004 un livre entre les mains maladroitement, vers Toi j’avançais
Et pour la première fois à Ton appel je répondais…

Illahi, depuis ce jour où je me suis vue renaître je chemine vers Toi…
Il y a des hauts, il y a des bas
Une chose est sûre je ne pourrai jamais plus me passer de Toi
Illahi, Tu m’as tout donné, Tu m’as choisi dans ma médiocrité
et Tu m’as fait don de la foi

Illahi, contre le diable j’ai pris les armes
Mais s’il m’arrive de baisser garde
En moi, il s’immisce, et use de tous ses charmes
Il a de plus grands discours que le beau des menteurs
Ses chimères embrasent et anéantissent le cœur
Je réalise qu’une partie de moi est de mèche
Ils sont à l’affut de mon cœur et tentent d’y planter leur maléfique flèche
Cet autre moi est mon déraisonnable égo
Il est l’instigateur de tous mes maux
Et de Satan le plus fidèle suppôt
Illahi, sans Toi, je finirai par succomber à leur séduction
De Toi je me détournerai et emprunterai la voie de la perdition…

Illahi malgré mon mal… Tu es là, et Tu guètes chacun de mes pas
Je perçois Ta Lumière, et Ta Sagesse me transporte
Rassurée par Ta présence, je me sens plus forte
Face à l’affront, je me tiens, je saurai faire face à Satan et son escorte
Illahi, chaque année Tu m’envoies mon bien-aimé
Un mois entier pour m’éduquer
Et mon ennemi, Tu tiens enfermé
Seule face à moi-même, je suis plus à même
De convaincre cet autre moi, de tout ce qu’il me charge en peine
Libérée et renforcée, je suis prête à recevoir l’année
L’ennemi est relâché, et la lutte est relancée

Illahi, une nuit d’octobre 2007, Tu m’as indiqué que me voiler, il fallait m’y soustraire
Sous l’emprise du waswass nuits et jours, des voix me chantent
« laisse tes longs cheveux respirer l’air »
Illahi, j’ai crié Ton nom et j’ai relu Tes mots
Me suis remémorée le tombeau
Guidée je ne pouvais face à la vérité tourner le dos…

YA ILLAHI, j’en ai rêvé et Tu l’as réalisé
En octobre 2010 devant Muhammad je me tenais,
Sur ses traces j’avançais, des visages de partout je contemplais
La Ummah je découvrais…
YA ILLAHI, la Talbiya je prononçais
Vers la Kaaba me dirigeais, foudroyé mon cœur était,
Comment pouvais-je ton invitation méritait ?
Moi pauvre petite partie de cette humanité,
Qui tant d’années Ton adoration a négligé…

Illahi, je crois comprendre que le jour où je ne serai que cendres
Importera peu ce que comme actions, j’aurai à Te présenter car
réellement de tout ce que Tu m’as donné, je n’ai rien mérité…
Tout cela n’est que le fruit de Ton pardon, de Ta générosité
Je ne peux sur rien me reposer, ni sur Terre, ni sous Terre, ni ce jour ou Tu me reformeras de poussière
Jusqu’à ce jour il n’y a que Ton infinie miséricorde qui m’a porté, et du mal m’a écarté
Alors où que je sois, je ne peux que sur Toi me pencher, et Ta miséricorde espérer

Ya Illahi, Ya Rahman que Ton nom soit sanctifié… De part le monde
je le crierai Tu es Un… Tu es Dieu…
Jamais Tu ne décevras celui qui chemine avec un cœur sincère vers Toi…
Je suis le sujet d’un glorieux Roi…
Il prouve dans chaque particule de la vie que quand Il aime Il ne compte pas…
Qui ne voudrait pas emprunter cette voie de la foi sinon l’insensé ?
Mon Roi est de toute Beauté de toute Générosité
Sont grandes ouvertes, les portes de Son Palais
Il ne tient qu’à vous de les traverser
J’espère vous y retrouvez…
InshaAllah

I LOVE YOU MY LORD

par Hayetouni