facebook twitter instagram
MENU

Partager cet article

Paramètres des cookies

Le visiteur du site Ajib.fr est informé que des cookies peuvent s’installer automatiquement sur son navigateur internet. Un cookie est un petit fichier texte au format alphanumérique déposé sur le disque dur du visiteur par le serveur du site visité ou par un serveur tiers (régie publicitaire, service de web analytique, etc.) qui sert à enregistrer les informations relatives à la navigation sur le site.


Le visiteur peut paramétrer son navigateur internet sur la façon de gérer les cookies, de la manière décrite sur le site www.cnil.fr



Paramétres J'accepte
Rappels

La naissance d’un bébé en Islam : découvrez comment l’annoncer à vos proches !

57 034 vues

img_1

La naissance d'un enfant. Sans doute l'un des plus beaux jours de notre existence, si ce n'est le plus beau. Un instant unique, un moment magique, un souvenir gravé à jamais dans nos cœurs et nos mémoires : cet instant où notre vie change à jamais pour un bienfait que l'on ne mesure pas. La naissance d'un enfant est suivie de rites religieux, auxquels nous nous intéressons pour vous chers lecteurs. Aujourd'hui, nous nous penchons sur l'annonce de la naissance et sur la pratique des Sunnas après la naissance.



Faire l'annonce de la naissance


Lorsque l'enfant naît, il fait partie de la tradition Prophétique d'annoncer cette bonne nouvelle. En effet, la propagation de la bonne nouvelle doit être pratiquée par tout musulman et quelle meilleure nouvelle que celle de l'arrivée d'un enfant ? D'ailleurs, notre Seigneur a annoncé la naissance de Yahya dans le Saint Coran : {Ô Zacharie, Nous t’annonçons la bonne nouvelle d’un fils. Son nom sera Yahya. Nous ne lui avons pas donné auparavant d’homonyme} (Sourate 19 : Verset 7).


L'annonce de la naissance est un événement important au sein de notre communauté car elle s'agrandit par la Grâce divine. La naissance du Prophète 'Issa ('alayhi salam) a également été annoncée par les anges à sa mère Maryam (qu'Allah l'agrée). {(Rappelle-toi) quand les Anges dirent : "Ô Marie, voilà qu'Allah t'annonce une parole de Sa part : son nom sera al Masih Issa, fils de Marie, illustre ici-bas comme dans l'au-delà, et l'un des rapprochés d'Allah" .} (Sourate 3 : Verset 45).


Suite à la naissance d'un enfant, il nous faut faire preuve de reconnaissance envers le Donateur. Rappelons nous que le Messager d'Allah ('alayhi salat wa salam) faisait la prosternation du remerciement, soujoud ach-choukr, lorsqu'il apprenait une bonne nouvelle. Il nous faut chers frères et soeurs, nous rappeler qu'Allah est Celui qui fait dons de Ses bienfaits à qui Il veut. Le fait d'avoir un enfant est une Grâce faite par notre Seigneur. Il nous faut donc Le remercier dans les moments forts de notre existence, comme nous faisons appel à Lui lors des épreuves que nous traversons.


Concernant la prosternation du remerciement, 'Abd ar-Rahman Ibn 'Awf (qu'Allah l'agrée) raconta qu’il vit le Prophète ('alayhi salat wa salam) se diriger vers un palmier et se prosterner longuement. Lui ayant demandé le motif de cette prosternation, il lui répondit : "Gabriel vient de m’annoncer une bonne nouvelle en me disant que Dieu l’informait que celui qui fait une prière sur le Prophète, Il fera une prière pour lui. Et si celui-ci le salut, Il le saluera à Son tour. C'est la raison pour laquelle je me suis prosterné en signe de remerciement à l’égard de Dieu". Le Prophète ('alayhi salat wa salam) était un serviteur reconnaissant, tâchons donc de le suivre dans cette qualité inchaAllah.




Pratiquer le tahnik


Le tahnik constitue une Sunna lors de la naissance d'un enfant. Il s'agit du fait de mâcher une datte puis de la passer sur le palais du nouveau-né. Il ne faut pas négliger la pratique du tahnik chers frères et soeurs car comme toute Sunna, elle est dotée de sagesses dont on ne mesure pas l'ampleur sobhanAllah.


Abu Mussa al Ash'ari (qu'Allah l'agrée) rapporte en ce sens : "A la naissance de mon enfant, je l'apportai au Prophète ('alayhi salat wa salam) qui lui donna le nom d'Ibrahim. Il lui frotta le palais avec une datte sèche et invoqua la bénédiction divine pour lui" (Al Boukhari et Muslim).


Prendre une datte sèche est donc la meilleure des choses à faire pour le tahnik. Cela dit, il est possible d'utiliser d'autres alternatives comme nous l'explique Ibn Hajar : "Il faut tout d'abord se tourner vers une datte sèche et à défaut d'en avoir, vers une datte fraîche ou sinon n'importe quel aliment sucré, en sachant qu'il est préférable d'utiliser du miel" (Al Boukhari et Muslim).


La pratique du tahnik a été rapportée de manière authentique et a donc été approuvée par tous les savants. L'imam an Nawawi (qu'Allah lui fasse miséricorde) a en effet expliqué : "A l'unanimité des savants, il est recommandé de faire le tahnik à l'occasion d'une naissance". Tâchons de pratiquer le tahnik aux nouveaux-nés de notre communauté. Nous bénéficierons par la même occasion, de la récompense de celui qui perpétue la Sunna du Messager d'Allah ('alayhi salat wa salam).


Qu'Allah préserve nos enfants et en fasse des serviteurs pieux. Qu'Il fasse de nous de bons parents, soumis aux ordres de notre Dieu.

Commentaire (0)

Commenter

Votre E-mail ne sera pas publier. Les Champs Obligatoire Marqué *

Les articles les plus lus




Ce qu'il faut savoir sur le jeûne des jours blancs !

On assimile très souvent le jeûne uniquement à la période du Ramadan. Mais il existe une autre forme de jeûne aussi importante dans la vie d’un musulman: le jeûne des trois jours dans le mois. Apprécié...

Ramadan : la prière de Tarawih et ses mérites

En ce mois béni, il est indispensable d'évoquer la prière de Tarawih, prière spécifique au mois de Ramadan. Nous allons donc définir la prière de Tarawih et exposer certaines de ses caractéristiques. Notre rappel se...

Invocations et Douaas après la prière

Le Dhikr (à traduire en français par l’évocation d’Allah soubhanou wa ta’ala) est largement recommandé puisqu’il s’agit d’une pratique exécutée par Notre Prophète Muhammad (sallAllahou 'alayhi wa salam) après ses prières. Après chaque prière, il nécessaire...