L’islamophobie n’est pas une opinion, c’est un delit

Intervention de Mohamed Marwane porte parole du Collectif Contre l’Islamophobie en France au salon du Bourget

Mohamed Marwane est le porte parole du Collectif Contre l’Islamophobie en France. A l’occasion du RAMF organisé par l’UOIF il est intervenu lors d’une table ronde sur la situation de l’islam en France, occasion de sensibiliser les musulmans présents sur la nécessité de combattre l’islamophobie par tous les moyens. Ci dessous une vidéo résumant son propos, tout y est dit y a plus qu’à !

islamophobie, ccif

 

Vos réactions : 16

*


  1. As’Salamou Alaykoum Wa rahmatoulâhi wa Barakatouhou.
    Je vous invite à lire cette Fatawa car j’ai cru comprendre que c’était un appel au vote.
    http://www.islam-qa.com/fr/ref/3062/
    Sachant qu’en plus qu’il existe aucun parti défandont les musulmans en France
    Pas de désobéissance à Allâh pour l’obéissance aux créatures.
    Loi du Diables(euh pardon, « des hommes ») et la Loi d’Allâh(Ash-Sharia) est de moins en moins compatible.
    Et en toute honneté voté en 2012 est soi voté pour la Guerre Mondiale(DSK, Sarkozy, etc…) soit voté pour la guerre nationale(Le Pen)
    Alláhou A’lam.

    Evaluez ce commentaire : Thumb up 0 Thumb down 1

  2. assalamou ‘alaykoum,

    HafizahuLah. Il en faut des Marwan Muhammed, qu’Allah le présèrve.

    Les musulmans doivent prendre conscience qu’ils doivent être plus dans l’action plutôt que dans la victimisation.

    Des musulmans qui se bougent et qui prennent leur destin en main, voila une initiative qui ferai réfléchir plus d’un(e) islamophobe avant de faire ses choux gras sur l’islam et les musulmans.

    Adhérons au CCIF (30€ par ans) à défaut de s’investir directement sur le terrain.

    Evaluez ce commentaire : Thumb up 0 Thumb down 1

  3. assalamou ‘alaykoum, on doit tous sen remettre a ALLAH , faire la hijra dans notre coeur ver ALLAH, revenir au coran a la sunna, etre de vrai sincere muslim dan la voie d’ALLAH, cela sera bien meilleur que voté pour les loi de la ripoublique! des lois injuste! Qu’ALLAH nous guide tous.
    « Dis: «Voici ma voie, j’appelle les gens à [la religion] d’Allah, moi et ceux qui me suivent, nous basant sur une preuve évidente. Gloire à Allah! Et je ne suis point du nombre des associateurs. »
    [Yousouf/108]

    Evaluez ce commentaire : Thumb up 0 Thumb down 1

  4. assalamou alaykoum

    @frère

    L’un n’empêche pas l’autre : s’en remettre à Allah ET faire les asbab (causes).

    Pour ce qui est du vote, la question n’est pas tranchée. Des savants ne l’interdisent pas lorsqu’il est question d’une maslaha (intérêt générale) pour la communauté.

    Ex : faire pression sur un élu locale pour la construction d’une mosquée.

    Enfin la carte d’électeurs est un moyen de pression (même sans voter, ou voter blanc), les politiques en col blanc savent que tu existe.

    Pour la hijra, c’est davantage une solution individuelle que collectif. C’une action (ou adoration) purement personnelle qui ne peut s’appliquer à l’ensemble de la Oumma.

    Evaluez ce commentaire : Thumb up 0 Thumb down 1

  5. Salam ‘alaykoum wa rahmatallahu.

    Quant au jugement que prend Al-Hijrah, c’est une obligation pour quiconque n’est pas capable d’adorer Allah, et de pratiquer ce qu’Allah lui a rendu obligatoire au niveau des rites de l’Islam, ni de montrer sa religion, et qui est capable de faire Al-Hijrah. Et dans l’autre cas elle demeure recommandé (mustahab).

    Ce n’est en rien une solution « purement personnelle », la société est composé d’individu et la montagne de cailloux. Reste que nous pouvons débuté par la Hijrah intérieur qui consiste à laisser ce que l’âme commande comme mal et ce vers quoi Shaytan appelle.

    Même si je trouve les deux commentaires et analyses de mes frères pertinents je me rapprocherai plus de celle de « frère » dans la mesure où il est temps que beaucoup comprennent que c’est là une Sunna d’Allah le Tout Puissant : « On a embelli la vie présente à ceux qui ne croient pas, et ils se moquent de ceux qui croient. Mais les pieux seront au-dessus d’eux, au Jour de la Résurrection. Et Allah accorde Ses bienfaits à qui Il veut sans compter. » (Al-Baqarah, v.212). Je m’étonnerai toujours du musulman qui s’étonne qu’on ne veut pas de lui car il croit en Allah !

    « L’alliance et le désaveux » est un chapitre ô combien important.

    Pour le reste, oui, tout les moyens permis par notre religion pour « nous défendre » sont bons…

    Evaluez ce commentaire : Thumb up 0 Thumb down 1

  6. Assalamou alaykoum

    Autant pour moi. Je parlais de la hijra physique (émigrer).

    La « hijra du cœur » que je connais plus sous l’appellation « az-zuhd » ou ascétisme en détachant son cœur de cette dounia est une adoration qui nous incombe à tous.

    Evaluez ce commentaire : Thumb up 0 Thumb down 1

  7. Salam ‘alaykoum wa rahmatallahu.

    Il y a une nuance entre az-zuhd ou ascétisme et la « hijrah du cœur ».

    Les Textes mentionnant la hijrah en donne une certaine définition à l’image de ce que Al-Bukhari et Muslim ont rapporté d’après ‘Abdillah Ibn ‘Amr Ibn Al-’As, le Prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) a dit: “Le Musulman est celui dont les Musulmans ne craignent ni la langue ni les mains, et le muhajir est celui qui délaisse ce qu’Allah a interdit., et Ibn Hajar de commenter dans Al-Fath : »…l’essence de Al-Hijrah est obtenue par celui qui délaisse ce qu’Allah a interdit. ».

    Quant au az-Zuhd mentionné par les pieux prédécesseurs et leurs paroles sur le sujet sont nombreuses, il est « plus spécifique » encore que le fait de délaisser les péchés, il s’agirait de délaisser le surplus en matière de licite, même si az-zuhd est fonction de la personne et de sa science etc. comme nous le rappelle l’auteur de Madarij As-Salikin.

    Et Allah sait.

    Evaluez ce commentaire : Thumb up 0 Thumb down 0

  8. Chers amis,

    Je voudrais profiter de ce sujet sur l’islamophobie pour poser quelques questions, et m’efforcer de vous donner mon opinion de façon très neutre.
    J’espère que vous trouverez intéressant mon point de vue « laïque », et que vous ne percevrez pas mon message comme une intrusion ou une attaque sur ce site.
    Je voudrais avant tout confronter mon témoignage à vos idées, et provoquer. Non pas la rancœur, mais l’envie de comprendre comment améliorer l’entente entre « français de souche » et musulmans, donc en se demandant, un peu crûment, ce qu’est « l’islamophobie » (en tant que concept ou « objet social »).

    Prendre de la distance dans les mots peut aider à communiquer sur des sujets très durs, très intimes, mais de façon publique. Je réalise à quel point ce pari est difficile !

    C’est pourquoi je vais poster mon message en plusieurs envois, de sorte que notre honorable ami AJIB puisse exercer une censure malheureusement nécessaire afin de ne choquer aucun lecteur, ce qui j’espère nous permettra d’exercer notre liberté d’expression avec un maximum de bon sens.

    Evaluez ce commentaire : Thumb up 0 Thumb down 0

  9. J’ai découvert ce site, AJIB, en cherchant des actualités. En ce moment les affaires « sensibles » liées à l’intégration des musulmans se multiplient (identité nationale, prières dans les rues, loi sur le niqab…).

    J’ai vite trouvé beaucoup d’intérêt pour ce site, qui m’a permis de comprendre certaines choses sur l’islam, ou en tout cas de m’y intéresser davantage.
    En plus des sujets originaux car peu traités dans la presse sur des faits quotidiens alarmants, j’aime bien découvrir comment cette religion se pratique au jour le jour, et quelles valeurs elle s’efforce de transmettre, dans un pays de culture différente.

    Au début je trouvais très choquants beaucoup de points de vue, de sujets et de commentaires exprimés ici. Mais il est vrai que la situation n’est pas facile en France aujourd’hui, voire très grave, car il faut bien l’admettre l’intégration « à la française » ne satisfait pas grand monde !

    Je ne vais pas pouvoir éviter certaines peaux de banane, comme parler des « français de souche » et des musulmans comme étant des « objets opposés » (dans les mots utilisés, dans les faits d’actualités, mais qui ne reflètent pas ma pensée).
    Il est vrai que même dans le monde l’actualité est extrêmement difficile entre « occident » et « islam », beaucoup d’entre nous, sur terre, se voudraient modérés et pacifiques mais des extrêmes existent, ils sont parfois (hélas ?) nécessaires quand ils expriment un malaise réel et durable.

    Ne nous accusons pas mutuellement, mais laissons nous la liberté de critiquer (dans des termes convenables).

    Evaluez ce commentaire : Thumb up 0 Thumb down 0

  10. A mon avis (donc totalement subjectif), la France (la bureaucratie, l’administration, les politiques… donc le côté glauque de la France ?) a commis des erreurs.

    Par exemple en regroupant ses immigrés dans des « cités », perçues comme des zones urbaines à part (donc exclues ?). Déjà on part mal, même si d’un autre côté cela a permis à des familles (voire même à des groupes plus larges comme des villages entiers !) d’au moins rester proches…. le double visage de l’aspect communautaire (le bon, le lien social) / communautariste (le mauvais : le suffixe -iste en tant qu’excès néfaste, comme dans le mot « raciste »).

    Autre erreur à mon sens, ne pas garantir le lien social grâce à la langue commune (le français, est-ce suffisant, est-ce discutable ?). Je veux dire que je trouve peu logique que ce soient des enfants qui fassent le lien dans une famille entre langue maternelle et langue nationale…. L’école a un grand rôle mais elle ne suffit pas à intégrer des personnes majeures. Je ne connais pas d’autres actions, organismes ou structures permettant l’apprentissage, tout simplement, d’un langage commun.

    Pour souligner mon témoignage, je dois préciser que j’ai été professeur des écoles pendant quelques années. Ce sujet, la langue, est étrangement absent du questionnement général et de l’opinion publique sur l’intégration.

    Je pense que ces seules critiques suffisent à dresser un portrait peu flatteur de « l’accueil ». Alors racisme plus ou moins latent, ou simple frivolité de nos chers dirigeants… C’est toujours un peu des deux de toute façon.

    Si je puis me permettre d’être un peu métaphysique, je pense que la vérité, le bon sens, la vertu, l’intelligence… se trouvent toujours dans le milieu, l’équilibre… le partage ?

    Evaluez ce commentaire : Thumb up 0 Thumb down 0

  11. … Après ce bref mea culpa, voyons maintenant du côté des musulmans… n’y a-t-il pas des choses à faire pour améliorer le dialogue ?

    Je pense à ce fameux débat sur l’identité nationale. Je pense que c’est – dans le fond – une bonne idée.

    Bien sûr, il ne faut pas qu’un tel débat soit orchestré par un parti politique, aussi majoritaire soit-il. Il faudra sans doute également lui trouver un nouveau nom ! Mais le problème est là : comment concéder, s’entendre, de part et d’autre, plutôt que de toujours s’opposer ?

    Les musulmans de France n’ont-ils pas envie de mieux expliquer et mieux faire valoir leur point de vue, ce qui les touche réellement ? Organisez donc ce débat national, avec le CCIF (Comité Contre l’Islamophobie), mais aussi et surtout, avec d’autres partenaires !

    Je crois qu’il faut simplement que toutes les confessions soient représentées, et également tous les partis politiques.

    Evaluez ce commentaire : Thumb up 0 Thumb down 0

  12. Autrefois en France, vers le 18è siècle, il y avait ces idées incroyables d’universalité…. de savoir… d’égalité, de liberté, de fraternité !!!
    C’est ce qu’on a appelé le courant Humaniste, les Lumières etc… juste une page dans un livre d’Histoire ?

    Je ne suis ni nostalgique, ni royaliste, ni révolutionnaire… mais je crois qu’être fier d’être français c’est avant tout partager quelques-unes au moins de ces valeurs.

    Il y avait notamment à cette époque un très fort courant athée et même anticlérical.

    C’est à ce point précis que je voulais en venir depuis le début.

    Evaluez ce commentaire : Thumb up 0 Thumb down 0

  13. Je me sens, pour ma part, anticlérical. Besoin d’une définition ?

    Les mots sont importants, ils permettent de s’assurer qu’on parle bien de la même chose. Règle n°1 de la méthode scientifique : définir l’objet.

    Permettez moi également de vos faire partager mon amour pour la langue française, le savoir, et l’héritage de toutes ces valeurs dont nous avons pu croire qu’elles seraient universelles, et qui se trouvent sacralisées dans un objet si évident, qui devrait être familier, et pourtant… Le dictionnaire.

    Laïque : (du latin laicus, en grec laikos : qui appartient au peuple.) Qui n’appartient pas au clergé

    « Clergé » étant l’organisation religieuse (pas forcément catholique). C’est le côté « administratif » d’une religion. Le Pont, parfois payant, entre l’Homme et son Dieu. Pardonnez cet écart dû à ma subjectivité.

    Être anticlérical, c’est donc un tout petit peu plus précis qu’être laïque. C’est « être opposé à l’influence de la religion dans les affaires publiques ».

    Islamophobe, pour en revenir au sujet initial, est un néologisme qui n’a pas à ma connaissance de définition institutionnalisée. Par contre l’excellent site de partage des connaissances et bénévole de surcroit : Wikipedia, propose une certaine vision de ce mot, celle des athées (« qui nient l’existence de Dieu », encore merci Larousse et Diderot). Je vous invite à la consulter.

    Pour faire bref ce mot pourrait désigner « être opposé à la religion de l’Islam » (le suffixe phobos désignant la peur chez les grecs et bien d’autres interprétations dans les sphères psychanalytiques).

    Les mécréants, le Koufr…. je dois lire le Coran pour préciser certains autres termes, ok.

    Evaluez ce commentaire : Thumb up 0 Thumb down 0

  14. Je vous invite donc à compléter cette discussion : qu’est ce que l’islamophobie ?

    Le rejet d’une doctrine, l’islam (donc un peu anticlérical)? Ou au sens large, le rejet des musulmans ?

    Je tiens à préciser que je viens de découvrir, à la lecture du dictionnaire, que je ne suis pas athée.
    Je pense en effet que des forces « invisibles », dans la mesure où elles nous dépassent, imposent des règles à l’univers dans lequel nous vivons.

    Ces règles seraient plus ou moins interprétables… science, religion, autres… chacun à son idée je crois. Je crois surtout que chacun doit se faire son idée.

    Les religions, ce sont des livres. La science, pour moi, est une sorte de religion. Je « crois » qu’il y a eu un Big Bang a partir de rien ? Bof.

    Il y a de très belles choses dans ces livres, après ce que les hommes en font…

    Evaluez ce commentaire : Thumb up 0 Thumb down 0

  15. Pour conclure sur le terme d’islamophobie : si on accepte la définition donnée par Wikipedia, dans son sens le plus faible « peur de l’islam », le mot perd a priori sa connotation stigmatisante.
    A mon avis la définition dure du mot, qui pourrait être « haine de tout ce qui est islamique » serait un abus de langage.

    Le titre de l’article, « l’islamophobie n’est pas une opinion, c’est un délit » semble donc critiquable ! Mais c’est un bon titre car il met le doigt sur la zone d’ombre : L’islamophobie est elle punie par la loi ?

    Il conviendrait de se renseigner davantage sur le sujet, mais il me semble que la xénophobie (« peur de l’étranger ») n’est pas non plus un délit. On ne peut pas interdire à une personne d’avoir des préjugés contre toutes les « races » (je préfère parler d’ethnie).
    Par contre la discrimination et l’incitation à la haine raciale sont punies par la loi. C’est une des seules limites à la liberté d’expression.

    Tout cela reste quand même à confirmer. Le sens populaire l’emporte parfois sur la logique sémantique.

    Evaluez ce commentaire : Thumb up 0 Thumb down 0

  16. Bonsoir,
    @cyrille, en fait l’islamophobie se définirait plutôt à mon sens comme un rejet de tout ce qui peut paraître comme portant attrait à l’islam, c’est à dire tout ce qui semble ou fait parti de l’islam.
    Je dis bien semble aussi, on le voit bien avec le cas des sikhs qui dans l’inconscient du « franco-français » ,que j’appelle « celui qui se croit plus autochtone que d’autres »,est un musulman et devient donc également victime de ce rejet envers les musulmans et la pratique de l’islam.
    Les sikhs deviennent donc tributaire de cette islamophobie sans être in facto des fidèles musulmans.
    Ensuite ,je remarque que vous faites comme la plupart de nos concitoyens non musulman plusieurs amalgames plus connus sous le nom « d’islamalgame » tant ils sont nombreux et ont la dent dure.
    Premièrement vous nous parlez d’immigration,cependant l’islam en france n’est pas seulement le fait d’immigrés mais est bien souvent pratiquée par des autochtones qui sont nés et ont grandi ici et cela depuis plusieurs générations.Donc le problème de l’intégration est un leurre nous avons étudié ici nous connaissons les institutions et comme vous avez pu le constater sur ce blog nous nous exprimons en français car c’est notre « éthnie » (vous qui aimez la langue française devait savoir que l’éthnie lie les Hommes par une langue commune et non par une couleur).En effet,notre héritage culturel cumulé lors de notre scolarité c’est molière,rabelais,rosard,montesquieu,zola,hugo,malraux etc…
    Ensuite, vous abordez le cas des cités les musulmans comme l’ensemble des français vivent dans l’ensemble du territoire avec les différents mode de logement existant.Je veux dire que les cités ne sont pas un phénomène propre au « musulman ».Certains d’entre nous habitent en province dans des maisons individuels ou même parfois en région parisienne.En fait vous confondez comme bon nombre de nos concitoyens ceux que vous appelez « les arabes »(que j’appelle maghrébins)et les musulmans et c’est bien dommage.La diversité des individus aparenté à l’islam semble méconnue ou occultée,on le voit d’ailleur au sein du CFCM qui ne représente que lui même et non les musulmans de france qui sont blancs,jaunes,noirs,café au lait à l’image de la société française quoi.
    Enfin et c’est ce qui m’intéresse le plus dans vos interrogations vous vous définissez comme laïcs et anticlérical très bien la loi de 1905 garantit la liberté de conscience c’est à dire le droit de croire ou pas à ce que l’on veut pour la faire courte.Pourquoi?Parce qu’auparavant il y avait l’hégémonie d’une religion (le catholicisme)sur la société française :l’éducation,la santé,le social étaient sous l’égide de l’Eglise (le clergé qui était une organisation riche et puissante).
    Ma question :croyez vous que l’islam et donc les musulmans ont un quelconque pouvoir dans ce pays?On a même pas de lieux décents pour prier dans certaines villes.Cette peur si elle existe est donc injustifiée,je pense plutôt qu’en période de crise (économique,sociale,politique et morale)on a tendance à choisir un bouc émissaire responsable de tous les maux de la société,le musulman l’incarne très bien:sa croyance est méconnue ou mal connue voire totalement fantasmée par le prisme de l’actualité,il est désorganisé (la communauté musulmane n’existe pas),pauvre et muet.
    Ceci n’est que mon humble avis.

    Evaluez ce commentaire : Thumb up 2 Thumb down 1