Islamophobie : La justice américaine autorise des affiches de haine dans le métro de New-York

Alors que l’islam est attaqué de toute part, et que les tensions sont vives dans le monde musulman, la justice américaine vient de donner son accord au lancement d’une campagne publicitaire anti-islam. Les affiches pourront être vues dans les stations du métro de New-York. La campagne de haine durera un mois, pour un coût de 6 000 dollars.

Alors que l’islam est attaqué de toute part, et que les tensions sont vives dans le monde musulman, la justice américaine vient de donner son accord au lancement d’une campagne publicitaire anti-islam. Les affiches pourront être vues dans les stations du métro de New-York. La campagne de haine durera un mois, pour un coût de 6 000 dollars.

Une affiche anti-islam et… pro-israélienne !

Alors que des manifestations et des protestations ont lieu partout dans le monde en raison d’un film anti-islam, la justice américaine ne semble pas vouloir arranger la situation. Bien à l’inverse, elle l’empire en autorisant ces affiches totalement provocantes. La campagne d’affiches assimilant les musulmans à des « sauvages » débutera bel et bien aujourd’hui, 24 septembre, dans les stations du métro de New-York. Sur les affiches, les passants pourront lire : « Dans toute guerre entre l’homme civilisé et le sauvage, supportez l’homme civilisé. Soutenez Israël. Faites échouer le Djihad ».

Les affiches sont financées par l’organisation conservatrice AFDI (American Freedom Defense Initiative). La responsable de l’organisation, n’est autre que Pamela Geller, une activiste connue pour ses idées virulentes contre l’islam, la figure de l’islamophobie aux Etats-Unis. Elle s’était par exemple vivement opposée à la construction de la mosquée de « ground zero » près du site de Wall Street. Elle avait notamment créé « Halte à l’islamisation de l’Amérique », un groupe de haine, comme il a été qualifié par l’organisme spécialisé dans la surveillance des groupes extrémistes, le Southern Poverty Law Center. Pamela Geller est aussi considérée par le Southern Poverty Law Center, comme étant la figure la plus visible du mouvement anti-islam aux États-Unis. Alors qu’elle assimile sans gêne les musulmans à des sauvages, elle avait déclaré lors d’une interview télévisée :   »Je ne sacrifierai pas ma liberté d’expression pour ne pas offenser des sauvages ».

Cette campagne semble être aussi une réponse à une précédente. Il s’agit d’une campagne lancée l’été dernier par des militants pro-palestiniens qui voulaient sensibiliser les américains à la disparition progressive de la Palestine. Des affiches étaient visibles dans une cinquantaine de stations du métro de New-York. Elles montraient des cartes de la Palestine avec les avancées de la colonisation offensive juive selon des années clés, et donnaient un chiffre alarmant : 4,7 millions de palestiniens sont classés comme réfugiés par les Nations Unies. Cette campagne sur une réalité ne fut pas du goût des pro-israéliens, telle que la virulente Pamela Geller.

Les refus des sociétés de transport

Déjà en 2011, la société de transport de la ville de New-York s’était opposée à cette campagne publicitaire, qualifiant ces propos comme étant « dégradants ». Cependant, la société de transport new-yorkaise a perdu le combat judiciaire. L’AFDI remporte l’autorisation de la justice, au nom de la liberté d’expression protégée par le premier amendement de la Constitution américaine.

Des affiches similaires avaient déjà été collées sur des bus de la ville de San Francisco. Étant très mal perçues par des citoyens américains, elles étaient bien souvent modifiées (Defeat Racism était parfois ajouté au lieu de Defeat Djihad). La société de transport de San Francisco avait même lancé sa propre campagne d’affiches dont les messages venaient condamner ceux de Pamela Geller.

Pamela Geller avait annoncé vouloir maintenant porter plainte contre la société de transport de Washington qui refuse cette campagne haineuse.

Une coalition de trois organisations juives se sont opposées à cet appel attaquant l’islam. La coalition Jew Againt Islamophobia (Juifs contre l’islamopobie) tente de dénoncer la vague d’islamophobie qui semble prendre de plus en plus d’ampleur aux États-Unis.

Tout comme en France, avec les caricatures provocantes de Charlie Hebdo, la justice américaine a fait le choix d’autoriser des supports provocants, dans un climat tendu. Et ceci toujours au nom de la liberté d’expression.

Sur le même thème...

Vos réactions : 4

*


  1. Comment un peuple qui a été victime de génocide durant la deuxième geuerre mondiale peut essayer de reproduire cela? Il n’y a aucune différence entre les affiches « anti-juives » des allemands de l’époque et celles-ci contre les musulmans! Pourtant même un demi-siècle après, il y a encore des documentaires chaque semaine sur ce génocide (dont je doute personnellement de la crédibilité…).
    Manipulations encore et toujours!

    Evaluez ce commentaire : Thumb up 5 Thumb down 1

  2. Soubhan’Allah ! le Prophète (Sallallahu alayhi wa Salam) nous a mis en garde : « Viendra un temps où la condition de celui qui voudra rester ferme sur sa religion sera comparable à celle d’un homme qui tient une braise dans la paume de sa main »

    Evaluez ce commentaire : Thumb up 4 Thumb down 1