Seigneur, je suis le cœur d’un pécheur qui a eu honte de t’avouer ses péchés
En pleure sur terre ton serviteur m’a envoyé te parler
Je bats encore fort car j’ai eu du mal à te trouver, je ne puis reprendre mon souffle
Pressé, seigneur envoi sur celui qui ma m’envoyer un souffle
De ton châtiment, car celui-ci ment, m’obscurci et désobéit au fil des ans
Seigneur pour lui un châtiment violent au point ou il se demanderait s’il est encore vivant
Tu ma crée pour toi et il me livre à un autre que toi
O roi de la royauté, quel cœur désire un autre que toi ?
S’il continu je deviendrai aveugle et je ne serai plus retrouver le chemin pour te voir
Et finirai dans ce qui après trois mille ans est devenu noir
Mon battement se stabilise et me rappel que je ne pourrai être séparé de lui, comment faire ?
En attendant une réponse je m’oblige à me taire, le corps qui me porte pose le front à terre
Il pleure depuis bien longtemps ; que cherche-t-il ?
Le cœur dit seigneur émerge en moi une lueur que je dirais subtil
C’est ce que le seigneur attendait, la lueur de la sincérité du regret
Elle est l’accès à la miséricorde du seigneur pour les cœurs inquiets
Il ne cessera de pardonner à ceux à qui sera donnée la sincérité
Pourquoi le cœur ne fut pas exaucé, le bien aimé nous l’avait conseillé,
De ne pas nous précipiter et, avant d’invoquer, de le salué
Paix et salut, sur ton bien aimé envoyer comme miséricorde
Seigneur pardonne au gens sincèrement accroché à ta corde

Par  Sawadogo