Pour un enrichissement de notre savoir : les bibliothèques islamiques

1- Constat et proposition

Notre communauté se doit de s’informer au sujet de notre belle religion. En effet, celle-ci est une science et nous nous devons de la cultiver, de la récolter, de l’accroître, de l’enrichir et de la préserver. En effet, comme l’a si bien souligné Muhammad Ibn Sirin (qu’Allah lui fasse miséricorde) : « Certes, cette science est une religion ; regardez donc de qui vous l’apprenez» (Rapporté dans Sharh Sahih Mouslim (1/87) de l’imam An-Nawawi). Il est donc primordial d’apprendre notre religion et ce, de la meilleure manière qui soit.

Malheureusement, de nos jours, un bon nombre de nos frères et sœurs ignorent les bases même de l’Islam. Parmi ceux-ci, nous pouvons distinguer deux groupes : certains en savent peu et s’en contentent alors que d’autres disent ne pas trouver de temps, d’argent ou encore de motivation pour s’instruire.

Or, l’importance du savoir en Islam est maintes fois évoquée dans les paroles d’Allah ainsi que celles du Prophète Mohamed (alayhi salat wa salam). En effet, Allah dit : « Telles sont les paraboles que Nous citons aux gens ; cependant, seuls les savants les comprennent. » (Sourate 29 : 43).

Allah dit également : « Est-ce que celui qui, aux heures de la nuit, reste en dévotion, prosterné et debout, prenant garde à l’au-delà et espérant la miséricorde de son Seigneur… Dis : « Sont-ils égaux, ceux qui savent et ceux qui ne savent qui ne savent pas ? » Seuls les doués d’intelligence se rappellent. » (Sourate 39 : 9).

De plus, Allah dit : « Il y a pareillement des couleurs différentes, parmi les hommes, les animaux, et les bestiaux. Parmi Ses serviteurs, seuls les savants craignent Allah. Allah est certes, Puissant et Pardonneur. » (Sourate 35 : 28).

Par ailleurs, le prophète Mohamed (alayhi salat wa salam) a dit :  » celui à qui Dieu veut du bien, il lui fait acquérir la science dans la religion ; la science ne s’obtient que par l’étude. »  Le prophète dit également d’après Abou Hourayra (radhi Allahou anhou) : « Quand l’homme meurt, il ne lui reste plus rien de ses actions en dehors des trois que voici : une charité courante (permanente), une science utile ou un enfant pieux qui prie pour lui » [Rapporté par Ahmad, Mouslim, Abou Daoud, At-Tirmidhi, qui dit : « le hadith est bon et authentique », An-Nas’i et Ibn Maja].

De plus Ibn Madia rapporte d’après Anas ibn Malick selon lequel le Messager d’Allah (alayhi salat wa salam) a dit : « La recherche du savoir est une obligation pour tout musulman.» Ce hadith est déclaré authentique par al-Albani dans Sahih Sunani Ibn Madia.

L’importance de la science en Islam est donc précisée à travers le Coran et la Sunna. Il est donc de notre devoir de musulman de s’instruire. Pour ce faire, il serait intéressant de créer une bibliothèque musulmane afin que tous les frères et sœurs puissent emprunter des livres relatifs à l’Islam, lire à leur rythme, instruire leurs enfants etc… Le projet est donc de permettre à la communauté musulmane d’acquérir une certaine science.

Le principe est de faire fonctionner cette bibliothèque sur la même base que les bibliothèques municipales mais en modifiant la forme. En effet, certains aménagements seront nécessaires afin d’assurer un accueil et un environnement en adéquation avec nos principes religieux. Il faudrait donc établir des bibliothèques musulmanes dans plusieurs villes afin de répondre aux besoins intellectuels de notre Oumma à travers la France.
Ce projet peut paraître utopique mais avec un peu de bonne volonté, de soutien et de solidarité au sein de notre communauté, cela pourrait aboutir plus rapidement que nous le pensons.

2- Les objectifs de cette proposition

Les objectifs de cette proposition sont au nombre de trois. Je vais les exposer puis les détailler.

Tout d’abord, la création de ces bibliothèques musulmanes permettront à la Oumma de s’instruire convenablement. En effet, certains de nos frères et sœurs n’ont malheureusement pas les moyens de s’acheter des livres donc ils pourront les emprunter ou les lire en libre service sur place. Certaines sœurs sont prises par les enfants et la maison, certains frères sont pris par le travail donc les bibliothèques leur seront ouvertes presque tous les jours afin que ceux-ci s’arrangent pour « trouver du temps ». Cela aiderait donc à l’augmentation de la science dans notre communauté ce qui est loin d’être négligeable.

De plus, la présence de ces bibliothèques islamiques faciliteront l’éducation des enfants. En effet, les parents pourront narrer les histoires des prophètes (alayhoum salam) à leurs enfants. De ce fait, ils partageront un moment agréable avec leurs enfants tout en leur enseignant notre religion. Cela pourra donc permettre aux enfants de mieux connaître leur religion et ce, dès le plus jeune âge avec des livres adaptés. Allah dit « Ô vous qui avez cru ! Quand on vous dit : « Faites place [aux autres] dans les assemblées », alors faites place. Allah vous ménagera une place (au Paradis). Et quand on vous dit de vous lever, levez-vous. Allah élèvera en degrés ceux d’entre vous qui auront cru et ceux qui auront reçu le savoir. Allah est Parfaitement Connaisseur de ce que vous faites. » (Sourate 58 : 11). Pour le bien de nos enfants, ici bas et dans l’au delà incha Allah, nous nous devons de les instruire, de leur donner le savoir qui leur permettra incha Allah d’être élevés en degrés.

Par ailleurs, les bibliothèques musulmanes seront également bénéfiques aux non musulmans. En effet, les bibliothèques seront ouvertes à tout public. Ainsi, les non musulmans pourront découvrir notre belle religion, s’y intéresser et pourquoi pas y entrer. En effet, Allah dit : « Et que tu vois les gens entrer en foule dans la religion d’Allah » (Sourate 110 : 2). Ces bibliothèques permettront donc d’accroître notre Oumma (et Allah guide qui Il veut).

Ainsi, la création de bibliothèques musulmanes sera bénéfique pour nous, pour nos enfants mais également pour les non musulmans afin que ceux-ci puissent emprunter le Sentier d’Allah. Il est de notre devoir d’agrandir notre Oumma et par conséquent, les bibliothèques musulmanes pourront aider à la découverte et à la compréhension de l’Islam.

3- Les moyens

Je vais à présent évoquer les moyens que l’on pourrait mettre en œuvre afin de parvenir à effectuer ce projet.

Tout d’abord, nous pourrions mettre à disposition des frères et sœurs des livres islamiques, des DVD et CD religieux. Nous pourrions également organiser des expositions d’artistes arabo musulmans afin d’accroître la culture de nos frères et sœurs mais également de leurs enfants. Nous ferions plusieurs rayons comme dans les bibliothèques municipales. À titre d’exemple, nous distinguerons le rayon Histoire de l’Islam du rayon Sciences Politiques avec notamment l’explication de la Charia dans la politique des pays musulmans. Le rayon histoire permettra aux jeunes issus de pays musulmans de connaître l’histoire de leur nation étant donné que celle-ci ne leur sera pas enseignée à l’école. Nous pouvons imaginer d’autres rayons tels les rayons langue arabe, jurisprudence, sciences du hadith, livres sur l’Islam en langues différentes, livres en braille, livre pour enfants, etc…

Par ailleurs, nous pourrions organiser des défis lecture pour les enfants afin de motiver ceux-ci à découvrir leur religion. Les gagnants des défis pourront remporter des livres gratuitement ou encore un DVD pour augmenter leur savoir. De plus, nous ferons en sorte qu’il n’y ait pas trop de monde en même temps et de séparer les hommes et les femmes. Pour ce faire, il serait intéressant de prévoir des horaires réservés aux hommes et d’autres aux femmes ; les enfants étant acceptés toute la journée. Sinon, nous pourrions réserver des jours pour les hommes et d’autres jours pour les femmes. Afin de décider de cela, il serait préférable de consulter la Oumma à travers des sondages ou des questionnaires (sur papier libre ou sur un site internet). Nous pourrions également prévoir un coin rappel dans lequel les sœurs ou les frères pourront se retrouver et se faire des rappels religieux. Nous pourrions par exemple prévoir un tableau dans lequel s’inscriront les personnes disponibles pour préparer un petit rappel (d’une vingtaine de minutes). Ainsi, nous aurions une séance de rappel par jour ou plus. Les frères et sœurs géreront par la suite l’organisation de ces rappels (sujet, dates, garde d’enfants…).

De plus, nous pourrions faire appel à des frères et sœurs ayant déjà exercé au sein d’une librairie musulmane ou ayant un fort attachement aux livres islamiques afin que ceux-ci soient des bibliothécaires avisés. En effet, il serait sage d’employer des frères et sœurs capables de conseiller les lecteurs, de les orienter vers tel ou tel auteur en fonction de ce qu’ils recherchent et de répondre à leurs éventuelles questions si questions il y a.
Les emprunts de livres se feront à l’aide d’une carte obtenue avec un abonnement annuel. Le prix de l’abonnement ne sera pas excessif car nous avons conscience que certaines familles ne peuvent se permettre de grandes dépenses. Cette carte limitera l’emprunt de livres au nombre de cinq et l’emprunt de CD et DVD au nombre de trois. Nous imposerons une durée d’emprunt de quinze jours avec possibilité de prolongement d’une semaine (pour les retardataires !).

Enfin, nous construirons ces bibliothèques à l’aide d’appels aux dons dans les mosquées. Les livres pourront être donnés par des particuliers afin de remplir la bibliothèque. Nous pourrons également acheter les livres chez un grossiste en précisant que le but final est un bien pour la communauté afin que celui-ci fasse preuve de solidarité envers nous et bénéficier ainsi d’un tarif préférentiel. Nous pourrions aussi effectuer des demandes de dons de livres auprès des pays arabes. Ainsi, nous pourrons avoir des livres en plusieurs exemplaires. De plus, nous pourrions mettre en place une solidarité entre les bibliothèques islamiques des différentes villes afin que celles qui ont le plus de moyens et de livres viennent en aide aux autres. Les abonnements payés par les lecteurs permettront d’entretenir les bibliothèques tout au long de l’année incha Allah.

Rappelons que le Messager d’Allah (alayhi salat wa salam) a dit : « Celui qui emprunte un chemin menant à l’apprentissage d’une science, Allah lui facilite l’accès au paradis. » Rapporté par Ibn Mâjah et authentifié par Albâny. Nous devrions donc tous nous diriger sur le chemin de l’apprentissage de l’Islam afin d’espérer accéder au Paradis. Le projet d’une bibliothèque musulmane faciliterait l’apprentissage de cette science, la plus belle aux yeux de la Oumma…

Par Oum Hawa.